Votre prochain match sera face à Novak Djokovic, c'est un joueur intéressant, qui est loin d'être banal. L'affiche sera plus relevée qu'aujourd'hui ?

F.S. : De toute évidence, oui. C'est un très grand joueur, on savait qu'il rentrerait dans le Top 10 ou le Top 5, mais je ne savais pas que cela irait si vite. Il a étonné tout le monde cette année, en étant très performant sur les gros tournois, mais il est aussi très régulier. Personne ne lui a résisté, que ce soit Federer, Nadal, et il a joué deux demi-finales de Grand Chelem à Roland-Garros et Wimbledon. Ce n'est pas banal non plus et ça situe assez bien le personnage.

MS Paris-Bercy
Irrésistible Nalbandian
04/11/2007 À 18:45

Vous l'avez côtoyé avant qu'il ne devienne le N.3 mondial ?

F.S. : Je ne le connais pas très bien. L'année dernière, on s'est entraîné ici, c'était la première fois, il m'avait demandé une photo&hellip (rires) Demain, à la fin du match, c'est sans doute moi qui le lui demanderai. Les choses ont changé depuis un an. Il est très sympa, on s'entend bien. C'est un gars chouette qui apporte quelque chose au tennis avec son côté « showman ». Ce sera vraiment dur pou moi.

Comment allez-vous aborder ce match ?

F.S. : Avec envie, si ma jambe me le permet. Il est devenu un très grand joueur, qui s'appuie sur un gros physique et un gros mental. Au-delà du talent, des revers, coups droits, pour moi les trois meilleurs mondiaux ont les trois meilleurs mentaux, les trois meilleurs physiques, les trois meilleures techniques. Les trois aujourd'hui sont au-dessus du lot dans ces domaines-là. Djokovic fait partie de ce trio de tête. Mais mon souci n'est pas Djokovic, mais ma jambe. Je vais faire une échographie et je saurai dans quelles dispositions je pourrai arriver demain ou non, après l'échographie. J'ai très envie de jouer et si je joue, ce n'est pas pour abandonner ou faire de la figuration, mais pour essayer de me battre. Je serai donc rassuré ou inquiet&hellip

Que pensez-vous avoir à la jambe ?

F.S. : J'ai une petite déchirure. Cela est arrivé jeudi soir, contre Sébastien Grosjean à Lyon. J'ai fait une échographie. Il y a une petite déchirure sur un centimètre. Ce n'est pas énorme, mais c'est quand même quelque chose. Du coup entre jeudi soir et ce mardi, je n'ai rien fait. J'ai tapé 20 minutes très tranquillement. J'ai géré la douleur et c'est passé. Là, c'est une douleur inférieure à celle de la semaine passée. Donc j'ai bon espoir, mais j'espère que tout ira bien face à Novak Djokovic, face à qui j'ai vraiment envie de jouer.

Vous vous sentez à l'aise malgré cette gêne ?

F.S. : Je suis assez décontracté de manière générale. Que je réussisse ou non mon prochain match, je sais que 2008 arrive et rien que ça, ce n'est que du bonheur en perspective. Je suis prêt à m'investir à 200%, je sais le travail que ça coûte d'être encore à ce niveau à mon âge. Donc je vais jouer à fond contre Djokovic. Si je dois prendre des risques, c'est bien face à lui, ici à Bercy. Mais je devrais être sûr que mon corps suive, sinon, ce n'est pas la peine. J'ai pris mes responsabilités et suis très content d'avoir passé ce premier tour.

MS Paris-Bercy
Gasquet: "Que du plaisir"
04/11/2007 À 17:00
MS Paris-Bercy
Doublé de Nalbandian
04/11/2007 À 16:53