Les duels Tsonga-Grosjean ont un goût intergénérationnel très Coupe Davis, leur association en double, victorieuse à Lyon et en lice à Bercy, plaira certainement à Guy Forget. Les duels Tsonga-Gasquet nous plongent dans un avenir plus lointain, chargé d'espoirs à ne pas décevoir. Ils ont partagé les belles années juniors, les voilà réunis dans le grand bain une troisième fois cette saison après Wimbledon et Lyon.

Richard Gasquet aura toujours rendez-vous avec son passé de prodige. La montée en puissance de Tsonga, comme la précocité de Nadal il y a trois ans, le moindre rappel de ces années d'insouciance pourrait être douloureux. Le Biterrois semble pourtant accepter, avec encore beaucoup de maladresse, son destin de N.1 français. Il veut "être à 10000% à Paris", il ne veut pas "décevoir" devant ce public exigeant qui n'attend que lui. Il sait surtout qu'ils sont nombreux à vouloir lui ravir la gloire qui lui était prédestiné. En toute amitié, Tsonga fait partie de ceux-là. A New York, il avait manqué le duel avec son alter ego américain Donald Young, comme s'il avait voulu éviter (forfait en raison d'une angine) de se frotter à son propre passé. A Bercy, il aura face à lui, un joueur qui veut rattraper le temps perdu. Deux trajectoires qui se croisent pour notre plus grand plaisir.

MS Paris-Bercy
Irrésistible Nalbandian
04/11/2007 À 18:45

Tsonga-Gasquet: se tourner vers l'avenir

"C'est étonnant de rencontrer deux fois de suite les deux mêmes joueurs", a reconnu Tsonga. Mais ce dernier n'est pas un inconnu. A Bercy, il s'était révélé en 2004 par une victoire sur le Croate Mario Ancic, à Roland-Garros, il avait chatouillé Andy Roddick la même année. Gasquet et Tsonga sont donc amenés à se croiser plus souvent encore. Si leurs fâcheuses tendances à se blesser ne se confirme pas. Après deux années gâchées par les blessures, Tsonga s'apprête à boucler 2007 aux alentours de la 40e place mondiale. "Il peut faire sans problème quart de finale en Grand Chelem la saison prochaine", a commenté Grosjean qui s'attend à voir un Gasquet "tendu" mercredi.

Grosjean parle en connaissance de cause puisqu'il s'était retrouvé en 2001 dans le même situation que le N.1 français aujourd'hui, avec la perspective de se qualifier pour le Masters en cas de beau parcours à Bercy. A l'époque, le Marseillais avait poussé l'exploit jusqu'à gagner le tournoi. Un exemple pour Gasquet?

MS Paris-Bercy
Gasquet: "Que du plaisir"
04/11/2007 À 17:00
MS Paris-Bercy
Doublé de Nalbandian
04/11/2007 À 16:53