AFP

Novak Djokovic : "Lance Armstrong est une honte pour le sport"

Djokovic : "Armstrong est une honte pour le sport"
Par Eurosport

Le 18/01/2013 à 11:43Mis à jour Le 18/01/2013 à 11:55

Novak Djokovic a évoqué le cas Lance Armstrong vendredi. Il ne mâche pas ses mots envers le Texan et le cyclisme. Pour lui, le tennis est épargné par le dopage.

Pendant que vous étiez en train de jouer, Lance Armstrong avouait lors d’une interview télé qu’il était bel et bien dopé durant sa carrière. Qu’en pensez-vous ?

N.D. : Je n’ai pas pu voir l’interview mais j’ai entendu dire qu’il avait avoué effectivement. Je pense que tout le monde s’attendait plus ou moins à ça. Je veux dire, ce serait ridicule de sa part de continuer à nier alors que tout a été prouvé désormais. Ils ont au moins un millier de preuves de sa culpabilité. C'est une honte pour le sport d'avoir un athlète comme lui. Il a trahi le sport. Il a trahi beaucoup de gens dans le monde entier avec sa carrière, avec son histoire. On devrait lui enlever tous ses titres. Il a mérité de souffrir pour avoir menti toutes ces années.

Estimez-vous que la lutte antidopage est suffisamment rigoureuse dans le tennis?

N.D. : En tennis, en tout cas de mon point de vue, elle est très bonne. Moi ça ne me dérange pas d'être testé 10, 20 ou 30 fois par an. Les règles antidopage sont devenues plus strictes. Aujourd’hui, chaque jour de l’année, vous devez dire pour au moins une heure ou deux où vous vous trouvez. On peut se demander pourquoi il faut écrire 365 jours par an où on se trouve alors que, la plupart du temps, nous sommes sur les courts. C’est une contrainte. Mais tant que c'est pareil pour les autres joueurs, ça me va.

Qu’en est-il des contrôles sanguins ? Le rapport de l’ITF révèle qu’en 2011, il n’y a eu que 18 contrôles sanguins sur les top joueurs du circuit. Etes-vous souvent contrôlé ? Vous, Roger, Andy ou Rafa ?

N.D. : Je n’ai pas dû être testé ces six ou sept derniers mois. Mais sur les deux ou trois dernières années, je l’ai été régulièrement. Je ne sais pas pour quelle raison ça s’est arrêté ces derniers temps. Mais encore une fois, les joueurs de tennis sont parmi les athlètes les plus propres.

Vous êtes donc en désaccord avec Darren Cahill, qui estime que le programme antidopage actuel dans le tennis est inadapté?

N.D. : Je ne sais pas. Il y a sûrement une raison pour qu’il dise ça. Je connais Darren. C’est un super mec. Il connait vraiment bien le tennis. Il doit avoir ses raisons.

Une partie du problème ne vient-elle pas du faible nombre des contrôles sanguins précisément ? L’ITF devrait-elle investir davantage dans ce sens ?

N.D. : Je suppose que c’est plus une question pour l'ITF que pour moi. Mais bien sûr, l’argent doit être investi en ce sens. Il faut protéger notre sport et les joueurs et ça va dans ce sens-là. Plus il y aura de tests urinaires, plus il y aura de tests sanguins, mieux ce sera. Comme ça, chacun saura que c’est un sport propre.

Beaucoup de gens ont perdu confiance dans le cyclisme. Est-ce aussi votre cas ?

N.D. : Comme beaucoup de gens, j'ai perdu confiance dans le monde du cyclisme. Je suivais avant. Tous ces grands champions, Marco Pantani, maintenant Lance Armstrong.... Je ne vais pas tous les citer. Il y a eu tellement de scandales. Je suis certain qu’il y a beaucoup de coureurs à travers le monde qui s’entrainent très dur et qui essaient de rester à l’écart du dopage. Mais je pense que ce n’est pas acceptable qu’ils soient obligés de faire autant de courses en une si courte période. Monter, descendre, sur le Giro ou le Tour de France, 200 kilomètres par jour, c’est inhumain. Comme vous le voyez, Lance Armstrong, comme beaucoup d’autres champions, doivent utiliser quelque chose pour réussir et gagner.

Pensez-vous que le tennis soit à l’abri de ça ? D’une défiance des fans ?

N.D. : Les résultats le montrent. Ces dernières années, il y a peut-être eu un ou deux cas, mais ces joueurs étaient autour de la 100e place ou au-delà. Nous maintenons notre sport propre. Nous travaillons en ce sens. Nous sommes sur un bon chemin dans ce domaine et nous ne nous en détournons pas.

Seriez-vous favorable à un passeport biologique dans le tennis comme c’est désormais le cas en cyclisme?

N.D. : On peut discuter de toutes les options pendant un moment. Mais mon avis, c’est que le règlement antidopage tel qu’il existe aujourd’hui en tennis est bon et suffisant. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de faire des changements majeurs. 

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0