Dechy : "A 100%"

Dechy : "A 100% pour l'open d'Australie"
Par Eurosport

Le 07/01/2003 à 09:40Mis à jour

Victorieuse en fin de semaine dernière du tournoi de Gold Coast, Nathalie Dechy, victime d'une contracture à une cuisse, a préféré abandonner lors de son 1er tour du tournoi de Canberra face à l'Allemande Weingartner. La Française revient sur son 1er succès et sa motivation.

Nathalie Dechy revient sur son succès à Gold Coast

Dechy touchée, pas coulée

Q.: Nathalie, comment avez-vous vécu votre première victoire à Gold Coast, la semaine dernière ?

Q.: J'imagine volontiers que le bonheur a été intense, après votre victoire en finale...

N.D.: Sur le moment, c'est un super bonheur. Après.. En fait, la finale a eu lieu assez tôt, j'ai enchaîné sur la finale du double (avec Emilie Loit, perdue face à la paire Navratilova-Kuznetsova, ndlr), puis j'ai eu le temps de savourer, j'ai regardé les derniers points sur cassette, j'avais des images dans la tête... Ca donne envie d'y regoûter plus souvent.

Q.: Cette semaine débute moins bien, avec un abandon dès le premier tour au tournoi de Canberra. Votre blessure est-elle grave ?

Q.: Lors de l'open d'Australie, justement, vous allez être la chef de file de la délégation française. Comment appréhendez-vous cette responsabilité ?

N.D.: C'est toujours agréable d'être la chef de file, mais, justement, j'ai une pensée pour Amélie (Mauresmo). Je sais que son genou va beaucoup mieux et j'espère qu'elle reprendra vite. C'est toujours agréable quand on est plusieurs. Mais sur ce Grand Chelem en particulier, je vais essayer d'en profiter, de faire du mieux possible et on verra après.

Q.: Quand vous avez débuté sur le circuit féminin, il y avait une belle représentation française...

Q.: Sur quoi avez-vous le sentiment d'avoir progressé dernièrement ?

N.D.: J'ai pas mal travaillé sur mon service et mon coup droit. J'ai déjà vu des progrès, mais je dois encore développer ces deux coups pour en faire des armes fortes, pour faire plus de coups gagnants, pour abréger les échanges, mais sans oublier la base de mon jeu qui est la solidité.

Q.: Vous êtes entraînée tout à la fois par Georges Goven et votre papa. Les deux se relaient sur les tournois pour vous accompagner. Ce schéma vous convient-il ?

N.D.: Ca a bien marché l'an dernier, j'ai vraiment aimé. C'était un bon équilibre. Georges me suit sur une bonne dizaine de tournois dans l'année, et mon père aussi quand ce sont les vacances scolaires. C'est un bon équilibre.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0