Eurosport

Federer: "Une chimère"

Federer: "Une chimère"
Par Eurosport

Le 27/01/2008 à 10:45Mis à jour

Roger Federer ne gagnera pas l'Open d'Australie pour la 3e année de suite. Il n'avait plus perdu un match en trois sets depuis Roland Garros en 2004. Moins de 15 minutes après sa défaite, lapidaire mais toujours lucide sur son exceptionnelle situation, i

OPEN D'AUSTRALIE - Demi-finale messieurs

Novak Djokovic (SRB/N.3) bat Roger Federer (SUI/N.1) 7-5, 6-3, 7-6 (7/5)

Nous direz-vous un jour pourquoi cet Open d'Australie a été si difficile pour vous ? En quoi votre virus intestinal a, par exemple, perturbé votre quinzaine ?

Roger Federer : Honnêtement, je dis la vérité. Vous ne la lirez pas un jour dans un livre. Physiquement, j'avais bien récupéré. J'étais seulement plus lent que d'habitude. Aujourd'hui, je me suis senti mieux au fil de la partie et j'aurais bien aimé qu'il y ait un 4e et un 5e sets. Mais je n'ai pas été capable d'aller plus loin. Après les deux premiers tours, je me sentais plutôt bien. Même si j'ai eu du mal contre Tipsarevic, j'ai ensuite battu deux gros morceaux, Berdych et Blake. Mais Djokovic a bien servi dans les moments importants, ce qui n'a pas été mon cas. A l'US Open, je l'ai battu en trois sets alors qu'il avait eu ses chances. Cette fois, ça a été l'inverse.

Qu'avez-vous ressenti quand vous avez perdu la balle de match ?

R.F. : Rien. Il me restait une balle dans ma poche. Je l'ai donnée au ramasseur. J'ai rangé mes affaires. Et je suis parti. Je n'avais plus rien à faire ici.

Vous menez 5-3 au 1er set. Que pouvez-vous vous reprocher à ce moment-là ?

R.F. : J'aurais aimé mieux servir tout au long du tournoi. Je n'ai pas trouvé les lignes comme d'habitude. Mon pourcentage était bon, autour de 65%. Mais sur les moments importants, je n'ai pas eu la précision que j'aurais voulue. Et je n'ai pas bougé comme je le voulais. Cette fois, je ne tirais pas des passings les yeux fermés. Il y a des questions. On va essayer de trouver les réponses.

Q. Do you look back now and think about the preparation a couple weeks ago and the illness? Was that having a lingering effect at all on your game throughout this tournament?

Est-ce que vous pensez à votre préparation, à votre maladie qui a pu affecter votre parcours ?

R.F. : Ecoutez, honnêtement, je ne sais pas. J'y réfléchirai. C'est vrai que compte-tenu de mon virus, je suis content du résultat ici.

Mais bien sûr j'ai créé une chimère. En fait, je sais que je dois toujours gagner. Mais vous savez, une demi-finale, c'est pas mal du tout. Mais j'analyserai ça pour envisager des changements l'année prochaine.

Je n'ai pas joué mon meilleur tennis, mais j'ai été assez régulier tout au long du tournoi.

Vous avez créé une chimère, un monstre ?

R.F. : En quelque sorte, oui.

En gagnant chaque semaine, les gens disent que je suis mauvais si je perds un set ! Donc, tout est de ma faute je suppose...

La suite de votre programme ?

R.F. : Quelques semaines de congés, puis après, je ne vais pas arrêter de Dubaï jusqu'à l'US Open. Je n'aurais jamais plus de deux semaines de repos.

Avez-vous regardé la demi-finale Nadal-Tsonga ?

R.F. : Oui, c'était impressionnant. Nadal a toujours des problèmes face à ce genre de joueur. Au bout d'un set, c'était plutôt clair. Tsonga a fait un très bon match.

0
0