Allsport

Tsonga en quarts de finale

Tsonga en quarts de finale
Par Eurosport

Le 26/01/2009 à 11:57Mis à jour

Jo-Wilfried Tsonga n'a pas cédé un set face à James Blake 6-4, 6-4, 7-6 (7/3). Le Français jouera Fernando Verdasco en quart de finale de l'Open d'Australie.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Mine de rien, ça devient sérieux. Arrivé à Melbourne avec une lombalgie et la pression d'une place de finaliste à confirmer, Jo-Wilfried Tsonga est en train de réussir son pari. Sa victoire dans la douleur au deuxième tour face à Ivan Ljubicic avait laissé craindre le pire pour la suite de son tournoi. Mais à l'image du dernier tournoi de Bercy, le numéro 1 français avance inexorablement malgré ses limites physiques du moment. La référence au Master Series parisien prend d'autant plus de sens qu'il y avait dominé sa victime du jour, James Blake, et encore une fois sans concéder le moindre set, avant d'enlever le titre. Un signe pour cette épopée australienne ?

Blake et ses retards à l'allumage

L'Américain, tête de série n°9, s'annonçait pourtant comme un client très sérieux. Bien dans son tennis, plus offensif que par le passé, Blake pouvait poser des problèmes à Tsonga. Mais le New-Yorkais montra vite, très vite, pourquoi son tennis explosif ne l'emmène jamais au-delà des quarts de finale en tournoi du Grand Chelem. Et Tsonga, pourquoi il fait si souvent la différence dans les moments clés. Ainsi, dès le premier jeu, Blake s'apprête à boucler son service blanc avant une salve de quatre fautes directes et un petit passing aux oignons de Tsonga. Break ! Le mal était fait. Au deuxième set, rebelote, avec un premier jeu de service catastrophique de la part de l'Américain. "Il a un style de jeu tellement agressif que lorsqu'on ne passe pas sa première balle cela devient très difficile", analysait Blake après le match.

Verdasco... avant Nadal ?

Comme au tour précédent, Tsonga éprouve alors le besoin de souffler au troisième set. Peut-être un peu coupé dans son effort par l'interruption de dix minutes en raison du feu d'artifice célébrant l'Australian Day, la fête nationale, le Manceau se fait surprendre à 4-2 en faveur de Blake. Dos au mur, Tsonga sauve alors deux balles de set à 5-3 pour Blake avant de conclure sur sa lancée au tie-break. Voilà donc le finaliste de l'an passé au rendez-vous des quarts. Avec la sortie de l'homme fort du début de saison, Andy Murray, par Fernando Verdasco, Tsonga peut sans doute voir plus loin, même si l'Espagnol n'est plus le même joueur depuis sa victoire en Coupe Davis. Il n'empêche, difficile de ne pas imaginer ce quart comme une répétition idéale avant de possibles retrouvailles avec un autre gaucher ibérique, Rafael Nadal. Un an après la demi-finale historique entre les deux hommes au même endroit, l'histoire serait belle. On n'en est pas là mais, pourquoi le cacher, on en rêve déjà...

0
0