AFP

Jadis, Hewitt et Roddick

Hewitt-Roddick, la parenthèse enchantée
Par Eurosport

Le 18/01/2012 à 13:39Mis à jour Le 19/01/2012 à 01:46

Adversaires jeudi, Hewitt et Roddick ont fait la transition entre Sampras et Federer au sommet du tennis mondial. Melbourne connaîtra jeudi une vraie séquence nostalgie lors de la night session. Dans leur malheur, ils ont eu de la chance : le temps de connaître leur moment de gloire.

Il est probable que Lleyton Hewitt, 30 ans, et Andy Roddick, 29 ans, ne gagneront plus jamais le moindre tournoi du Grand Chelem. Mais personne ne leur contestera le droit d’y croire encore. Jeudi, les deux anciens n°1 mondiaux se retrouveront au cœur de la Rod Laver Arena pour un match du deuxième tour de l’Open d’Australie qui fleurera déjà bon le passé. Hewitt et Roddick se sont déjà affrontés treize fois et leur premier duel remonte à 2001.

    Eurosport

    Mieux valait arriver avant 2004...

    C’est leur paradoxe. Hewitt et Roddick ont eu à la fois la malchance de tomber sur un phénomène de la trempe de Federer, mais ils ont profité aussi d’un "trou de l’histoire" situé entre le crépuscule de Sampras et l’avènement du champion de Bâle pour laisser leur trace dans les palmarès. Depuis, les occasions ont été plutôt rares pour les autres joueurs qui doivent désormais composer avec le pouvoir sans partage de trois hommes. De l’anarchie d’une hiérarchie bousculée en 2002-2003, nous sommes passés, en effet, à la domination impériale d’un seul homme, Federer, devenue aujourd’hui celle d’un triumvirat composé de Federer, Nadal et Djokovic qui ont gagné à eux trois, depuis 2004, 28 des 30 tournois majeurs, soit 93%, du total. C’est évidemment inédit dans l’histoire du jeu sur une période aussi longue - d’autant que la série est toujours en cours.

    Reuters

    Lleyton Hewitt, consacré à l’US Open en 2001 et à Wimbledon en 2002, et Andy Roddick, vainqueur à l’US Open en 2003, font partie des 107 joueurs qui ont remporté un jour un tournoi du Grand Chelem (depuis 1925, année où les quatre tournois ont été internationaux). C’est un immense privilège que Roddick ne manquera jamais de savourer même s’il pourra toujours penser qu’il aurait pu s’imposer au moins une fois à Wimbledon sans ce satané Federer. Mais il se rappellera aussi que, lors de son US Open victorieux, il sauva une balle de match contre David Nalbandian en demi-finales. A quoi tient une carrière réussie…

    Pariez sur le Tennis avec Winamax
    1
    N
    2
    Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
    0
    0