1. A-T-IL RETROUVE TOUTE SA CONFIANCE ?

Quand on a autant gagné, et aussi longtemps, l'abstinence est difficile à gérer. Roger Federer a peu à peu perdu cette énorme confiance bâtie au fil des saisons et des succès. Dans les moments clés, ça joue. Il suffit parfois d'un point pour l'ébranler. Ce fut particulièrement significatif lors de sa demi-finale perdue à l'US Open l'an dernier contre Djokovic. L'extraordinaire retour de coup droit gagnant du Serbe sur la première balle de match en faveur de Federer, dans le cinquième set, a fendu l'armure suisse. Même après avoir été débreaké, Federer menait encore 5-4, mais le match, en réalité, était terminé. Djokovic s'est imposé 7-5, remportant les trois derniers jeux dans un fauteuil.

Open d'Australie
Tsonga s'arrête là
23/01/2012 À 05:20

Aujourd'hui, Federer a clairement besoin de se reconstruire une confiance. Bien sûr, sa très belle fin de saison 2011 et le fait d'avoir remporté 23 matches de suite, peut y contribuer. Le Bâlois n'a plus été battu depuis cette demi-finale de l'US Open. Il est sur une dynamique très positive. Mais attention, l'adversité est autrement plus dense en Australie. En fin d'année dernière, Djokovic, Nadal et Murray étaient loin de leur meilleur niveau en raison de pépins physiques. Ils ont d'ailleurs peu joué. Le vrai test reste donc à venir, à partir de son quart de finale contre Del Potro.

Crédit: AFP

2. EST-IL CAPABLE D'EVITER LES TROUS NOIRS ?

C'est devenu la caractéristique de Federer depuis maintenant plusieurs mois. Dans un même match, le Suisse est capable de jouer à un très haut niveau pendant un set, un set et demi, deux sets, avant de disparaitre brusquement de la circulation. Ces trous noirs lui ont parfois coûté très cher, comme face à Tsonga, l'an dernier, à Wimbledon. Contre Gilles Simon, à Melbourne en 2011, il était passé tout près de la correctionnelle. Federer doit absolument se débarrasser de cette fâcheuse tendance qui consiste à laisser revenir ses adversaires dans le match. Face à des joueurs contre lesquels il possède une marge de manoeuvre suffisante, ce n'est pas toujours rédhibitoire. Mais dans les grands matches, c'est beaucoup plus dangereux.

Cette irrégularité chronique est à rapprocher des problèmes physiques à répétition dont il a souffert ces deux dernières années. Notamment son mal de dos récurrent. Parce qu'il éprouve le besoin de s'économiser sur la durée d'un tournoi, par séquences, il baisse en intensité, comme l'explique Patrick Mouratoglou. "Il est dans une logique où il doit s'économiser en permanence, surtout à son âge, juge le consultant d'Eurosport. Parfois, quand on cherche à s'économiser, on risque de sortir du match. Sampras a beaucoup fait ça lui aussi, mais il avait un service hors normes, plus encore que le Suisse. Il pouvait se permettre de ne jouer qu'un ou deux jeux de retour dans le set. Pas Federer." La peur n'éloignant pas le danger, Federer aurait tout intérêt à changer de stratégie. Moins il cherchera à se gérer, moins il prendra de mauvaises habitudes qui, dans les très grands matches, peuvent peser lourd.

3. SERA-T-IL ASSEZ AGRESSIF DANS LES GRANDS MATCHES ?

Outre les aspects psychologiques et physiques, Roger Federer a aussi souvent rencontré un problème d'ordre stratégique depuis deux ans. Il a désormais tendance à reculer et à subir quand il est agressé. A ce niveau, le tennis est un jeu de gagne-terrain. Chaque pas à l'intérieur du court vaut de l'or. L'épreuve de force, Federer la subit alors que, jadis, il ne cessait de l'imposer, à part contre Nadal. Et un Federer qui cesse d'agresser est un Federer fragilisé. Conscient de ce problème, l'ancien numéro un mondial a rectifié le tir dernièrement. Ce changement d'attitude est une des principales raisons de son retour au premier plan fin 2011. Dès l'US Open, on l'avait vu déterminé à ne plus céder un centimètre. Depuis, il a gardé ce fil conducteur, malgré quelques accrocs, comme en finale du Masters face à Tsonga, où il était retombé dans ses travers. Mais évidemment, tout est lié. Si Federer subit davantage, c'est aussi parce qu'il a perdu ce surcroit de confiance si précieux dans le dernier carré d'un Grand Chelem.

SUIVEZ L'OPEN D'AUSTRALIE EN DIRECT SUR EUROSPORT PLAYER ET SUR L'ANTENNE D'EUROSPORT !

Open d'Australie
Gulbis déclare forfait
17/12/2012 À 08:17
Open d'Australie
Monfils veut disputer l'Open d'Australie
16/12/2012 À 08:51