Pour son 1001e match en carrière, Roger Federer n'a pas eu la nuit facile. Jeudi soir à Melbourne, Rafael Nadal a été encore le cauchemar du Suisse, qui ne trouve plus la parade pour battre l'Espagnol au meilleur des cinq manches depuis 2007. L'Espagnol, N.2 mondial, a mis un terme à 24 victoires de suite du N.3 mondial en le dominant en quatre manches (6-7, 6-2, 7-6, 6-4) pour rallier sa deuxième finale de l'Open d'Australie, trois ans après son sacre à Melbourne, déjà face à Federer. A 25 ans, l'Espagnol continue de marquer le circuit de son empreinte en mettant les pieds en finale d'un tournoi du Grand Chelem pour la 15e fois de sa carrière, égalant Andre Agassi, Jimmy Connors et Roy Emerson.
Dimanche, il attend de savoir maintenant qui de l'Ecossais Andy Murray ou le Serbe Novak Djokovic, N.1 mondial tenant du titre, le défiera dimanche lors de sa quatrième finale de Grand Chelem de suite. Pourtant, tout portait à croire que le Suisse était capable d'enfin renverser la domination de l'Espagnol dans leur face-à-face : la série de victoires impressionnante du Bâlois, mais aussi et surtout son niveau tennistique affiché dans cet Open d'Australie. Federer était jusqu'alors le seul joueur à n'avoir pas encore concédé le moindre set dans le tournoi et avait bénéficié d'un match de moins à disputer grâce au forfait de l'Allemand Andreas Beck au 2e tour.
Federer encore trop irrégulier
Open d'Australie
Mais où est la concurrence ?
26/01/2012 À 09:46
Son début de match a confirmé cette tendance. le Suisse a tout de suite pris le service de Nadal pour rapidement mener 3-0. Mais l'Espagnol au mental d'acier n'a, comme prévisible, rien lâché et est revenu à hauteur de son adversaire avant de finalement céder dans un jeu décisif très accroché (7-6, 7 points à 5). L'emprise du N.3 mondial s'est confirmée par un nouveau break d'entrée de deuxième set. Mais voilà, le Majorquin est têtu. Il a refait immédiatement son service de retard pour se relancer dans la partie.
Dès lors, Federer a perdu de sa régularité. Avec un service moins performant que celui de l'Espagnol (64% de 1er service contre 77%), avec un nombre colossal de fautes directes (63 contre 34) et un jeu au filet défaillant (35 points gagnés sur 57), l'homme aux 16 titres du Grand Chelem a offert les clés du match à son meilleur ennemi qui a jailli à chacune de ses baisses de régime. Malgré une belle opposition dans le troisième set où, une nouvelle fois, Federer a glané le premier break de la manche, Nadal a alors logiquement pris le dessus pour s'imposer en 3h42 de jeu. Plus véloce, plus puissant, plus constant, le Majorquin a montré qu'il était encore la bête noire du champion helvétique et vise désormais son onze titres du Grand Chelem. Cela suffira-t-il à impressionner Djokovic et Murray qui en découdront à leur tour vendredi ?
Open d'Australie
Federer-Nadal, quelle rivalité?
25/01/2012 À 16:19
Open d'Australie
Gulbis déclare forfait
17/12/2012 À 08:22