Tennis
Open d'Australie

Chez lui à Melbourne, Djokovic a de nouveau les crocs

Partager avec
Copier
Partager cet article

Novak Djokovic à l'Open d'Australie 2017.

Crédit: Panoramic

ParLucile Alard
17/01/2017 à 16:13 | Mis à jour 17/01/2017 à 16:40
@LucileAlard

OPEN D'AUSTRALIE - Novak Djokovic, tenant du titre à Melbourne, a réussi son entrée en lice face à Fernando Verdasco (6-1, 7-6, 6-2). Frais physiquement et mentalement, le Serbe entend croquer à pleines dents cette édition 2017 sans se fixer d'objectif.

"Je me sens chez moi." Novak Djokovic et l'Open d'Australie, c'est une histoire d'amour qui dure. Le Serbe détient douze titres en Grand Chelem, dont la moitié à Melbourne. Alors à peine sortie du court après avoir éliminé Fernando Verdasco (6-1, 7-6, 6-2), mardi, le numéro 2 mondial a redit le sentiment particulier qui le lie au premier tournoi majeur de la saison. "Je reviens dans un lieu où j'ai un nombre hallucinant de souvenirs incroyables". Le lieu idéal, en somme, pour oublier ses démons de la fin 2016. Lancé par son trophée à Doha, il a faim de tennis en Australie. Et il peut débuter sa reconquête même s'il assure ne pas se projeter.

Open d'Australie

Djokovic a surmonté l'obstacle Verdasco

17/01/2017 À 10:37

Pour son entrée en matière, Djokovic faisait face à Verdasco, "un des pires tirages possibles", de l'aveu même du joueur. La victoire n'a finalement guère fait de doute. Tout n'a pourtant pas été parfait pour lui, à l'image de ses 34 fautes directes et d'un deuxième set fait d'intermittences. Le Serbe n'est pas encore impérial et le chemin est encore long. Il se félicitait d'avoir eu un tel adversaire d'entrée : "C'était très bien d'avoir un premier match difficile. Cela m'a permis de mieux me préparer et de réaliser une bonne approche de ce match et du tournoi avec une bonne intensité dès le début et dès le premier point."

Finalement, il n'y a pas eu danger pour Djokovic : les temps forts de sa victoire

00:02:24

L'intersaison m'a fait du bien

Plutôt que de se faire une grosse frayeur, Djokovic a commencé cette édition 2017 par une belle performance. Il refuse de penser à la suite ou à la place de numéro 1, soulignait-il avant le début du tournoi. Mais cet Open d'Australie, où il n'a perdu qu'une seule fois en six ans (face à Warinka en 2014), est une belle occasion de laisser la deuxième partie de saison dernière derrière lui. Pour le tenant du titre à l'Open d'Australie, la coupure entre les deux saisons a été plus que profitable. Tant sur le plan du jeu que sur le plan mental. "Je devais faire quelques réglages et ajustements. J'ai travaillé sur certains éléments de mon jeu en essayant de me concentrer sur ce qui n'a pas bien marché dans les derniers mois de 2016," a détaillé celui qui est désormais le dauphin d'Andy Murray au classement ATP.

Novak Djokovic

Crédit: AFP

A la recherche de fraîcheur mentale, Djokovic n'a jamais longtemps coupé avec le tennis lors des deux derniers mois mais l'absence de compétition a été bénéfique. "L'intersaison m'a fait du bien et c'est vrai que ça m'a permis de me ressourcer après tout ce que j'ai vécu la saison passée, explique-t-il. Il y a eu des moments incroyables, surtout à Roland-Garros. Et ensuite, vous le savez, la deuxième partie de ma saison a été loin de mes standards avec beaucoup de hauts et de bas. Et j'ai perdu ma place de numéro 1."

Une élimination prématurée à Wimbledon, une sortie de route face à Del Potro aux JO et une défaite en finale de l'US Open avaient fini par peser sur le champion qui, avec sa victoire Roland, semblait un peu las, voire rassasié. "Je ne ressens plus cette joie intérieur de jouer", lâchait-il en octobre 2016 juste avant de débuter le Masters 1000 de Shanghai. Aujourd'hui, du moins c'est ce qu'il dit, tout a changé. "Depuis plusieurs semaines, déjà, j'avais vraiment envie de revenir sur les courts et rentrer dans la compétition. Revenir au bureau si l'on peut dire. Avec l'Open d'Australie, c'est la meilleure façon de lancer l'année." La meilleure façon serait (aussi) de le gagner.

Novak Djokovic celebrates his win

Crédit: AFP

ATP Doha

Djokovic en avait plus besoin que Murray

09/01/2017 À 09:04
Wimbledon

"Plus belle finale de l'histoire", "Roger était le meilleur" : Djokovic-Federer, un an après

14/07/2020 À 09:36
Dans le même sujet
TennisOpen d'AustralieFernando VerdascoNovak Djokovic
Partager avec
Copier
Partager cet article