Panoramic

Serena sur sa finale contre Venus : "Peu importe ce qui arrivera samedi, je serai gagnante"

Serena : "Peu importe ce qui arrivera samedi, je serai gagnante"
Par Eurosport

Le 26/01/2017 à 14:14Mis à jour Le 26/01/2017 à 14:38

OPEN D'AUSTRALIE - Pour la première fois depuis plus de sept ans, Serena Williams va affronter sa grande soeur Venus en finale d'un tournoi du Grand Chelem. La numéro 2 mondiale, qui brigue un 23e majeur, ne voit que du plaisir dans ces retrouvailles.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Vous revoilà en finale avec Venus. Quel est votre sentiment ?

S.W. : Je suis contente parce que tout dépendait de moi après la victoire de Venus. Croyez-le ou non, mais je ressentais un peu de pression par rapport à ça, c'était à moi de faire en sorte qu'il y ait une finale entre Venus et moi. J'ai bien ressenti cette pression en entrant sur le court.

Avant votre match, Venus est sortie du court et à l'écran, on a pu vous voir, vous et Mirjana Lucic-Baroni, passer à côté d'elle. Etait-ce difficile à ce moment-là de rester concentré sur votre match ?

S.W. : Oui, parce que c'est une demi-finale de Grand Chelem, et que j'affrontais une joueuse en pleine réussite, en pleine forme. Dans le sport de haut niveau, il faut être concentré. Bien sûr, je sais à ce moment-là que c'est un grand moment parce que nous sommes très proches, c'est la famille. Mais il ne faut pas perdre sa concentration.

Une Williams va gagner samedi, une autre va perdre. Vous voyez le verre à moitié plein ou à moitié vide ?

S.W. : Après tout ce que Venus a traversé, avec sa maladie et tous ses problèmes physiques, je ne peux pas ne pas me dire que c'est une situation où, quoi qu'il arrive, je serai gagnante. J'ai été auprès d'elle tout ce temps. Je sais ce qu'elle a vécu. Vraiment, peu importe ce qui arrivera samedi, je serai gagnante, je ne peux pas perdre. Ça va être super à vivre.

Vidéo - Serena Williams a éparpillé Lucic-Baroni : les temps forts de sa victoire

02:34

Comment vont se passer les deux prochains jours ? Allez-vous passer du temps ensemble, vous parler ? Ou bien avez-vous besoin de rester chacune dans votre bulle ?

S.W. : Non, on va se parler. Plus que jamais. Rien ne peut séparer notre famille. Ça va encore nous rapprocher. Je veux qu'elle fasse le maximum de ce qu'elle peut faire et c'est pareil pour elle. Il ne pouvait pas y avoir de meilleur scénario pour moi. C'est une renaissance dans notre histoire commune.

Vous vous connaissez par cœur toutes les deux. Dans quelle mesure avez-vous quand même besoin de préparer ce match tactiquement, d'analyser, peut-être faire de la vidéo ?

S.W. : Oui, je pense que ça reste important de faire tout ça. Au bout du compte, c'est quand même une finale de Grand Chelem. Nous sommes heureuses l'une pour l'autre mais il y a un match à jouer et à gagner. Alors oui, on va sans doute analyser nos matches respectifs.

Votre père avait dit il y a bien longtemps que Venus et vous occuperiez les deux premières places mondiales un jour. Il avait aussi dit que vous révolutionneriez le jeu. Dans quelle mesure l'avez-vous fait selon vous ?

S.W. : Mon père nous a fait travailler d'une façon innovante. Il nous a appris des techniques que personne d'autre n'utilisait. Il savait toujours ce qui marcherait le mieux pour nous. Je pense que nous avons clairement révolutionné le tennis. Nous avons réussi à être deux femmes qui ont mis en œuvre tout ce dont elles rêvaient.

A titre personnel, quel regard portez-vous sur votre tournoi jusqu'ici ?

S.W. : Je suis fière de moi. Beaucoup de gens commençaient déjà à m'enterrer. Peut-être que je suis meilleure en position d'outsider, qui sait ?

Vidéo - Serena Williams : "Ce sera un match difficile, j'ai perdu contre elle tellement de fois"

00:24
0
0