Si Hyeon Chung se hisse en finale de l'Open d'Australie vendredi, il aura laissé derrière lui pas moins de onze des treize derniers titres à Melbourne. Bourreau de Novak Djokovic, sextuple lauréat du trophée Norman Brookes, le Sud-Coréen s'attaque maintenant au quintuple vainqueur du tournoi, Roger Federer.
Atteindre sa première finale majeure après un pareil double exploit, sans oublier qu'il a également bouté hors du tableau le numéro 4 mondial Alexander Zverev, marquerait une entrée dans la cour des très grands, et ce par la très grande porte. Mais le défi est de taille. Trop grand pour lui ? C'est en tout cas l'avis du consultant d'Eurosport, Mats Wilander. "Chung n'a qu'une toute petite chance", a-t-il estimé auprès de Reuters.
Le Suédois, triple vainqueur du tournoi, voit une carence rédhibitoire dans le jeu de Chung : son service. "Il ne sert pas assez bien. Il sera sans cesse sous pression. Federer aura la liberté de tenter différentes choses sur le service de son adversaire. A l'échange, Chung peut rivaliser mais il n'aura pas assez de points gratuits. Il est encore un joueur un peu trop 'simple' pour le moment face à quelqu'un d'aussi expérimenté que Federer."
Open d'Australie
Le sacre de Mauresmo, la boucherie de Graf : Le Top 50 des matches de l'Open d'Australie (30-21)
18/01/2021 À 16:14
Une énorme marge de progression
C'est bien ce rapport de forces tennistique, plus qu'une éventuelle crispation devant l'événement, qui incite Mats Wilander à ne pas miser sur le jeune espoir du tennis mondial. "Je ne pense pas qu'il sera intimidé par l'aura de Federer, mais plus par son jeu, son style, et sa vitesse d'exécution, reprend-il. Il n'aura pas le temps de réfléchir et de s'organiser. Mais ce sera intéressant de voir avec quelles intentions il entre sur le court."
Même s'il ne croit guère en ses chances d'atteindre la finale, Wilander se dit "emballé" par l'émergence de Hyeon Chung. "Il peut devenir un joueur assez effrayant parce qu'il a le style de tennis qui correspond à ce qu'on devrait voir de plus en plus sur le circuit, juge l'ancien numéro un mondial. Il est agressif du fond du court, il est très athlétique. Il a suivi les pas de Djokovic et il rappelle un peu Novak à son meilleur. Et le plus inquiétant pour la concurrence, c'est qu'il possède une énorme marge de progression avec ce service qui, pour l'instant, vaut à peine cinq sur dix." Alors, ce match vient-il encore un peu trop tôt pour le petit prodige sud-coréen ? Réponse vendredi.
Open d'Australie
L'intégrale du Commissioner McEnroe
29/01/2018 À 14:05