Getty Images

Alexander Zverev : "Il y a toujours la question ‘Quand vas-tu gagner un Grand Chelem ?’"

Avec Zverev, il y a encore la question qui fâche

Le 12/01/2019 à 14:40Mis à jour Le 12/01/2019 à 14:41

OPEN D’AUSTRALIE - Auréolé d’une victoire au Masters à Londres en fin de saison dernière, Alexander Zverev aborde 2019 avec l’ambition d’enfin franchir un cap en Grand Chelem, grands oubliés de sa carrière jusqu’à present. En délicatesse physique, l’Allemand a cependant choisi d’aborder l’Open d’Australie en toute décontraction à l’écouter.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 18 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Un nouvel homme. Un nouveau jeune homme devrait-on dire. Car, faut-il le rappeler, Alexander Zverev n’a que 21 ans. Mais les attentes envers les prodiges sont toujours très (trop ?) élevées. Surtout quand il passe derrière des monstres de précocité que furent Rafael Nadal et Novak Djokovic. Alors, forcément, la pression se fait grande. Celle autour du jeune Allemand n’a fait que grandir d’année en année.

Il faut dire que "Sascha" n’a rien fait pour l’atténuer. Surtout en Grand Chelem. Son meilleur résultat reste son quart de finale à Roland-Garros l’année passée. Léger pour un numéro 4 mondial à l’ambition débordante, destiné à prendre les commandes du circuit une fois que les patrons auront daigné laisser la place.

Vidéo - ''Tu ne peux pas nous laisser gagner rien qu'une fois ?'' : Avec humour, Zverev apostrophe Federer

00:17

À Melbourne, on peut dire que l’Allemand a joué de malchance. 2016 : une rouste au premier tour face à Andy Murray, alors tête de série numéro 2. 2017 : un combat acharné perdu contre Rafael Nadal au troisième tour. 2018 : un autre match de cinq sets, perdu face à la révélation Chung Hyeon. 2019, bis repetita ?

Londres comme premier jalon

Pour transformer l’essai, Zverev a décidé de la jouer cool. Pas de pression additionnelle à l’écouter. La raison ? C’est ce qui semble lui aller le mieux. "Quand je suis arrivé à Londres, je ne jouais pas au mieux. J’avais perdu contre Khachanov à Paris 6-2, 6-1, explique-t-il. J’avais perdu contre d’autres gars aussi. Vraiment, je ne jouais pas bien. Quand je suis arrivé, je me suis dit : ‘OK, c’est le dernier tournoi de l’année, on est tous crevés, tu veux aller en vacances. Je vais juste profiter un maximum, jouer contre les meilleurs joueurs du monde et voir comment ça se passe".

Cela s’est bien passé. Très bien même. Zverev a donc transformé sa surprise en philosophie : "A la fin de la semaine, j’ai gagné. J’ai appris de ça. Je me suis rendu compte que je devais avoir le même état d’esprit sur les Grands Chelems. J’espère pouvoir y arriver". Plus que le résultat brut, c’est bien son dernier week-end et sa capacité à battre sur une semaine les tous meilleurs joueurs mondiaux qui lui ont offert une option pour la suite. Pas encore une garantie.

Alexander Zverev

Alexander ZverevGetty Images

La cheville, réelle inquiétude ?

Il n’empêche, tout, dans cet Open d’Australie 2019, doit lui permettre de monter en puissance et enfin franchir un cap. Aljaz Bedene contre qui il n’a jamais perdu au premier tour. Jeremy Chardy ou Ugo Humbert au deuxième avant de se frotter, éventuellement, à un Gilles Simon pugnace ces dernières semaines mais qu’il a systématiquement dominé sur le circuit. C’est probablement là qu’on en sera plus sur son état physique. Avant d’aller se frotter éventuellement à un Nick Kyrgios souvent en état de grâce face aux gros en 8e.

Car, mine de rien, celui qui incarne le plus les chances de titres de la Next Gen arrive à Melbourne avec quelques inquiétudes concernant sa cheville gauche. Après s’être retiré d’une exhibition à Adelaïde pour une histoire d’ischio, l’Allemand a dû écourter une séance d’entraînement au Melbourne Park à la suite d’une frayeur à la cheville. "La cheville va bien, a-t-il tenté de rassurer face à la presse. Elle est juste enflée. Elle n’a pas tourné mais j’ai un peu trop forcé dessus. Je vais jouer avec une bande, c’est juste inconfortable mais rien qui puisse s’aggraver. Je suis assez relax là-dessus".

"La réalité, c’est que je ne mets pas de pression. Je n’ai jamais passé le troisième tour ici donc on verra pour cette fois. Je veux juste profiter d’être là, jouer au maximum, jouer le plus de grands matches possibles", a-t-il encore détaillé. No pressure, à la sauce australienne. Comme si s’approcher des sommets sans toutefois les toucher tout à fait lui avait fait prendre conscience de sa chance et sa force. Alors, promis, cette année, Zverev est là pour gagner. Mais surtout profiter. À l’écouter, c’est le seul remède à son mal : "Une fois que j’aurais appris à réellement apprécier le moment et m’éclater dans ce que je fais, je pense que le reste suivra". Qu’on arrête, enfin, de lui poser la question qui fâche.

Vidéo - "Pour Zverev, 2019 pourrait être l'année de son premier Grand Chelem"

03:36
0
0