Eurosport

Djokovic, Nadal, Pouille, Tsitsipas : Deux rois et deux jokers

Deux rois et deux jokers
Par Eurosport

Le 23/01/2019 à 17:26Mis à jour Le 23/01/2019 à 20:01

OPEN D'AUSTRALIE - Le plateau du dernier carré dans le tableau masculin peut clairement être divisé en deux parties. D'un côté, deux géants, Novak Djokovic et Rafael Nadal. Clairement, si l'affiche de la finale ne les réunit pas dimanche, ce sera une surprise. Lucas Pouille et Stefanos Tsitsipas, novices à ce niveau, espèrent quand même renverser la table.

  • Laurent Vergne, Maxime Dupuis et Alexandre Coiquil

NOVAK DJOKOVIC

Serbie
Classement ATP : 1er
Temps passé sur le court : 10h36
Set perdu : 2

L'Australie et lui

C'est son tournoi. Sextuple vainqueur à Melbourne, Novak Djokovic peut devenir seul recordman des titres dans le premier Majeur du calendrier en cas de victoire finale dimanche. Il dépasserait Roy Emerson et Roger Federer. C'est là que tout a commencé, en 2008, avec son premier sacre en Grand Chelem. Après deux éditions douloureuses, Nole semble prêt à redevenir le patron de "l'Australian".

Novak Djokovic - Australian Open 2016

Novak Djokovic - Australian Open 2016AFP

Son tournoi

On l'a connu plus impérial. A Doha, il avait, sinon inquiété, en tout cas affiché quelques difficultés récurrentes. A Melbourne, il n'a jamais été vraiment en danger, mais Denis Shapovalov et Daniil Medvedev lui ont pris un set. Le Russe, surtout, a montré qu'il était possible de le bousculer sérieusement. Mais au prix d'une débauche d'énergie hallucinante. Une chose est sûre, le Djoker est physiquement très au point. Et ce match compliqué contre Medvedev est peut-être celui dont il avait besoin pour trouver la bonne carburation.

1er tour : bat Krueger 6-3, 6-2, 6-2
2e tour : bat Tsonga 6-3, 7-5, 6-4
3e tour : bat Shapovalov 6-3, 6-4, 4-6, 6-0
8e de finale : bat Medvedev 6-4, 6-7, 6-2, 6-3
Quart de finale : bat Nishikori 6-1, 4-1 abandon

Vidéo - Quelle baston ! Ce Djokovic - Medvedev était un régal

03:02

La stat : 0

Mauvaise nouvelle pour la concurrence : Novak Djokovic n'a jamais perdu un match à Melbourne une fois dans le dernier carré : six fois il est allé en demi-finale, six fois il a remporté le titre. Dans sa carrière australienne, il a été battu au 1er tour (2005, 2006), au 2e (2016), en huitièmes (2007, 2018) ou en quarts (2010, 2014). Mais en demie ou en finale, jamais. Une vraie spécificité made in Antipodes, puisque sur les trois autres Majeurs, il a cédé trois fois en demie à Roland-Garros et à Wimbledon, et quatre fois à l'US Open.

La décla

"C'est génial d'être de retour en demi-finale. Les deux éditions précédentes avaient été un peu difficiles, avec mon coude et le reste. J'ai énormément de bons souvenirs ici, sur la Rod Laver Arena."

Notre avis

Un Djoko qui avance à Melbourne est un Djoko de plus en plus dangereux. Il ne dégage pas tout à fait la même impression d'invulnérabilité qu'à Flushing en septembre, et il a sans doute moins impressionné que Rafael Nadal depuis le début de la quinzaine mais il reste à nos yeux le favori légitime. Il partira largement favori de sa demie contre Lucas Pouille et en finale, il faudra être monstrueux pour le battre. Nadal en est évidemment capable, mais le Djoker est chez lui sur la Rod Laver Arena.

Novak Djokovic

Novak DjokovicGetty Images

LUCAS POUILLE

France
Classement ATP : 31e
Temps passé sur le court : 16h07
Sets perdus : 5

L'Australie et lui

Jusqu'à cette année, c'était une terre maudite. Cinq participations, cinq défaites au 1er tour. Certaines douloureuses, comme cette élimination face à Gaël Monfils en 2015 alors qu'il menait deux manches à rien. Mais ses deux plus gros échecs sont incontestablement ceux qui ont précédé cette édition 2019 : alors qu'il était installé dans le Top 20, le Français avait été battu par Bublik puis Bemelmans. C'est dire si, en débarquant cette année, surtout avec une confiance minimale, on ne l'attendait pas à pareille fête...

2015 : Lucas Pouille s'incline au 1er tour face à Gaël Monfils.

2015 : Lucas Pouille s'incline au 1er tour face à Gaël Monfils.Getty Images

Son tournoi

Pour le moins convaincant, avec une vraie montée en puissance au fil des tours. De Lucas Pouille, on attendait qu'il remporte enfin un match en Australie. Son succès en trois sets contre Kukushkin l'a débloqué. Il s'est ensuite montré solide face à Marterer, mais le vrai déclencheur a été son match contre Popyrin. Il aurait dû s'imposer en trois sets, il a dû batailler cinq manches, et cela lui a fait un bien fou. Jamais il n'aurait gagné cette rencontre l'an dernier. Derrière, il a battu deux joueurs, Coric et Raonic, aux profils différents, et face auxquels il ne partait pas favori. On le sent monter de plus en plus autoritaire au fil des tours. Et donc de plus en plus dangereux.

1er tour : bat Kukushkin 6-1, 7-5, 6-4
2e tour : bat Marterer 7-6, 7-6, 5-7, 6-4
3e tour : bat Popyrin 7-6, 6-3, 6-7, 4-6, 6-3
8e de finale : bat Coric 6-7, 6-4, 7-5, 7-6
Quart de finale : bat Raonic 7-6, 6-3, 6-7, 6-4

Vidéo - Un grand match pour une première demie : Pouille a sorti le très grand jeu contre Raonic

03:05

La stat : 55

Le nombre de balles de break obtenues par Lucas Pouille depuis le début du tournoi. Soit onze en moyenne par match. Après avoir joué des garçons comme Marterer, Popyrin, Coric et bien évidemment Milos Raonic, un des plus redoutables serveurs du circuit, c'est colossal. Le Canadien n'a gagné que 71% des points derrière sa première balle mercredi. Un ratio très faible pour lui, sur dur. A titre de comparaison, contre Wawrinka et Zverev, il affichait des taux de réussite de 84 et 80%.

La décla

"Je pense que je suis un meilleur joueur qu'en 2016. Je fais plus de choses, je retourne mieux, je sers mieux. Je suis plus solide physiquement. Dans l'attitude, c'est quand j'ai cette hargne, quand je suis positif, quand je m'encourage que je peux faire de grandes choses."

Notre avis

Des quatre derniers prétendants au titre, il est celui dont la victoire finale serait la plus improbable. Même par rapport à Tsitsipas. Le Grec a déjà sorti Federer. Malgré son parcours plus que louable, le Nordiste n'a pas encore affronté une telle concurrence. Avec Djokovic, il est au pied de l'Everest. Le voir battre Coric et Raonic relevait de la belle surprise, mais vu son potentiel, ce n'était pas inimaginable. Là... Aucun Français n'a battu un numéro un mondial en Grand Chelem au XXIe siècle. Et Djokovic est la bête noire ultime des Tricolores. Suffisant pour mesurer l'ampleur de ce qui l'attend.

Lucas Pouille

Lucas PouilleGetty Images

STEFANOS TSITSIPAS

Grèce
Classement ATP : 15e
Temps passé sur le court : 15h31
Sets perdus : 5

L'Australie et lui

Du haut de ses vingt ans, Stefanos Tsistipas n'avait pas encore eu le temps de tisser des liens avec Melbourne, où se déroule la première levée du Grand Chelem. Avant l'aventure dont il est actuellement le héros, le Grec n'avait joué qu'un seul match à l'Open d'Australie. C'était l'an passé et il s'était incliné face à un autre membre de la "Next Gen", Denis Shapovalov. Une défaite sèche en trois manches (6-1, 6-3, 7-6).

Son tournoi

Jusqu'ici, il est exemplaire. Voire même un peu plus que cela. Avec une régularité métronomique, l'Athénien a passé les cinq premiers obstacles en quatre manches. Son coup d'éclat, évidemment, date de dimanche et de sa victoire face à Roger Federer. Face au double tenant du titre, Tsitsipas s'est montré d'une solidité à toute épreuve. Mentalement parlant, il fut exemplaire après avoir laissé filer le premier set dans un mouchoir. Tout aussi impressionnant, sa gestion de l'après. Sans sourciller, il s'est offert « l'invincible de janvier » Roberto Bautista Agut et n'est pas retombé de son nuage.

1er tour : bat Matteo Berrenttini (6-7, 6-4, 6-3, 7-6)
2e tour : bat Viktor Troicki (6-3, 2-6, 6-2, 7-5)
3e tour : bat Nikoloz Basilashvili (6-3, 3-6, 7-6, 6-4)
8e de finale : bat Roger Federer (6-7, 7-6, 7-5, 7-6)
Quart de finale : bat Roberto Bautista Agut (7-5, 4-6, 6-4, 7-6)

Vidéo - De l'audace et un mental de fer : Comment Tsitsipas a déboulonné Federer

03:06

La stat : 12

La Next Gen ici et là, on en parle. On attendait de la voir. Eh bien c'est fait : depuis douze ans et un certain Novak Djokovic, il n'y avait plus eu un aussi jeune joueur en demi-finale de Grand Chelem. Le Grec né un 12 août (comme un certain… Pete Sampras) est âgé de 20 ans. Djoko en avait également 20 quand il s'est hissé dans le dernier carré de l'US Open 2007.

La décla

"Je suis heureux d'avoir atteint mon objectif. Mais c'est un point de départ pour aller plus loin. Je dirais que c'est le minimum. J'ai reçu beaucoup de messages, de félicitations venant de Grèce, de célébrités dont je n'avais jamais imaginé qu'elles suivaient le tennis. J'ai senti que tout ça avait un gros impact en Grèce..."

Notre avis

Un défi en chasse et en cache un autre en Grand Chelem. C'est la loi du genre. Et, après Federer il y a deux tours, Tsitispas va devoir se coltiner Nadal. Et il va falloir être très fort pour sortir l'Espagnol, qui réussit jusque-là un tournoi exemplaire. Si le Grec a montré qu'il avait les nerfs solides et un mental à toute épreuve, il devra aussi montrer que le physique suit. Stefanos Tsitsipas n'a jamais connu une quinzaine aussi riche dans sa jeune carrière, lui qui n'avait jamais joué plus de deux matches par tournoi du Grand Chelem, hormis à Wimbledon l'an passé où il avait atteint les huitièmes.

Stefanos Tsitsipas

Stefanos Tsitsipas Getty Images

RAFAEL NADAL

Espagne
Classement ATP : 2e
Temps passé sur le court : 10h25
Set perdu : 0

L'Australie et lui

C'est le Grand Chelem qui lui en fait le plus baver. Vainqueur de l'édition 2009, l'Espagnol n'a plus réussi à mettre son nom au palmarès du tournoi depuis. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, notamment en 2012, 2014 et 2017. L'Open d'Australie c'est le Grand Chelem où il a joué le moins de finales (4, avec l'US Open). C'est surtout le seul Majeur où il n'est pas multiple vainqueur.

Son tournoi

Pour le moment, son parcours frôle la perfection. Vainqueur de ses cinq premières rencontres sans perdre un seul set, le Majorquin a affiché un très haut niveau de tennis depuis une dizaine de jours et massacré tous ses rivaux. Il a produit un niveau de jeu suffisamment régulier et élevé pour faire de lui un candidat au titre. Touché à la jambe en début d'année et forfait à Brisbane, il s'est surtout rassuré physiquement.

1er tour : bat James Duckworth (6-4, 6-3, 7-5)
2e tour : bat Matthew Ebden (6-3, 6-2, 6-2)
3e tour : bat Alex de Minaur (6-1, 6-2, 6-4)
8e de finale : bat Tomas Berdych (6-0, 6-1, 7-6)
Quart de finale : bat France Tiafoe (6-3, 6-4, 6-2)

Vidéo - Tiafoe balayé par les rafales de Nadal : le résumé de leur quart de finale

03:09

La stat : 4

Melbourne c'est un endroit où son corps l'a lâché à quatre reprises. En 2011, il n'a pu défendre ses chances à 100% lors de son 1/4 de finale face à David Ferrer. En 2014, son dos lui a empêché de disputer sa finale face à Stan Wawrinka dans les meilleures conditions. En 2010 et 2018, il a abandonné ses deux premiers matches en Grand Chelem sur les courts de l'Australian.

La décla

"Je joue bien en ce moment et j'ai réussi beaucoup de choses positives depuis le début du tournoi. Je ne peux pas prédire ce qu'il va se passer. Je fais au jour le jour. Je suis très heureux de la façon dont les choses se sont passées depuis le début du tournoi."

Notre avis

Rafael Nadal est un homme en mission. Impressionnant depuis le début du tournoi, le n°2 mondial a réalisé un parcours qui frôle la perfection. Physiquement au top, tennistiquement dans des sphères très "Roland-Garros", soit un niveau où il est injouable pour des joueurs moins bien classés que lui, le joueur de Manacor réalise à Melbourne l'un de ses tournois les plus complets sur dur, une surface qui martyrise pourtant son corps. Sans nul doute, il a une belle tête de vainqueur. Mais Djokovic est encore là...

Rafael Nadal toujours tranquille à Melbourne

Rafael Nadal toujours tranquille à MelbourneGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0