Getty Images

On craignait la chaleur, c'est finalement plus les balles qui posent problème

On craignait la chaleur, ce sont finalement les balles qui posent problème

Le 16/01/2019 à 17:33Mis à jour Le 17/01/2019 à 09:20

OPEN D'AUSTRALIE - Pour cet Open d'Australie 2019, de nouvelles balles sont utilisées. Et cette évolution ne plaît pas à tout le monde, forcément. Les joueurs sont mêmes nombreux à critiquer la qualité de ces balles, qui sont plus lentes surtout quand les conditions climatiques se rafraichissent.

Le changement fait rarement l'unanimité. C'est comme cela depuis la nuit des temps. Et l'Open d'Australie ne fait pas exception. Vous ne l'avez peut-être pas remarqué. Mais il y a une petite évolution pour cet Open d'Australie 2019 : de nouvelles balles ont été choisies ! Anodin ? Pas vraiment. Pour les joueurs, c'est un vrai changement de cap. Forcément, on parle de leur outil de travail. Il faut un temps d'adaptation. Mais pour le moment, ces nouvelles balles font surtout des vagues.

Pourquoi ce changement ? L'Open d'Australie a en fait signé un nouveau partenariat de cinq ans avec Dunlop, qui propose donc un nouveau type de balles pour cette première levée du Grand Chelem. Bien sûr, les joueurs ne sont pas arrivés à Melbourne dans l'inconnu. Ils ont pu tester ce nouveau produit lors des premières semaines de l'année dans d'autres tournois. Mais ils sont nombreux à faire des reproches à ces balles.

" Il est difficile de générer du rythme avec ces balles"

Les principaux griefs vis-à-vis de ces nouvelles petites balles jaunes ? Leur lenteur. Et leur manque de réaction aux effets. "Il est difficile de générer du rythme avec ces balles, avait déjà prévenu John Millman après son échec à Sydney la semaine passée. Elles sont comme mortes. Les balles sont vraiment pourries. Il faudra que je me rappelle comment sont les balles dans des conditions plus froides". Bernard Tomic a tracé le même sillon : "Je ne sais pas ce que l'Open d'Australie a fait, mais c'est terrible. Je pense qu'elles sont de mauvaise de qualité."

Depuis le début de l'Open d'Australie, d'autres joueurs ont rejoint le mouvement. Même Roger Federer s'y est mis après son deuxième tour contre Daniel Evans. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'après deux matches à Melbourne, le Suisse n'est pas vraiment un fan de ces nouveaux jouets. "Elles sont clairement différentes par rapport à l'année passée", estime le double tenant du titre, qui les avait pourtant testées à la Hopman Cup début janvier. "Je pense que les courts sont plus lents qu'à Perth (ndlr : le lieu de la Hopman Cup). Donc, il y a quelques ajustements à faire. Les effets ne fonctionnent pas vraiment, donc je pense que jouer à plat a plus d'impact".

Roger Federer lors de son 2e tour à l'Open d'Australie

Roger Federer lors de son 2e tour à l'Open d'AustralieGetty Images

" La nuit, l'effet ne fonctionne pas vraiment"

Le vrai souci est visiblement lié aux évolutions de la balle. Les balles deviennent encore plus lentes. Surtout quand il fait moins chaud. "La balle est plus lourde. Quand le temps se refroidit – notamment durant la nuit -, la balle est plus lourde", raconte un Rafael Nadal moins critique que ces collègues avant de compléter : "Les balles vont un peu moins vite. Elles ne rebondissent pas autant que ce que nous avions l'habitude". "La nuit, l'effet ne fonctionne pas vraiment. Il est difficile de déborder les gars ici", glisse de son côté Federer avant de préciser un autre ressenti sur l'usure des balles. "Après six gros jeux de service de chaque joueur, vous jouez avec des balles qui se tiennent moins. Et ensuite quand les nouvelles arrivent, c'est rapide encore une fois".

En fonction du style de jeu, ces nouvelles balles sont plus ou moins handicapantes. Logiquement. Et certains ont besoin d'un plus en plus de temps pour prendre la mesure de cette évolution. Et si Federer attend la suite du tournoi pour se faire une idée précise sur la question, Rafael Nadal tente de calmer le débat : "C'est une balle de qualité, je ne peux pas m'en plaindre. Personnellement, je préfère quand elles sont un peu plus rapides. Mais je pense que c'est une balle équitable pour tout le monde". Pas sûr que d'autres se montrent aussi cléments. Et disposent surtout du temps pour apprivoiser ce nouvel outil.

Vidéo - Pourquoi vaut-il mieux gagner l'US Open que l'Open d'Australie ?

04:20
0
0