Getty Images

Federer-Hurkacz, Kyrgios-Khachanov, Moutet-Cilic... Les 10 duels que l'on veut voir en 1re semaine

Federer-Hurkacz, Kyrgios-Khachanov, Moutet-Cilic... Les 10 duels que l'on veut voir en 1re semaine

Le 16/01/2020 à 15:54Mis à jour Le 16/01/2020 à 18:07

OPEN D'AUSTRALIE - Le tirage au sort a été effectué jeudi à Melbourne, l'occasion de se plonger et de se projeter dans les tableaux du premier tournoi du Grand Chelem de l'année. Nous vous proposons une série de 10 affiches qui pourraient égayer la première semaine de compétition.

Mladenovic - Pliskova

1er tour, simple dames

Honneur aux dames. L'affiche promet sur le papier. Le défi sera immense pour Kristina Mladenovic mais elle aime affronter les meilleures sur les plus grands courts du monde. Et mardi, elle sera servie puisque Karolina Pliskova, tête de série numéro 2, lui fera face. La tâche s’annonce d'autant plus ardue pour la numéro 1 tricolore et 39e joueuse mondiale, que sa future adversaire tchèque a démarré idéalement sa saison par un titre à Brisbane. Mladenovic n’y a même pas franchi les qualifications.

Remise sur les rails par Sascha Bajin en 2019, la Française a dû encaisser en fin de saison le départ de l’Allemand, désormais coach de l’Ukrainienne Dayana Yastremska. Difficile donc de se relancer dans ces conditions, même si "Kiki" a prouvé qu’elle pouvait hisser très haut son niveau de jeu en renversant la numéro 1 mondiale Ashleigh Barty en finale de la Fed Cup. C’était déjà en Australie, à Perth, voici deux mois. Voilà qui pourrait l’inspirer alors qu’elle est à nouveau condamnée à l’exploit. Les deux joueuses sont à égalité deux victoires partout mais n’ont plus croisé le fer depuis deux ans.

Vidéo - Fed Cup - L'exploit de Mladenovic face à Barty

01:07

Cori Gauff – V. Williams

1er tour, simple dames

Le destin ou le hasard – appelez-le comme vous voulez – fait parfois de sacrés clins d’œil. A peine six mois après leur premier affrontement à Wimbledon, l’heure de la revanche a déjà sonné entre Venus Williams et Cori Gauff. Si Naomi Osaka s'est amusée à considérer Serena Williams (38 ans) mercredi comme sa mère sur une photo commune sur les réseaux sociaux, les 24 ans qui séparent Venus de "Coco" font de ce 1er tour un choc des générations. Et sur le gazon anglais, c’est la jeunesse qui avait triomphé de l’expérience.

Venus garde un (petit) avantage au classement – elle est 55e et sa jeune adversaire 66e – mais le temps et la dynamique actuelle jouent indubitablement en faveur de Gauff. Celle-ci a correctement commencé son année à Auckland : une victoire nette contre la Slovaque Viktoria Kuzmova (6-3, 6-1), puis une défaite malgré un beau combat contre l’Allemande Laura Siegemund (5-7, 6-2, 6-3). De son côté, sa glorieuse aînée n’a pas encore joué en 2020 : pas assez prête physiquement, elle s’est retirée au dernier moment du tournoi de Brisbane. Face à une Gauff dont les qualités défensives sont déjà remarquables, Venus risque de souffrir. Mais attention, il ne faut jamais sous-estimer l’orgueil d’une championne.

Vidéo - Di Pasquale: "Si Gauff décolle, c'est que son coach l'a décomplexée"

03:29

Donna Vekic – Maria Sharapova

1er tour, simple dames

Une autre ancienne gloire du circuit aura droit à des débuts épicés. Maria Sharapova aura fort à faire pour son entrée en lice de cet Open d'Australie contre une joueuse en pleine progression, la Croate Donna Vekic. Si la Russe, titrée aux antipodes en 2008, reste l’une des grandes figures du tennis féminin, il faut bien avouer qu’elle a traversé la saison dernière comme un fantôme. Constamment tracassée par son épaule droite, elle n’a pu s’aligner que sur huit tournois avec comme meilleur résultat un petit quart de finale à Shenzhen.

Retombée à la 145e place, Sharapova a même reçu une invitation des organisateurs pour la dispenser des qualifications. Défaite il y a quelques jours par l’Américaine Jennifer Brady dès le 1er tour à Brisbane malgré une belle résistance, elle est assurément loin de son tout meilleur niveau. De son côté, Vekic sort d’un exercice 2019 plus que prometteur, qu’elle a fini dans le top 20. Outre des finales à Birmingham et Saint-Pétersbourg, la jeune Croate a fait une belle percée en Grand Chelem en ralliant les quarts de finale du dernier US Open. Elle semble donc avoir les cartes en main dans ce duel. Mais attention : Vekic a, elle aussi, chuté d’entrée à Brisbane et Sharapova n’est pas du genre à se laisser faire. Le match promet quelques étincelles.

Vidéo - Proche de la sortie, Vekic a renversé Görges avec maestria

02:35

Corentin Moutet – Marin Cilic

1er tour, simple messieurs

Voici ne serait-ce qu’un an, le résultat d’un tel duel n’aurait pas fait le moindre doute. Seulement voilà, Corentin Moutet a presque autant progressé que Marin Cilic a dégringolé en 2019. Alors entraîné par Emmanuel Planque, le jeune gaucher avait frôlé la seconde semaine lors du dernier Roland-Garros ne s’inclinant qu’en cinq sets face à Londero au 3e tour. Sorti des qualifications, il a aussi atteint le 2e tour à Wimbledon et a surtout fini sa saison dans le top 100. Dans le même temps, Cilic enchaînait les désillusions, sortant des dix puis des vingt meilleurs joueurs du monde.

Finaliste à Melbourne il y a deux ans, et titré à l’US Open en 2014, le Croate fait logiquement figure de favori. Mais la confiance, si importante, l’a déserté ces derniers temps. Lors de l’ATP Cup, il a tremblé face à Guido Pella, son jeu se délitant après la perte de la première manche. Or, Moutet, qui a repris son ancien coach Laurent Raymond, a débuté 2020 en fanfare à Doha, s’offrant successivement Milos Raonic, Fernando Verdasco et Stan Wawrinka sur le chemin d'une première finale sur le circuit. Désormais 70e à l’ATP, il a les armes pour faire un gros coup d’entrée. Plus il fera jouer Cilic, plus il aura de chances de le faire douter et de passer.

Vidéo - Di Pasquale : "Moutet, un joueur atypique qui n'a pas fini de nous étonner"

02:33

Johanna Konta – Caroline Garcia

2e tour, simple dames

Nous entrons désormais dans le domaine risqué de la projection et du souhait. Nous le savons, depuis plusieurs mois, Caroline Garcia traîne sa peine sur le circuit. Et même pendant la parenthèse enchantée de la Fed Cup en novembre dernier, la Lyonnaise avait encaissé le premier 6-0, 6-0 de l’histoire d’une finale face à Ashleigh Barty. Le début de saison n’a pas changé grand-chose avec une victoire face à Taylor Townsend, puis deux défaites contre Eugénie Bouchard (alors 262e mondiale) à Auckland et l’Australienne Lizette Cabrera, 129e à la WTA, à Hobart.

Dans cet état de confiance, aucun succès n’est assuré, et il lui faudra retrouver de la solidité contre l’Américaine Madison Brengle (93e) pour franchir le 1er tour à Melbourne. Si elle y parvient – et elle en a assurément les moyens –, ce sera donc fort probablement Johanna Konta qui se présentera face à elle. Déjà demi-finaliste à Melbourne voici trois ans, la Britannique a retrouvé de belles couleurs en 2019. Bien installée dans le top 20, elle a notamment atteint le dernier carré à Roland-Garros. Tous les voyants seront donc au vert si elle retrouve Garcia, à ceci près que les deux joueuses sont à égalité 3 victoires partout dans leurs duels. Et si c’était le match du déclic pour la tricolore ? Le pari est osé mais on ne demande qu’à y croire.

Vidéo - Garcia et Mladenovic vont-elles redécoller en 2020 ? "Pourvu que la Fed Cup soit un déclic"

04:19

Denis Shapovalov – Jannik Sinner

2e tour, simple messieurs

Une affiche que l'on risque de retrouver souvent dans le futur. Jannik Sinner et Denis Shapovalov pourrait bien s'affronter au 2e tour à Melbourne. A 18 ans, l'Italien est le plus jeune membre du top 100. Il a émergé en fin de saison dernière, enchaînant notamment une demi-finale à Anvers et un huitième à Vienne, accrochant entre autres déjà à son tableau de chasse Gaël Monfils en Belgique. Invité de dernière minute à Milan pour le Masters Next Gen, il a créé la surprise en s’y imposant, dominant largement Alex de Minaur en finale. Le gamin est pressé et son avenir s’annonce brillant, mais il est encore assez fluet et affronter la distance des cinq sets pourrait lui jouer des tours.

S’il venait à franchir pour la première fois de sa carrière le 1er tour d’un Majeur face à un qualifié, il retrouverait fort probablement Denis Shapovalov pour un duel estampillé nouvelle génération. Et Sinner n’a peur de rien : avec sa qualité de première et sa faculté à avancer dès le second coup de raquette, l’Italien est déjà très dangereux quand il est dans sa bulle. Mais c’est bien évidemment le Canadien qui part avec une longueur d’avance. Après avoir fini 2019 en trombe lui aussi par une finale à Bercy, Shapovalov a montré de belles choses contre Novak Djokovic lors de l’ATP Cup, même s’il a été moins inspiré à Auckland. Un tel match promettrait en tout cas un sacré spectacle et son vainqueur pourrait ensuite défier Grigor Dimitrov.

Vidéo - Masters Next Gen - Sinner remporte la troisième édition

01:33

Roger Federer – Hubert Hurkacz

3e tour, simple messieurs

Pour les trois monstres du circuit, la première semaine d'un Majeur est souvent affaire de réglages. Et ce sera d’autant plus le cas cette année pour Roger Federer, qu'il n’a disputé aucun tournoi de préparation à Melbourne. Difficile donc de savoir où en est le numéro 3 mondial en 2020 mais ses deux premiers tours face à l’Américain Steve Johnson, puis éventuellement contre Filip Krajinovic, devraient lui permettre de rentrer dans le tournoi. Du moins doit-il l’espérer car, si la logique est respectée, c’est un adversaire en forme qui se dressera sur sa route : le Polonais Hubert Hurkacz.

Cet éventuel duel nous fait saliver d'avance. Il ne paie pas de mine, mais du haut de son mètre 96, Hurkacz envoie du lourd au service. Pour sa taille, le 34e joueur mondial se déplace très vite et tient bien l’échange, surtout côté revers. Il en est déjà à six victoires pour aucune défaite en 2020 (il est en demi-finale à Auckland à l’heure où nous écrivons) : Borna Coric, Diego Schwartzman et Dominic Thiem ont déjà subi sa loi lors de l'ATP Cup. Les choses sérieuses pourraient donc débuter bien plus tôt que prévu pour Federer qui devrait être frais, mais peut-être en manque de rythme. Djokovic ne s’était pas amusé contre Hurkacz au même stade à Wimbledon l'été dernier.

Vidéo - Un break par set et du sérieux : Federer n'a pas tremblé pour atteindre le dernier carré

02:41

Gaël Monfils – Félix Auger-Aliassime

3e tour, simple messieurs

A ce stade, chaque affiche est un pari. Mais si on se fie à leurs classements respectifs, Gaël Monfils et Félix Auger-Aliassime devraient se faire face au 3e tour à Melbourne. Pour le Français, il s’agira d’écarter d’abord le Taïwanais Yen-Hsun Lu, puis de prendre le meilleur soit sur le serveur géant Ivo Karlovic, soit sur Vasek Pospisil. De son côté, le jeune Canadien devra se défaire d’un qualifié puis probablement du Slovène Aljaz Bedene. Deux premiers tours à la portée des deux hommes donc, mais une mauvaise surprise est vite arrivée.

Toujours est-il qu’en cas de confrontation, les spectateurs australiens pourraient bien se régaler. Toujours prêt à faire le show, Monfils trouverait assurément à qui parler : Auger-Aliassime, qui est entré quelque temps dans le top 20 en 2019, ne manque pas de talent et fait preuve d’une maturité et d’une capacité de concentration surprenantes pour ses 19 ans. Le format des cinq sets reste un sacré défi pour le Canadien qui n’a pas fait mieux qu’un 3e tour à Wimbledon en Grand Chelem. L’expérience parle évidemment aussi pour Monfils, mais le Français, comme souvent, débarque avec quelques incertitudes physiques. Cette fois, c’est une blessure à la main droite qui l’a perturbé dans sa préparation. A suivre…

Vidéo - "S'il y en a un qui peut claquer un Grand Chelem en 2020, c'est bien Monfils"

01:08

Nick Kyrgios – Karen Khachanov

3e tour, simple messieurs

Voilà qui devrait enflammer Melbourne si les deux hommes sont au rendez-vous. Nick Kyrgios contre Karen Khachanov, l’affiche sent la poudre à des kilomètres. Et ce n’est pas pour placer un mauvais jeu de mots en référence à la qualité de l’air à Melbourne. Les coups gagnants, les services canons et les frappes de mule devraient pleuvoir sur le court (sûrement la Rod Laver Arena) entre deux joueurs qui possèdent deux des balles les plus lourdes du circuit lorsqu’ils s’engagent pleinement dedans.

Mais c’est là que réside tout le problème : l’implication de Kyrgios sera-t-elle à la hauteur de l’événement ? Devant son public et étant donné le contexte lourd dans son pays, on peut penser que l’Australien donnera tout. Mais Gilles Simon, qui pourrait par exemple le retrouver au 2e tour, a toutes les qualités de contreur pour l’endormir et le frustrer. Khachanov, lui, semble avoir la voie plus dégagée, même s’il ne respire pas la confiance en ce moment, comme l’a montré sa défaite contre John Millman à Auckland. Il n’empêche que l’on aimerait bien avoir droit à ce duel de colosses dont le vainqueur pourrait bien défier Rafael Nadal par la suite.

Vidéo - Les Hits du jour : "C'est pour des coups exceptionnels comme ça qu'on aime Kyrgios !"

05:22

Andrey Rublev – David Goffin

3e tour, simple messieurs

Pour conclure ce petit tour d’horizon de la première semaine, il nous fallait deux joueurs en forme et une confrontation indécise. Et il aurait été mal avisé d’oublier Andrey Rublev qui a entamé 2020 sur les chapeaux de roue. Sur la lancée de sa fin de saison 2019, le Russe a intégré le top 20 en impressionnant à Doha où il n’a pas cédé le moindre set pour rafler le titre, et il est encore en lice (et donc toujours invaincu) à Adélaïde. Le sort a placé David Goffin, 11e à l’ATP, dans son voisinage. En cas de succès face à Jérémy Chardy, puis éventuellement contre Pierre-Hugues Herbert ou Cameron Norrie, le Belge devrait retrouver le jeune et flamboyant Rublev dont le tableau semble plus qu’abordable.

Si le Russe flambe, Goffin se porte plutôt très bien aussi. Revenu à la lisière du top 10 fin 2019, il s’est offert les scalps de Grigor Dimitrov, et surtout de Rafael Nadal lors de l’ATP Cup pour se lancer en 2020. Face à la puissance et à la balle lourde de Rublev, le Belge pourrait bien faire valoir sa vitesse et sa science du jeu. L’opposition de styles vaudrait en tout cas le coup d’œil. A noter que les deux joueurs ont déjà croisé le fer, et c’était déjà sur la scène d’un tournoi du Grand Chelem, à l’US Open en 2017. A l’époque, c’est le Russe qui s’était imposé en huitièmes de finale (7-5, 7-6, 6-3), une belle référence même si elle commence à dater.

Vidéo - Rublev découpe Querrey et confirme sa forme de folie

02:25
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313