Ce n'était pas une énorme alerte, Novak Djokovic ne s'est jamais retrouvé au bord du gouffre, mais le numéro un mondial a quand même dû cravacher pour écarter Frances Tiafoe au 2e tour, mercredi, sur la Rod Laver Arena. Il s'en est même fallu d'assez peu que cette histoire ne devienne encore plus compliquée. Heureusement pour lui, il a su serrer le jeu quand il le fallait, et a pu compter sur un service efficace : Djokovic a claqué 26 aces, un nombre assez inhabituel pour lui. Par ailleurs, 57% de ses premiers services n'ont pas été relancés par son adversaire.

Open d'Australie
Secoué par Tiafoe, Djokovic a mis le bleu de chauffe
10/02/2021 À 07:21

Mais il y a une raison à ces statistiques assez peu "djokoviennes", et peut-être aussi aux difficultés globales rencontrées par le Serbe : la vitesse du court. "Honnêtement, on dirait qu'on joue sur de la glace, a expliqué le double tenant du titre sur le plateau d'Eurosport face à Mats Wilander. Je ne sais pas ce qu'ils ont fait de différent, mais je n'ai pas vu un court aussi rapide en 15 ans. C'est le court le plus rapide que j'ai jamais connu à l'Open d'Australie. Je ne sais pas pour quelle raison. Mais c'est très, très rapide."

Novak Djokovic : "Le court le plus rapide depuis 15 ans"

D'autres gros serveurs arrivent…

Voilà pourquoi Djokovic s'est parfois mué en John Isner ou en Ivo Karlovic durant la rencontre. "Tu es obligé de bien servir, insiste-t-il. Si tu ne le fais pas et que tu affrontes quelqu'un de solide, c'est dur de gagner des matches sur ce court. C'est clairement favorable aux grands serveurs. Si tu sers bien, tu peux gagner beaucoup de points gratuits."

En disant cela, on sent bien que Novak Djokovic n'a pas l'air particulièrement emballé par ces conditions de jeu. D'autant qu'il n'en a pas fini avec les gros serveurs : "Je vais jouer Opelka ou Fritz (ce sera Fritz, NDLR) au prochain tour, encore des gros serveurs, potentiellement Raonic en huitièmes… Sur cette surface, affronter des joueurs de ce type, ce n'est pas confortable."

Quatre sets et 3h30 : Djoko n'a pas rigolé contre Tiafoe

Un peu trop passif par moments

Il n'a pas été beaucoup plus ravi que par le fait d'avoir dû ferrailler trois heures et demie sous le cagnard de Melbourne dès le 2e tour. "Si j'avais le choix, je préfèrerais ne pas avoir ce genre de match la première semaine", a reconnu l'homme aux huit titres en Australie, tout en saluant la performance de son adversaire. Pour lui, Tiafoe a produit "un match fantastique". "Il m'a poussé dans mes retranchements et j'ai eu de la chance de mener deux sets à un, je m'en tire bien, en particulier dans le 3e set où il a très bien joué", a-t-il même admis.

La bonne nouvelle, c'est que les contrariétés de Novak Djokovic tiennent à des considérations extérieures sur lesquelles il n'a pas de prise : le court, son adversaire. Pour sa part, il estime également avoir joué "à un très haut niveau" mercredi, même s'il cible ses axes de progrès dans cette quinzaine : "J'ai été un peu trop passif par moments et je ne sentais pas toujours très bien la balle. Mais le mérite lui en revient." On l'a quand même déjà senti plus guilleret aux Antipodes. Mais attention. Court (ultra)rapide ou pas, gros serveurs ou pas, Djokovic reste Djokovic. Surtout à Melbourne.

Novak Djokovic - Australian Open 2021

Crédit: Getty Images

Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
HIER À 17:44
Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
HIER À 17:22