Voilà une très bonne victoire pour Félix Auger-Aliassime. Le précoce et talentueux canadien a parfois du mal à chasser les démons naissants qui peuplent sa boîte crânienne, en témoignent ses sept défaites en sept finales sur le circuit. Mais vendredi, il a gagné un de ces matches qui peuvent vous faire avancer. Ce n'était certes qu'un 16e de finale de Grand Chelem, mais en s'imposant contre son ami Denis Shapovalov, face auquel il s'était déjà incliné deux fois dans un tournoi majeur, FAA a peut-être franchi un cap.
L'Open d'Australie est diffusé sur Eurosport. Profitez d’une offre exceptionnelle : abonnez-vous pour seulement 0,99 euros pendant un mois
D'autant qu'il y a mis la manière. Le Québécois n'a pas forcément joué du très grand tennis, mais il s'est montré solide, audacieux quand il le fallait et a gardé la tête froide au moment de conclure. Résultat, une victoire en trois manches (7-5, 7-5, 6-3) et moins de deux heures et demie. Denis Shapovalov, lui, est passé à côté. Dans les grandes largeurs. Avec 37 fautes directes pour seulement 19 coups gagnants, le gaucher a beaucoup trop donné à son camarade. Lui qui est capable d'être si flamboyant s'est un peu éteint tout seul.
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44

Auger-Aliassime passe Shapovalov et se met à rêver d'un quart

Calme olympien pour FAA

Tout l'inverse d'un Félix Auger-Aliassime bien plus constant, et qui a su porter l'estocade quand il le fallait. Comme en milieu de 2e manche, là où ce match a sans doute basculé pour de bon. Alors que Shapovalov avait réussi le break pour se relancer après la perte du set initial, FAA est revenu à hauteur en débreakant d'un "hot shot" sous la forme d'un passing en bout de course pour répondre à un smash de son adversaire. Et comme dans le 1er acte, il a conclu ce set sur un break opportuniste à 6-5, avant de s'envoler d'entrée de 3e manche pour mener 3-0.
Là, il aurait pu se crisper, après avoir vendangé une balle de double break. Mais Denis Shapovalov a eu beau tenir ce jeu à 3-0, s'encourager à grands coups de "come on", rien n'y a fait. D'un calme olympien, Félix Auger-Aliassime a conservé son break d'avance jusqu'au bout. Ce n'est pas la première fois qu'il se hisse en huitièmes de finale d'un Grand Chelem, puisqu'il s'y était déjà invité lors du dernier US Open. C'est en revanche, de loin, sa "perf'" la plus significative. Jusqu'alors, sa meilleure victoire en termes de classement avait été obtenue à Flushing, en septembre dernier, contre Corentin Moutet, alors 77e mondial.
Parfait dans la gestion émotionnelle de ce petit rendez-vous entre amis avec Shapovalov, le Montréalais va maintenant devoir réussir l'approche de son prochain match. Sur le papier, une occasion en or de décrocher son premier quart de finale majuscule puisqu'il va affronter un joueur hors du Top 100. Mais Aslan Karastev, dont la raquette est en ébullition, n'a pas perdu un set en trois tours et il vient de démanteler violemment Diego Schwartzman. Méfiance, donc.

Un passing au bout d'une course folle : Auger-Aliassime s'est arraché pour débreaker

Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59