L'Open d'Australie est fini pour Nick Kyrgios. L'Australien, miraculeux et héroïque vainqueur de Ugo Humbert au 2e tour, a chuté vendredi au terme d'une rencontre tout aussi ébouriffante contre Dominic Thiem. Mais avec un scénario à front renversé. Cette fois, c'est lui qui a coincé après avoir eu la maîtrise du score et du match. Ses deux sets d'avance n'auront pas suffi. La faute à la solidité de son adversaire et, peut-être aussi, à cette année loin des courts qui a pesé au bout de ce deuxième match en cinq sets en l'espace de 48 heures.
L'Australien s'est dit "fier" de sa performance et de son tournoi. Non sans raison. "Je ne suis pas déçu du tout. 13 mois sans compétition et j'ai quand même été capable de lutter pied à pied avec un des meilleurs joueurs du monde, a-t-il tenu à souligner. On parle d'un gars qui a gagné l'US Open, qui a joué toute l'année 2020.Alors oui, je suis plutôt fier. Il n'y a aucune honte à perdre contre un tel joueur en cinq sets. J'ai tout donné sur le court. Physiquement, je me sentais plutôt bien, mais là j'ai mal partout." Lui que l'on dit parfois (souvent ?) dilettante dans la pratique de son métier estime avoir tout mis en œuvre pour être compétitif : "Je suis super fier de ce que j'ai fait ces deux derniers mois pour être prêt pour ce tournoi."
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44

5 sets renversants et 3h20 de combat : ce Thiem-Kyrgios a tenu toutes ses promesses

Thiem ? "C'est un sacré joueur"

Il n'est pas difficile de cibler le moment clé de ce 16e de finale. Alors qu'il venait de sortir un ace sur un service à la cuillère pour mener deux manches à rien, Nick Kyrgios a eu l'occasion d'enfoncer le clou d'entrée de 3e set lorsqu'il a obtenu deux balles de break. Deux vraies grosses occasions, où il a malheureusement pour lui commis deux fautes évitables. Et finalement très dommageables. "Si je breake au début du 3e set, je pense que le match est fini en 1h45, juge même le natif de Canberra. Il était dans le dur, je pouvais le sentir et je joue un super premier jeu. J'ai juste manqué deux coups d'un rien..."
Mais il n'y a peut-être pas de hasard. Nick Kyrgios manque de compétition, et il est encore moins rompu à ce type de match. Lui-même s'interroge, sans avoir de réponse certaine : "Peut-être que si j'avais plus joué l'année dernière, peut-être que si je m'étais encore plus entrainé, j'aurais réussi ces frappes-là. Je ne sais pas trop." Reste que de son point de vue, le problème, ce vendredi soir, c'était plus Dominic Thiem que lui-même :
"C'est un sacré joueur. Il est tellement discipliné. Tellement calme. Son niveau ne baisse jamais. Il est numéro 3 mondial et ce n'est pas pour rien. Même quand ça ne tourne pas dans son sens, il reste le même, c'est ce qui fait qu'il est si fort. Même à deux sets zéro, son attitude est restée très positive, jamais aucune émotion négative. Comme s'il savait qu'il allait gagner ce match. Il a été très fort."

Dominic Thiem après sa victoire contre Nick Kyrgios en 5 sets.

Crédit: Getty Images

Quand et où le reverra-t-on ?

Malgré tout, le chouchou de la John Cain Arena a pris beaucoup de plaisir dans cette première semaine. Niveau ambiance, nous étions plus proches de la défunte ancienne version de la Coupe Davis que de celle d'un tournoi du Grand Chelem. "Quelle ambiance incroyable !, dit-il encore. Le public donne tellement d'énergie. C'est certain que, sans public, le sport n'est plus le même."
Et maintenant ? Quel avenir à court terme pour ce joueur, qui, quoi qu'on pense de lui, fait tout de même beaucoup de bien quand il rentre sur le court avec de réelles intentions ? Lui-même ne le sait pas. Encore engagé en double dans cet Open d'Australie avec son ami Thanasi Kokkinakis, Kyrgios refuse de voir beaucoup plus loin. D'un côté, il arbore un discours volontariste : "J'ai une super équipe autour de moi et, si je continue à jouer comme ça, je suis sûr que les résultats vont suivre."
Mais pour avoir des résultats, encore faut-il continuer à jouer. Et ça, c'est loin d'être garanti. "Je peux changer aussi vite que le sens du vent, convient l'Australien en maniant la métaphore. Je vais voir ça assez vite. Je ne sais pas si je devrais passer par des quarantaines si je vais jouer à l'étranger. J'ai aussi envie de jouer devant du public, pas dans des stades vides. Je suis habitué à des stades remplis. Alors je ne sais pas trop ce que je vais faire." Nous savons ce que, nous, nous aimerions qu'il fasse. Ce Kyrgios-là fait du bien. Mais peut-être survivre au-delà de l'été australien ?

Un Service à la cuillère qui passe, puis la réplique : Kyrgios s'amuse avec Thiem

Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59