Dominic Thiem fait partie des "privilégiés" en Australie. Il compte parmi la poignée de joueurs et de joueuses, les stars du tennis mondial, placés en quarantaine dans une "bulle" à Adélaïde plutôt qu'avec le gros de la troupe à Melbourne. "Nous pouvons nous entraîner environ deux heures par jour et sortir pour quatre heures au total. Le reste du temps, nous sommes à l'hôtel", a confié le numéro 3 mondial à Eurosport dans une interview accordée à notre consultant, Boris Becker.
La semaine prochaine, Thiem, comme Djokovic, Nadal, Barty, Halep et d'autres, aura également la chance de pouvoir disputer une exhibition à Adélaïde. Idéal pour retrouver un peu le rythme du jeu dans des conditions proches de la compétition.
Cette semaine, beaucoup de dents ont grincé chez les joueurs, beaucoup se plaignant de la manière dont ils sont "traités" par leurs hôtes australiens. Thiem n'est pas sur cette ligne : "C'est une période folle, mais on savait tous à quoi s'attendre. Le coronavirus est presque éteint en Australie et ils veulent se prémunir d'un rebond de l'épidémie. Donc, oui, les conditions sont strictes, mais c'est compréhensible. Encore une fois, tout le monde savait à quoi s'attendre en venant ici. Personne n'était obligé de venir, chacun a pris sa propre décision."
Open d'Australie
Melbourne : le tennis râle, le peuple gronde
19/01/2021 À 17:55

Dominic Thiem à son arrivée en Australie.

Crédit: Getty Images

Ce qui serait injuste, ce serait d'annuler l'Open d'Australie
Le seul problème à ses yeux tient aux 72 joueurs et joueuses placés à l'isolement stricte, sans pouvoir quitter leur chambre pendant 14 jours, parce qu'ils sont cas contact pour avoir été dans un avion avec une personne positive au Covid-19. "Pour eux, c'est dur, concède l'Autrichien. Il est clair qu'ils auront un gros désavantage. C'est certain. Il leur restera encore neuf jours pour s'entraîner avant l'Open d'Australie, mais par rapport à ceux qui peuvent s'entrainer 'normalement', ils auront un gros désavantage. C'est incontestable et je suis vraiment désolé pour eux."
Pour autant, Dominic Thiem n'y voit pas une raison suffisante de décaler encore les dates de cet Open d'Australie et encore moins de le reporter. Tant pis pour les "ultra-confinés". Et comme souvent, il assène son avis sans prendre trop de pincettes.
"Ça va paraitre dur, mais il n'y a 'que' 70 personnes concernées, sinon tout le monde peut s'entraîner normalement, estime-t-il. Ce qui serait injuste, pour tous ceux qui ont fait ce long déplacement jusqu'ici, ce serait d'annuler l'Open d'Australie. Pour nous, et aussi pour Tennis Australia (la fédération, organisatrice de l'évènement) qui fait tout son possible pour qu'il puisse avoir lieu."

Roland-Garros, grand objectif 2021

Il continue donc de se préparer aussi activement que possible pour ce premier grand rendez-vous de l'année 2021, qu'il aborde avec envie après avoir franchi un nouveau cap l'an passé : "2020 a été sensationnelle au plan sportif pour moi, gagner mon premier tournoi du Grand Chelem a été une sensation unique, la meilleure expérience de toute ma carrière. Je veux revivre ça."
Cette saison, Thiem vise donc à nouveau au moins un grand titre. Et si on ne choisit pas ces choses-là, après sa victoire à l'US Open, sa "préférence" irait plutôt vers Paris :
"Roland-Garros est probablement mon principal objectif cette année. C'est mon tournoi favori depuis que j'ai atteint la finale chez les juniors, j'y ai toujours très bien joué ces dernières années. Je sais qu'il y a un adversaire compliqué, mais c'est vraiment le très grand objectif cette saison."

Dominic Thiem

Crédit: Getty Images

Open d'Australie
Zverev prend position pour Djokovic avant Melbourne : "J'espère qu'il y aura une exception"
21/11/2021 À 09:30
Open d'Australie
"On verra bien" : Non vacciné, Djokovic dos au mur pour Melbourne
21/11/2021 À 00:06