Félix Auger-Aliassime - Aslan Karatsev

Où : Margaret Court Arena
Quand : Pas avant 2h du matin
Confrontations : -
Clairement pas l'affiche la plus attendue de ces huitièmes de finale. Si la présence de Félix Auger-Aliassime ne constitue pas une sensation colossale, le parcours d'Aslan Karatsev, lui, s'inscrit parmi les plus étonnants en Grand Chelem depuis très longtemps. Rappelons que le Russe, à 27 ans, n'avait encore jamais joué le moindre match dans un tableau final d'un tournoi majeur. Sur le fond, le voir en huitièmes est donc déjà assez sidérant, mais, en prime, la forme dépasse tout : trois succès en trois sets, un seul jeu laissé à Gerasimov, et un Diego Schwartzman, top 10 mondial s'il vous plait, évincé avec une aisance déconcertante.
Open d'Australie
Zverev prend position pour Djokovic avant Melbourne : "J'espère qu'il y aura une exception"
21/11/2021 À 09:30
La clé de ce drôle de duel tient en une équation à deux inconnues, une de chaque côté :
. Karatsev va-t-il rester sur son nuage ?
. Auger-Aliassime peut-il déjouer sous la pression ?
Personne, sans doute pas le Russe lui-même, ne peut répondre à lui première question. Si le réveil ne sonne pas, il peut très bien continuer à dérouler comme il le fait en mode "inconscient", à la Tsonga en 2008. S'il joue comme contre Schwartzman, où il a aligné les coups gagnants dans tous les sens avec un taux de réussite exceptionnel, il sera dangereux.
Félix Auger-Aliassime, lui, va devoir gérer le fait d'aborder un huitième de finale majuscule avec la pancarte du grand favori. Le jeune Québécois a réponse à beaucoup de choses sur un court, mais il a encore beaucoup de questions qui lui polluent la tête. Le pire, pour lui, serait de se dire "je n'ai pas le droit de perdre, de laisser passer cette occasion". Le danger est là, au moins autant que dans la raquette de son adversaire.

Star en Challenger et cogneur invétéré : attention à la surprise Karatsev

Dominic Thiem - Grigor Dimitrov

Où : Rod Laver Arena
Quand : Pas avant 5h du matin (heure française)
Confrontations : 3-2 Dimitrov
Revenu de loin contre Nick Kyrgios, Dominic Thiem se voit proposer un nouveau plat relevé sur son menu australien. Grigor Dimitrov reste difficile à cerner, il est capable de tout, mais quand il est bien luné comme dans cette quinzaine, il demeure un client. Le Bulgare arrive frais comme un gardon en huitièmes. Il n'a pas encore perdu un set et n'a même pas concédé le moindre au tour précédent contre un Pablo Carreño Busta claudiquant et qui a arrêté les frais après sept jeux (6-0, 1-0, abandon). Thiem -Dimitrov, c'est en tout cas un formidable duel de deux des plus beaux revers à une main du circuit. Rien que pour ça, l'affiche vaut le coup d'œil.
Grigor Dimitrov aime Melbourne. C'est le tournoi majeur où, globalement, il joue le mieux. Il a d'ailleurs signé plus de 40% de ses victoires en Grand Chelem en Australie. Il a du peps dans ce tournoi, peut-être parce qu'il n'avait pas joué après Vienne en octobre dernier, avant de reprendre en janvier aux Antipodes. "Je me sens très frais pour la première fois depuis longtemps", a-t-il confié vendredi, et ce n'est donc pas sa première semaine ici qui aura entamé ses réserves.
Il pourra aussi s'appuyer sur son bilan personnel contre Dominic Thiem, qu'il a dominé trois fois lors de leurs cinq premiers duels, même s'ils ne se sont joués qu'une fois au cours des trois dernières saisons. Reste que l'Autrichien est favori. Physiquement, on ne s'inquiète pas trop pour lui malgré la grosse débauche d'énergie face à Kyrgios au tour précédent. Il est un monstre au plan physique et il faudra vraiment un très grand Dimitrov pour le chasser du tableau. Le Bulgare en est capable, mais il devra pour cela se hisser au niveau de son tournoi 2017, lorsqu'il avait atteint les demi-finales.

5 sets renversants et 3h20 de combat : ce Thiem-Kyrgios a tenu toutes ses promesses

Alexander Zverev - Dusan Lajovic

Où : Margaret Court Arena
Quand : Pas avant 8h30 (heure française)
Confrontations : 2-0 Zverev
A priori, ce n’est ni l’affiche la plus équilibrée, ni la plus excitante au programme de ces huitièmes de finale. Demi-finaliste en Australie l’an passé, finaliste de l’US Open voici quelques mois, Alexander Zverev a passé un cap en Grand Chelem en 2020. Et à le voir évoluer à Melbourne Park depuis le début de la quinzaine, le longiligne Allemand semble parti pour confirmer ces nouvelles dispositions sur les scènes majeures. En trois matches, le numéro 7 mondial n’a lâché qu’un set, le premier de son tournoi contre Marcos Giron.
Mieux, "Sascha" et son look à la Rafa des jeunes années (en débardeur) donne la furieuse impression de monter en puissance. Ce n’est pas Adrian Mannarino qui dira le contraire. Le jeu du Français avait posé des problèmes à l’intéressé récemment. Mais il a été balayé sans ménagement au 3e tour. Alors, difficile de voir en Dusan Lajovic, tête de série numéro 23, une réelle menace, d’autant que le Serbe, lui, a déjà laissé des plumes à Melbourne Park après avoir bataillé d’entrée contre Serhiy Stakhovsky en 5 sets, puis avoir encore laissé un set au 2e puis au 3e tour.
Néanmoins, Zverev devra se méfier. Car s’il a gagné leurs deux précédents duels, il a eu besoin des cinq sets à chaque fois à Roland-Garros en 2018 et 2019. Et Lajovic n’avait jamais été aussi loin en Majeur sur dur (un huitième à Roland en 2014 par ailleurs), ce qui pourrait bien donner des ailes au finaliste du Masters 1000 de Monte-Carlo en 2019. Mais il est clair que le Serbe, et son joli revers à une main, préfère la terre battue. Et si l’Allemand s’applique au service dans ces conditions rapides, on voit mal ce qui pourrait bien lui arriver.

Un match à sens unique : le résumé de la démonstration de Zverev

Novak Djokovic - Milos Raonic

Où : Rod Laver Arena
Quand : Pas avant 10h30 (dans la foulée de Halep-Swiatek à 9h, heure française)
Confrontations : 11-0 Djokovic
A voir la ligne précédente (ci-dessus), le suspense s’annonce limité. Oui, vous avez bien lu, Novak Djokovic a gagné les 11 matches joués entre les deux hommes. Et si l’on veut remuer le couteau dans la plaie de Milos Raonic, il suffit de constater que ce dernier n’a chapardé que trois minuscules sets (sur 29) au numéro 1 mondial et meilleur relanceur du circuit. De quoi avoir perdu le match dans la tête avant même de rentrer sur le court. Mais le Canadien aurait, cette fois, bien tort de se résigner, et ce pour plusieurs raisons.
D’abord et avant tout parce que le "Djoker" rit jaune en ce moment. En trois matches, il a déjà lâché 3 sets (dont deux au tour précédent), fait inhabituel pour lui l’octuple champion et double tenant du titre à Melbourne. Et plus préoccupant encore, le Serbe s’est blessé aux abdominaux face à Taylor Fritz. A l’entendre dans son interview d’après match, il se serait fait même une déchirure. Samedi, il ne s’est d’ailleurs pas entraîné et a passé des examens. A l’heure où nous écrivons ces lignes, sa présence sur le court dimanche est toujours incertaine.
Si Djokovic tenait toutefois sa place, et à moins d’une récupération express, Raonic serait bien avisé de sauter sur cette occasion unique de l’accrocher enfin à son tableau de chasse. Une chose est sûre : pour y parvenir, le Canadien devra servir à la perfection et de ce point de vue les conditions rapides devraient lui convenir, même si les balles vont moins vite en soirée. Lors de la finale du Masters 1000 de Cincinnati ,délocalisé à Flushing en août, il avait pris un bon départ, sans être capable de maintenir le cap. Et il se sent bien à Melbourne où il a déjà atteint 5 fois au moins les quarts de finale (dont un contre Djokovic l’an dernier). Cela étant dit, le numéro 1 mondial, même diminué, pourrait bien s’en sortir tant son emprise mentale est importante.

Escudé : "Si Djokovic ne se sent pas apte à gagner le tournoi, il ne s’alignera pas"

Open d'Australie
"On verra bien" : Non vacciné, Djokovic dos au mur pour Melbourne
21/11/2021 À 00:06
Open d'Australie
C'est officiel : les joueurs non vaccinés ne pourront pas participer au tournoi
19/11/2021 À 23:24