Tops

  • Soleil russe sur Melbourne
Le tennis russe va bien, merci pour lui. Daniil Medvedev, Andrey Rublev et l'étonnant Aslan Karatsev assurent une triple présence en seconde semaine. C'est un record égalé pour le tennis masculin russe. Ce n'est que la troisième fois dans l'ère Open et la première depuis Roland-Garros 2007, lorsque Nikolay Davydenko, Mikhail Youzhny et Igor Andreev avaient atteint les huitièmes de finales. Il n'a manqué que le seul Karen Khachanov, battu en trois sets et trois tie-breaks contre Matteo Berrettini samedi, pour parachever l'œuvre d'ensemble et permettre aux Russes d'établir un nouveau record. Medvedev, Rublev et Karatsev affronteront respectivement McDonald, Ruud et Auger-Aliassime.
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44

Lopez a résisté un set, puis Rublev a été sans pitié pour filer en seconde semaine

  • Le coaching particulier de Cervara
Daniil Medvedev est un drôle de loustic. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne manque pas de caractère. En grande confiance depuis son doublé Bercy-Masters en fin de saison 2020, le Russe est toutefois sorti de sa bulle samedi face à Filip Krajinovic (6-3, 6-3, 4-6, 3-6, 6-0) qui l’a poussé à disputer un 5e set. Et comme cela lui arrive encore parfois quand tout ne tourne pas rond, le numéro 4 mondial s’est défoulé sur son coach Gilles Cervara.
Ce dernier ne s’en est pas formalisé, loin de là. Mais il a quitté les tribunes de la Rod Laver Arena en cours de 4e set. L’objectif ? Faire réagir Medvedev qui s’est retrouvé seul face à lui-même, sans bouc émissaire pratique à incendier. Et devinez quoi ? La méthode a fonctionné. Il faut dire que Cervara avait déjà utilisé ce procédé avec succès par la passé. "Il m’a dit qu’il était sûr que j’allais gagner. Il l’a fait pour que je me calme", a d’ailleurs confirmé le Russe.

Quand Medvedev s'en prend à son coach : "Tu as pété les plombs ! Tu peux me laisser jouer ?"

  • Pegula, Rogers : des outsiders américaines surprenantes
Si Sofia Kenin, Cori Gauff ou Sloane Stephens ont plutôt déçu (dans des proportions variables certes), le tennis américain féminin ne se porte pas mal. Elles seront quatre à représenter la bannière étoilée en seconde semaine. Outre Serena Williams et Jennifer Brady (demi-finalistes à Flushing Meadows) dont on pouvait anticiper la présence à ce stade, Jessica Pegula et Shelby Rogers ont dépassé les espérances. Toutes deux hors du Top 50, elles n’ont pas perdu un set encore et tracent leur route à Melbourne : la première n’a laissé aucune chance à Kristina Mladenovic après avoir sorti d’entrée Victoria Azarenka, tandis que la seconde a dominé avec aplomb l’Estonienne Anett Kontaveit, pourtant tête de série 21. Pour Pegula, il s’agira même d’un premier 1/8e en Grand Chelem, alors que Rogers à déjà atteint deux quarts (Roland-Garros 2016 et US Open 2020).

Balayée par la tornade Pegula, Mladenovic n'a pu sauver que 3 jeux : le résumé de sa défaite

  • Tsitsipas remet les pendules à l’heure
On l’avait quitté soulagé après s’être extirpé in extremis du piège Thanasi Kokkinakis. On l’a retrouvé conquérant face à Mikael Ymer samedi auquel il n’a laissé que des miettes (6-4, 6-1, 6-1). Stefanos Tsitsipas a fait ce qu’il fallait pour rester ambitieux dans cet Open d’Australie, passant trois heures de moins sur le court (1h34 précisément) qu’il y a deux jours. Deux ans après sa demi-finale, il retrouve donc la seconde semaine à Melbourne Park et partira favori de son huitième de finale contre Matteo Berrettini qui s’est blessé en fin de match contre Karen Khachanov. L’horizon semble donc s’éclaircir pour celui qui rêve de cueillir son premier Majeur cette année.

6 petits jeux lâchés en 1h34 : Tsitsipas n'avait cette fois pas de temps ni d'énergie à perdre

Flops

  • La blessure aux abdos : nouveau leitmotiv du tournoi
On le savait, les conditions de quarantaine en Australie risquaient d’affecter les organismes. Et si Rafael Nadal, touché au dos, semble bien gérer sa gêne, il n’est pas le seul à souffrir. Novak Djokovic, double tenant du titre et octuple champion, s’est plaint d’une déchirure aux abdominaux lors de son 3e tour contre Taylor Fritz et il ne s’est pas entraîné samedi avant son huitième de finale. Et alors que tout allait bien pour lui face à Karen Khachanov, Matteo Berrettini a grimacé à son tour, visiblement atteint du même mal. Se présentera-t-il sur le court au tour suivant ? Rien n’est moins sûr. D’éventuels forfaits de cette envergure assombriraient encore un Open d’Australie qui a déjà pris un sérieux coup de bambou avec le retour du huis clos.

Qualifié mais blessé, Berrettini n'a pas caché son inquiétude : sa balle de match contre Khachanov

  • Pliskova prend de mauvaises habitudes
Est-ce vraiment une surprise ? La question relève peut-être de la provocation pour une joueuse de son calibre. Mais force est de constater que Karolina Pliskova n’y arrive pas en Grand Chelem. Non seulement la Tchèque, qui a été numéro 1 mondiale, n’a jamais remporté de Majeur – elle compte une finale à l'US Open et une demie à l'Open d'Australie –, mais elle n’arrive plus à ne serait-ce que se qualifier pour la deuxième semaine. Elle ne l’a plus fait depuis un huitième de finale à l’US Open 2019, soit quatre échecs consécutifs. Cette fois, c’est sa compatriote Karolina Muchova qui l’a contrariée (7-5, 7-5). Sascha Bajin, nouveau coach de Pliskova, a du travail pour l’aider à se défaire de ce blocage mental.

Trop irrégulière, Pliskova déçoit encore en Grand Chelem : le résumé de sa sortie inattendue

  • De Minaur n’est pas prophète en son pays
Les Australiens attendaient bien mieux de lui. Du moins, ils l’espéraient en huitième de finale pour défier Rafael Nadal. Alex de Minaur ne sera pas au rendez-vous, lui qui n’a toujours pas réussi à rallier la deuxième semaine à Melbourne Park après 4 tentatives dans le grand tableau. Face à un Fabio Fognini certes inspiré, mais qui avait puisé dans ses réserves au tour précédent (victoire au bout du super tie-break en quatre heures), le 23e mondial n’a pas existé (6-4, 6-3, 6-4). Une performance d’autant plus décevante pour un joueur dont on loue souvent le "fighting spirit" et qui avait atteint son premier quart de finale en Grand Chelem à Flushing l’été dernier. A noter enfin qu’il n’y a d’ailleurs plus d’Australiens dans le tableau du simple messieurs.
Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59