Les tops

  • Rublev abonné aux quarts
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44

Il ne fait pas beaucoup de bruit (à part sur le court), mais Andrey Rublev est plus qu’à la hauteur de son nouveau statut de numéro 8 mondial. Vu son tableau, il était attendu en quart de finale, mais entre le papier et la réalité sportive, les aléas peuvent être nombreux. Pas pour le Russe apparemment qui, après quatre victoires lors de l’ATP Cup, n’a pas encore perdu le moindre set dans cet Open d’Australie.

L’Open d'Australie est diffusé sur Eurosport. Profitez d’une offre exceptionnelle : abonnez-vous pour seulement 0,99 euro pendant un mois

Mieux, il est même le seul joueur à avoir atteint ce stade de la compétition lors des trois Majeurs disputés depuis la reprise du circuit l’été dernier. Après avoir perdu contre lui à Cincinnati en 2019, Roger Federer avait dit de Rublev qu’il serait le joueur à surveiller en 2020 et ne s’était pas trompé. En 2021, le Russe n’a pas l’intention de disparaître des radars…

Avant l'abandon de Ruud, Rublev a encore impressionné pour rejoindre Medvedev

  • Faire le dos rond ? Nadal n’en a même pas besoin

L’état de santé des deux meilleurs joueurs du monde est un des feuilletons de cette quinzaine. Rafael Nadal suscitait même de sérieuses inquiétudes avant le début de la quinzaine, lui qui avait dû renoncer à disputer l’ATP Cup en raison d’un dos raide et douloureux. Tiendrait-il sa place ? Telle était alors la question. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’un peu plus d’une semaine plus tard, le Majorquin a et s’est rassuré : il n’a pas laissé le moindre set en route en 4 matches et a même écarté sans ménagement lundi un Fabio Fognini qui aurait pu représenter un réel danger.

Depuis qu’il a reçu une infiltration à l’hôpital vendredi, il se sent de mieux en mieux, peut s’entraîner normalement et a même retrouvé son geste habituel au service. De quoi être de plus en plus confiant en ses chances dans ce tournoi. S’il veut prendre sa revanche de leur demie de 2019, Stefanos Tsitsipas devra vraisemblablement sortir le (très) grand jeu mercredi en quart de finale.

Quand Nadal annonce le forfait de Berrettini en conférence de presse... par erreur

  • La force tranquille de Barty

Le strap impressionnant qu’elle arbore autour de la cuisse gauche depuis le début de la quinzaine n’annonçait rien de bon. Mais Ashleigh Barty a rapidement balayé d’un revers de main l’angoisse des fans australiens. Certes, la numéro 1 mondiale ne peut pas se plaindre du tirage au sort, la plupart de ses grandes rivales pour le titre étant regroupées dans la partie basse du tableau. Mais après un an sans jouer à cause de la pandémie de coronavirus, elle n’a pas mis longtemps à retrouver la confiance et une sacrée qualité de tennis.

Shelby Rogers lundi, comme les trois précédentes adversaires de l’Australienne, n’a pas eu vraiment voix au chapitre. L’intelligence de jeu et la variété de l’éventail de coups de Barty ravissent les yeux dans un tennis féminin où le jeu en cadence du fond reste la règle la plupart du temps. En 2021, elle en est d’ailleurs déjà à 8 victoires, avec son titre lors du Yarra Valley Classic (tournoi WTA 500) en préparation. Et si elle passe l’obstacle Muchova en quart, elle pourrait bénéficier à nouveau du soutien du public pour le dénouement. Les feux sont décidément tous au vert.

Toujours en contrôle et sans soucis, Barty garde le rythme

Les flops

  • Un tout petit lundi

Ce lundi ne restera pas dans la grande histoire du tennis ni même celle de l'Open d'Australie. Sur les huit derniers huitièmes de finale au programme, un seul a été vraiment indécis, celui entre Jessica Pegula et Elina Svitolina. Le seul où la perdante, en l'occurrence Svitolina, a réussi à prendre un set. A 21h30, tout était plié. Rarissime à Melbourne.

Pour ne parler que du tableau masculin, l'intérêt de cette journée a vite pris du plomb dans l'aile : un abandon (Casper Ruud face à Andrey Rublev), deux raclées (Fognini et McDonald balayés par Nadal et Medvedev) et un forfait, celui de Matteo Berrettini, qui, blessé aux abdominaux, n'a pu venir sur le court pour affronter Stefanos Tsitsipas.

3 petits sets en 1h29 : le Medvedev express file en quarts

Espérons que les quarts de finale s'avèrent un peu plus stimulants. Compte tenu des affiches, chez les dames comme chez les hommes (au hasard, Halep-Williams, Djokovic-Zverev, Nadal-Tsitsipas), il y a de quoi être optimiste.

  • Mertens, l’occasion manquée

Elle s’était révélée au plus haut niveau à Melbourne Park il y a trois ans. Elise Mertens rêvait certainement de regoûter (au moins) à l’euphorie d’un dernier carré en Grand Chelem. La Belge semblait d’ailleurs avoir la confiance qu’il fallait pour le faire : titrée en préparation lors du Gippsland Trophy, elle n’avait pas perdu le moindre set dans cet Open d’Australie avant ce huitième de finale, atomisant au passage une autre membre du Top 20 Belinda Bencic (6-2, 6-1).

Après Pliskova, Muchova confirme et se paie Mertens : le résumé de sa victoire

Elle s’annonçait comme une potentielle menace pour Ashleigh Barty, mais elle a cédé contre une Karolina Muchova décidément saignante en Grand Chelem. Mertens avait pourtant pris le meilleur départ et menait 4-1 dans le premier set. Elle n’enchaînera donc pas un deuxième quart en Majeur sur dur après l’US Open.

  • Le 2e set de Fognini

Il serait injuste de reprocher à Fabio Fognini de ne pas avoir fait le poids contre Rafael Nadal. Mais l'Italien a manqué de tout alors qu'il a les armes pour au moins gêner l'Espagnol (il l'a même battu à quatre reprises). Et après sa démonstration contre Alex de Minaur au 3e tour, on attendait autre chose de lui. Particulièrement en cours de 2e manche quand Nadal a eu un vrai coup de mou.

Ce Fognini-là n'a rien pu faire : Nadal a foncé vers son 13e quart à Melbourne

Non seulement l'Italien n'a pas réussi à confirmer son break alors qu'il menait 4-2, mais il a laissé passer l'occasion de se reprendre dans le jeu suivant alors qu'il avait 3 opportunités consécutives à 0/40. Contre un adversaire qui commençait à se dérégler quelque peu, l'Italien a manqué d'application et de conviction, distribuant les cadeaux comme à Noël (35 fautes directes). Une prestation et un tournoi un peu à l'image de sa carrière, faite d'autant de coups d'éclat que de coups d'épée dans l'eau.

Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59