"Je savais qu’elle était extrêmement en confiance. Mais sur certains passages, je ne m’attendais pas à avoir des réponses pareilles." C’est avec sincérité que Kristina Mladenovic est revenue sur sa défaite sèche (6-2, 6-1) face à Jessica Pegula samedi à Melbourne. Sur le papier, face à la 61e joueuse mondiale, la Française avait une belle occasion de retrouver la seconde semaine d’un Grand Chelem, quasiment quatre ans après son quart de finale à Roland-Garros. Mais sur le court, l’Américaine a changé de catégorie ces derniers temps et cela s’est vérifié lors de ce 3e tour.
L’Open d'Australie est diffusé sur Eurosport. Profitez d’une offre exceptionnelle : abonnez-vous pour seulement 0,99 euro pendant un mois
Mladenovic connaissait d’autant mieux le danger qu’elle s’était frottée récemment à Pegula : en préparation à Melbourne voici presque deux semaines, l’Américaine l’avait déjà dominée sans coup férir (6-4, 6-1). Elle a donc tenté d’ajuster sa tactique, sans succès. "J'avais eu énormément de difficultés par rapport à sa vitesse de balle et ses frappes à plat. Je n'avais pas su quoi faire. Là, j'avais vraiment une idée plus précise. J'ai essayé différentes choses, sans trouver la solution. J'estime que je mets du poids dans la balle et ça ne l'a absolument pas dérangée. J'ai essayé de mettre plus de variations. Mais elle prend la balle très tôt, elle frappe très vite. Sincèrement, ce n'est pas tous les jours qu'on prend autant de coups gagnants", a-t-elle applaudi.
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44

Balayée par la tornade Pegula, Mladenovic n'a pu sauver que 3 jeux : le résumé de sa défaite

Si elle arrive à passer Svitolina, elle aura toutes ses chances pour la suite
Lucide sur la performance adverse, la Française n’a pas à rougir quand on se penche sur les antécédents récents de Pegula. Certes l’Américaine de 26 ans n’avait jamais atteint les huitièmes de finale d’un Grand Chelem auparavant, mais depuis que le tennis a repris l’été dernier, un déclic s’est produit dans son jeu. Lors du tournoi de Cincinnati délocalisé à Flushing Meadows, elle s’était déjà signalée en atteignant les quarts de finale après être sortie des qualifications, avec des victoires sur Amanda Anisimova, Jennifer Brady ou encore Aryna Sabalenka. A l’US Open dans la foulée, elle s’était arrêtée au 3e tour.
Et lors de cette première semaine australienne, Pegula a encore passé la vitesse supérieure, n’abandonnant aucun set et sortant d’entrée surtout Victoria Azarenka, finaliste à New York. De quoi en faire une prétendante au titre inattendue comme Iga Swiatek à Roland ? Mladenovic ne l’écarte pas. "Pourquoi pas ? Le tennis féminin est devenu de plus en plus dense. J’ai joué Maria Sakkari qui frappe fort et je rivalisais. Aujourd’hui, j’ai explosé. Elle va jouer Svitolina au prochain tour. Ce qui peut la déranger, ce sont des adversaires qui ont un style différent du mien, capables d'être loin de la ligne, de défendre et d'aller chercher le rallye à vingt frappes à chaque fois. Si elle arrive à passer ce tour, elle aura peut-être toutes ses chances pour la suite."

Un bon départ puis Azarenka a perdu le fil : le résumé de sa défaite surprise

Un début de saison encourageant

La Française l’assure en tout cas, le retour du huis clos n’a pas affecté sa performance, même si comme tout le monde, elle le regrette pour l’ambiance du tournoi. "En un mot, je dirais que c'est triste. Ça résume la vie Covid qu'on vit tous depuis un bout de temps. On avait tous retrouvé ces émotions, le public, le sport. Mais je suis quand même au 3e tour d'un Grand Chelem. Les conditions, on les connaissait avant d’entrer sur le court. C'est mon métier de me préparer, on savait que ça allait être comme ça. Le silence, ça ne peut pas vous déranger", a-t-elle insisté.
Il n’en reste pas moins que ce début de saison est intéressant pour Mladenovic qui n’avait plus gagné un match en Australie (à l’exception de la finale de Fed Cup) depuis 5 ans avant ce tournoi. De quoi peut-être relancer sa carrière en simple, une option qu’elle a d’ailleurs privilégiée en renonçant au double. Il lui faudra pour ce faire confirmer dans les prochaines semaines en enchaînant les victoires, même si son programme est encore assez flou, coronavirus oblige.
Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59