Il en a eu assez. Cible des critiques de la presse australienne, de l'opinion publique locale et même de certains joueurs comme Nick Kyrgios et Stan Wawrinka, Novak Djokovic s'est fendu d'un long communiqué mercredi pour justifier son action au nom de ses collègues ces derniers jours. Le numéro 1 mondial, qui a envoyé une liste de suggestions au directeur du tournoi Craig Tiley pour adoucir les mesures de quarantaine à Melbourne, y insiste sur la sincérité de ses intentions et explique avoir insisté pour ne pas faire partie de la "bulle" de privilégiés à Adélaïde, sans succès.
"Mes bonnes intentions à l'égard de mes collègues joueurs ont été mal interprétées et considérées comme égoïstes, difficiles à réaliser, et non reconnaissantes à l'égard de l'organisation de l'Open d'Australie. Tout ceci ne pourrait être plus éloigné de la réalité. Parfois, quand je vois les répercussions de certaines choses, j'ai tendance à me demander si je ne devrais pas m'éloigner, profiter de mes gains sur le circuit, au lieu de me soucier des difficultés des autres. Pourtant, je choisis toujours de faire quelque chose et de me rendre utile", écrit en préambule Djokovic.
Tennis
Kyrgios en remet une couche sur Djokovic : "Il ne sera jamais le plus grand pour moi"
20/01/2021 À 12:19
Ma requête d'effectuer ma quarantaine à Melbourne a été rejetée à cause des restrictions strictes du gouvernement australien
Soupçonné de soigner son image auprès des joueurs en envoyant une liste de propositions qui avaient de fortes chances d'être rejetées, tout en bénéficiant d'une situation privilégiée à Adélaïde comme Dominic Thiem et Rafael Nadal notamment, le Serbe s'est défendu. "Je me soucie réellement des autres joueurs et je comprends très bien comment le monde fonctionne. (...) J'ai obtenu des privilèges en travaillant dur, et pour cette raison justement, je ne peux pas me contenter d'être un simple spectateur, sachant à quel point chaque petite attention, coup de main, ou simple mot d'encouragement ont compté pour moi quand j'étais petit et insignifiant", assure-t-il.

Surf de chambre, morse et volée-matelas : le quotidien lunaire des confinés de Melbourne

Avant d'aborder le fond de la polémique. "J'utilise mon statut pour aider autant que je peux, quand c'est nécessaire. (...) Il y a eu des suggestions des joueurs dans nos groupes de conversation que j'ai rassemblées avec juste l'intention d'aider. J'étais conscient qu'il y avait peu de chances qu'elles soient acceptées, à l'image de ma requête précédente d'effectuer ma quarantaine à Melbourne, et non à Adélaïde. Elle a été rejetée avant même mon voyage à cause des restrictions strictes imposées par le gouvernement australien. Et comme je ne pouvais pas être avec les autres à Melbourne, je me suis rendu disponible pour aider si nécessaire", explique-t-il encore.

Djokovic tente de retisser le lien avec l'opinion publique locale

A l'en croire, Djokovic a donc tout fait pour éviter de profiter de conditions privilégiées. Et pour apaiser les récriminations de la population australienne, qui a assimilé les doléances des joueurs à autant de caprices ces derniers jours, il a conclu son communiqué par une kyrielle de remerciements. "Les choses ont pris des proportions exagérées dans les médias, donnant l'impression que les joueurs (moi compris) n'étaient pas reconnaissants à cause des restrictions de la quarantaine. Je voudrais exprimer ma reconnaissance entière à Tennis Australia, au gouvernement australien et aux citoyens locaux, pour avoir bien voulu prendre le risque de nous accueillir pour l'amour du jeu. Nous en sommes honorés et nous ferons au mieux pour suivre le protocole sanitaire mis en place."
S'il a rappelé les inquiétudes de certains engagés sur leurs capacités à être prêts physiquement pour un Grand Chelem sans entraînement pendant deux semaines, Djokovic a donc tendu la main à l'opinion publique locale. Une manière aussi de montrer qu'il ne correspond pas à la caricature du "méchant" de l'histoire qui lui est trop souvent attachée. Voilà qui pourrait faire quelque peu baisser le niveau de tension aux antipodes.
Open d'Australie
Melbourne : le tennis râle, le peuple gronde
19/01/2021 À 17:55
Open d'Australie
Open d'Australie 2021 : Dates, favoris, "bulles", public... Les 8 choses à savoir sur le tournoi
11/01/2021 À 23:35