Novak Djokovic a eu deux bonnes nouvelles jeudi. D'abord, il s'est qualifié pour sa 9e finale à Melbourne. Aslan Karatsev n'était pas de taille à le contrarier. Vite fait (6-3, 6-4, 6-2) en moins de deux heures, et plutôt bien fait, le numéro un mondial a écarté l'invité surprise russe. Mais, peut-être plus important encore, le Serbe semble avoir tourné pour de bon la page de sa blessure aux abdominaux qui, selon ses dires, l'avait presque contraint à abandonner contre Taylor Fritz en 16es de finale ou à ne pas disputer son huitième contre Milos Raonic. En quelques jours, il s'est remis d'aplomb. S'il devait échouer dimanche en finale face à Daniil Medvedev ou Stefanos Tsitsipas, ce ne sera donc pas à cause de ça.
Il avait donc le sourire à double titre, le Djoker, que ce soit au micro de Jim Courier lors de l'interview d'après-match, ou pendant sa conférence de presse. "Je n'ai ressenti aucune douleur ce soir, a-t-il assuré. Je ne m'étais jamais senti aussi bien depuis le début du tournoi, que ce soit physiquement ou mentalement."
Open d'Australie
L'antisèche : Face à Djokovic, les miracles n'existent pas
18/02/2021 À 12:01
Pour lui, ce fut une bonne surprise, même s'il avait déjà senti une amélioration lors de son match contre Alexander Zverev, mardi. "Oui, poursuit-il, je suis surpris de m'être senti aussi bien, je peux dire que ça a dépassé mes plus grandes espérances. Je ne pensais pas jouer sans douleur ce soir."

Djokovic seul contre tous ? Si même les papillons s'y mettent...

Chaque jour, c'est allé un petit peu mieux
Faut-il parler de rétablissement spectaculaire, voire quasi-miraculeux ? Difficile à dire, puisque personne ne connait ni la nature ni la gravité exacte de la blessure du champion de Belgrade. Mais lui-même affichait un profond pessimisme il y a six jours. D'où une forme de surprise de le voir aussi fringant. Et lui, est-il étonné ? Oui et non :
"J'ai déjà connu des expériences similaires par le passé, où j'ai réussi à récupérer assez vite. Chaque joueur est différent. J'ai cette capacité à récupérer vite. Mais c'est vrai que je n'étais pas très optimiste après le match contre Fritz, tout simplement parce que je ne me sentais pas bien. Avec le physio de l'ATP, on a pris les choses jour après jour, en jouant sur le timing dans les soins pour me permettre d'être sur le court. Chaque jour, c'est allé un petit peu mieux et aujourd'hui je me sentais vraiment aussi bien que possible. J'espère que ce sera pareil pour la finale."
Ce tournoi a quelque chose d'assez unique pour moi
Malgré tout, après avoir parlé contre Taylor Fritz "d'une des plus grandes victoires" de toute sa carrière, ce qui n'est quand même pas peu dire, Novak Djokovic a estimé après sa demi-finale que cette quinzaine australienne, avec ce qu'il avait traversé ces derniers jours, présentait un caractère assez unique.

Novak Djokovic

Crédit: Getty Images

"C'est difficile pour moi de comparer avec autre chose, parce que je n'ai jamais eu le genre de blessure comme celle dont j'ai souffert au 3e tour, ni à gérer ce que j'ai dû gérer ces cinq derniers jours, où j'ai puisé très loin, à tous les niveaux, explique encore le Djoker. J'ai aussi eu des matches très durs, contre des gros frappeurs, des gros serveurs, Tiafoe, Fritz, Raonic, Zverev... Alors, oui, j'ai l'impression que ce tournoi a quand même quelque chose d'assez unique pour moi."
Beaucoup plus conventionnel est le fait de le voir une fois de plus en finale à Melbourne. En dépit des circonstances. Et le pessimisme et l'inquiétude ont laissé place aux traditionnelles certitudes du maître des lieux. "Je viens de jouer mon meilleur match au meilleur moment, se réjouit le patron. Mais j'ai déjà été dans cette situation auparavant et sans doute que ça m'aide à retrouver un pic quand j'en ai le plus besoin, ce qui était encore le cas aujourd'hui. Maintenant, il reste la finale. Le match le plus dur du tournoi, quoi qu'il arrive. Pour gagner un match comme ça, il faut être au top. Je vais bien récupérer et je serai prêt." Qui en doutait vraiment ?

Le Top 5 des points de jeudi : A Djoko la qualif, à Karatsev le show

Open d'Australie
Osaka à la poursuite de Serena ? "Je cours après des records qui ne peuvent pas être battus"
18/02/2021 À 10:02
Open d'Australie
Coups de blues, stress, blessures : comment le Covid a mis le circuit au bord de la crise de nerfs
17/02/2021 À 18:17