Philosophe et apaisé, Alexander Zverev. Est-ce la perspective de devenir prochainement père de famille ? "C'est prévu pour le mois de mars, nous dit-il. C'est la meilleure nouvelle que j'ai eue en 2020. J'ai hâte. C'est un moment fort dans la vie de n'importe qui. On va voir comment la mienne va changer." L'Allemand affiche en tout cas un certain recul par rapport à la situation vécue par les joueurs et les joueuses en Australie. Loin des polémiques, celui qui s'était fait discret jusqu'ici jette de l'eau froide sur tous les débuts d'incendie.
La quarantaine, d'abord. "Ce n'était pas aussi terrible que ce que les gens pouvaient imaginer", a-t-il estimé dans un entretien accordé à Eurosport Allemagne, mené par Boris Becker et Matthias Stach. "Tout le monde est en bonne santé, insiste Zverev. Nous devons prendre en compte l'endroit où nous nous trouvons. Nous sommes dans un pays qui n'avait plus de cas de coronavirus et qui a fait du très bon travail. Nous, les joueurs, devions accepter cette quarantaine parce que, après ça, on a aussi la chance de vivre presque normalement ici."
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44
Ce n'était pas sa propre lettre
Il endosse aussi sa robe d'avocat pour défendre Novak Djokovic. Encore une mauvaise polémique, selon lui. Le numéro un mondial a été critiqué il y a dix jours pour avoir exposé à la fédération australienne des demandes pour améliorer les conditions de quarantaine des joueurs. Des critiques venues d'Australie, où on a jugé son initiative mal venue, mais aussi au sein du tennis circus. Rafael Nadal, dans une allusion à peine voilée, a regretté que certains se mettent en avant de la sorte.
Mais pour Alexander Zverev, cette polémique n'a pas lieu d'être. Il y voit un mauvais procès fait à Djokovic : "Il s'agissait des demandes des autres joueurs qui se trouvaient en quarantaine. Nous avions tous un groupe dans un chat. Novak a juste été le leader et en tant que numéro un mondial, c'est lui qui a envoyé la lettre. Ce n'était pas sa propre lettre, elle présentait les points soulevés par tout le monde. On l'a encore fait passer pour le méchant, ce qui n'était pas la réalité puisqu'il s'est juste levé pour les autres."
Ce n'est pas la première fois que le jeune Allemand défend publiquement les prises de position de Novak Djokovic sur un sujet identique. L'an dernier, déjà, lorsque le Serbe était monté au créneau pour demander un assouplissement du protocole dans la bulle à Flushing Meadows, Zverev l'avait soutenu. Le "méchant" ne l'est pas pour tout le monde.

Alexander Zverev et Novak Djokovic lors de l'Adria Tour à Belgrade en 2020.

Crédit: Imago

Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59