La fin d'une affaire rocambolesque qui dure depuis plus de trois jours ? Les avocats de Novak Djokovic ont déclaré, dans un document déposé auprès du tribunal fédéral, qui cherche à annuler le rejet de son visa d'entrée en Australie, que le numéro 1 mondial bénéficiait d'une exemption médicale car il avait contracté le Covid-19 en décembre. "La date du premier test Covid PCR positif a été enregistrée le 16 décembre 2021" précisent ses avocats.
Depuis le début de l'affaire et l'atterrissage du joueur serbe en Australie, le doute planait sur les raisons de cette exemption de vaccination contre le coronavirus. Djokovic lui même n'avait jamais communiqué la dessus et on ne savait pas ce qui avait poussé les organisateurs du tournoi à autoriser le tenant du titre à participer au tournoi sans être vacciné.
Open d'Australie
Wilander : "Malheureusement pour Novak, les gens sont disposés à le peindre en mouton noir"
07/01/2022 À 23:11
Malgré la publication de cette information, de nombreuses questions demeurent. Pourquoi le Serbe n'a-t-il pas révélé cette information plus tôt, mettant ainsi fin à toute polémique sur son exemption médicale ? Pourquoi, si ce test PCR positif est bien réel, son visa d'entrée sur le territoire australien lui a-t-il été refusé à son arrivée à Melbourne ?

Le patron du tennis australien se vante d’avoir accompli un "travail incroyable"

La Fédération australienne et son patron, Craig Tiley se retrouvent au centre des critiques ces derniers jours. Tennis Australia a été accusée d'avoir induit les joueurs en erreur à propos des obligations en matière de vaccination contre le Covid-19 pour entrer dans le pays. Cette nuit, dans une vidéo interne qui a été dévoilée par le Herald Sun, Tiley rejetait en bloc ces critiques et estimait que lui et ses équipes avait fait "un travail incroyable" dans le feuilleton Djokovic. Le patron de Tennis Australia assurait même que son équipe avait fait "tout ce qu'elle pouvait faire selon toutes les instructions qui lui ont été fournies".

Une exemption valable seulement pour les résidents australiens ?

Dans une note envoyée aux joueurs et publiée par plusieurs médias australiens, l'organisation du tournoi assurait qu'une personne ayant récemment contracté le Covid-19 pouvait bénéficier d'une exemption à l'obligation d'être entièrement vaccinée. Le gouvernement australien a assuré avoir prévenu Tennis Australia dès novembre que cette disposition n'était valable que pour les résidents australiens, non pour les citoyens étrangers voulant entrer dans le pays.

Novak Djokovic lors de la Coupe Davis

Crédit: Getty Images

Cette mauvaise communication et cette information erronée donnée aux joueurs souhaitant participer au tournoi à Melbourne pourrait ainsi être à l’origine de tout cet imbroglio. En affirmant au clan Djokovic que son test positif au Covid-19 du 16 décembre dernier suffisait à rentrer sur le territoire, la Fédération australienne a induit le Serbe en erreur. Ce dernier a ensuite vu, logiquement, sa demande de visa annulée à son arrivé à Melbourne car cette exemption ne pouvait pas lui être accordée.

Ses avocats demandent le transfert de Djokovic

Placé en rétention depuis mercredi et son arrivé à l'aéroport de Tullamarine, Novak Djokovic avait ensuite déposé une injonction fédérale auprès de la justice locale pour bloquer son expulsion. Ses avocats avaient alors jusqu'à lundi pour apporter les preuves suffisantes permettant de justifier son exemption à la vaccination. L'affaire, devenue une affaire politique n'avait cessé depuis de faire parler, aussi bien en Australie qu'en Serbie.
Dans le même temps, la star aux 20 majeurs a demandé à être transféré du centre de rétention de Melbourne afin de pouvoir s'entraîner avant l'Open d'Australie. Malgré cette histoire qui devrait laisser des traces aussi bien physiquement que mentalement, Novak Djokovic a toujours bon espoir de pouvoir défendre son titre à Melbourne dès la semaine prochaine et ainsi tenter de remporter un 21e titre du Grand Chelem.
Mais à la lecture de ces dernières informations, sa participation au premier Majeur de l'année semble plus que jamais compromise.
Avec AFP
Open d'Australie
"Je suis d'accord avec Kyrgios" : McEnroe veut plus de personnalités singulières dans le tennis
IL Y A 7 HEURES
Open d'Australie
"J'étais sur un fil, j'ai juste essayé de me battre" : Medvedev a enclenché le mode survie
IL Y A 10 HEURES