Celle-ci, personne ne l'avait vraiment vue venir. Ces dernières années, personne sur le circuit n'a eu des mots plus durs que Nick Kyrgios envers Novak Djokovic. Le fantas(ti)que joueur australien a tour à tour attaqué l'homme et le joueur, mais cette fois, il est peut-être son principal avocat sur le circuit.
Dans la semaine, il s'était déjà levé pour apporter son soutien au numéro un mondial, reprochant notamment aux médias leur couverture de toute cette affaire. "Il est un être humain avant tout. Si c'était une personne normale, elle n'aurait pas à faire face à ces conneries médiatiques, avait-il dit. Il nous (les Australiens) a aidés. Pendant les feux de brousse, il nous a soutenus, il nous a aidés. Nous sommes si prompts à oublier."

La question qui fâche : Djokovic a-t-il définitivement terni son image ?

Open d'Australie
A la bagarre, Medvedev se sort du piège Cressy
IL Y A 8 MINUTES
On le traite comme une arme de destruction massive
Samedi, à deux jours du début de l'Open d'Australie, et peut-être à la veille de l'expulsion de Novak Djokovic, Nick Kyrgios s'est à nouveau rangé derrière le champion serbe lors de sa conférence de presse d'avant-tournoi à Melbourne. Cette fois, c'est le zèle et l'argumentaire des autorités australiennes qui sont au coeur de ses propos. Notamment le ministre de l'Immigration, Alex Hawke. "Hawke dit qu’il est une menace pour nos frontières, on le traite comme une arme de destruction massive. Mais il ne l'est pas. Il est là pour jouer au tennis, il ne fait de mal à personne", a tonné Kyrgios.
Si l'Australien a repris la parole et sa robe officieuse d'avocat, c'est aussi en raison des propos de joueurs comme Rafael Nadal ou Stefanos Tsitsipas, qui n'hésitent plus à afficher leur ras-le-bol devant toute cette affaire et ont d'une certaine manière "lâché" Djokovic. "Ça me rend fou, ça me rend vraiment fou d'entendre Nadal ou Tsitsipas. OK, je comprends qu'ils doivent répondre quand on leur pose la question et chacun son opinion, c'est très bien. Mais j'ai le sentiment qu'ils le traitent comme Novak Djokovic, pas comme un être humain. Où est votre soutien pour ce gars ?"
Je veux me balader avec un masque de Novak sur mon visage
Nick Kyrgios espère donc que, dimanche, le numéro un mondial et triple tenant du titre à Melbourne obtiendra gain de cause. Mieux, non seulement il veut voir Djokovic jouer, mais il rêve aussi maintenant de le voir triompher sur la Rod Laver Arena pour la 10e fois le 30 janvier prochain. "Honnêtement, je veux qu'il gagne le tournoi, putain. Ce serait énorme. Je veux marcher dans Melbourne Park avec mon T-shirt 'Idemo' (allez, en serbe). Je veux me balader avec un masque de Novak sur mon visage."
Selon Kyrgios lui-même, Novak Djokovic lui a envoyé un message pour le remercier de son soutien, qu'il n'attendait sans doute pas. Mais la hache de guerre est bien enterrée. "C'est drôle, mais Novak et moi étions amis, nous nous sommes entraînés ensemble dans certains tournois, mais les médias nous ont montés l’un contre l’autre, avait-il dit cette semaine. Les médias ont beaucoup exagéré les choses, ils ont rendu la situation 30 fois pire que ce qu’elle était vraiment. Je me souviens que Novak était l’un des rares joueurs qui, lorsque j’étais jeune, me disait : 'Si tu as besoin de quelque chose, n’hésite pas à venir me voir et je t’aiderai'." Aujourd'hui, c'est lui qui aide Djokovic autant qu'il le peut.

Nick Kyrgios

Crédit: Getty Images

Open d'Australie
D'abord malmené par Cilic, FAA a fini par trouver la clé
IL Y A 25 MINUTES
Open d'Australie
Cornet : "J'étais tellement fatiguée que ça m'a empêché de cogiter"
IL Y A 41 MINUTES