Il y a trois ans, en 2019, à l'issue d'un combat en cinq sets, déjà, perdu face à Roberto Bautista Agut, Andy Murray pensait que ses problèmes de hanche le contraindraient à la retraite, qu'ils l'empêcheraient de revenir à l'Open d'Australie où il a disputé cinq finales, un record pour lui en Grand Chelem, sans pourvoir l'emporter. Le corps du Britannique n'est peut-être plus même mais son esprit guerrier ne l'a jamais lâché. Nikoloz Basilashvili, déjà vaincu en trois manches à Sydney cette saison, a pu s'en rendre compte. Le Géorgien, tête de série numéro 21, pensait avoir fait le plus dur en poussant son adversaire à un cinquième set mais au bout des 3h50 de jeu, c'est bien Murray qui a célébré (6-1, 3-6, 6-3, 6-7, 6-4). Il affrontera Taro Daniel au 2e tour.

Murray : "Je suis juste heureux de revivre des matches ici avec vous dans une telle atmosphère"

ATP Madrid
"Il est n°1 mondial, j'ai une hanche en métal" : Djokovic - Murray, affiche nostalgique
04/05/2022 À 19:07
Pas de larmes cette fois-ci, que du combat et du bonheur. Bien sûr, Andy Murray a fait du Andy Murray et s'est parfois (souvent ?) agacé contre lui-même, ses choix, ses coups. Il avait en face de lui un joueur qui bien qu'en difficulté en Grand Chelem (aucun 8e de finale) pointe au 23e rang mondial. Basilashvili avait même atteint la finale d'Indian Wells la saison dernière en écartant notamment Stefanos Tsitsipas. Mais le Géorgien et le Britannique avaient aussi et surtout en mémoire leur duel du 12 janvier dernier à Sydney achevé en 3h16 à l'avantage de Murray malgré le format des deux sets gagnants.

Murray, cinq ans après

L'un comme l'autre s'attendaient-ils à un combat homérique ? Sans doute mais c'est à Murray qu'est revenu le meilleur départ avec trois break dans un premier set engrangé en 23 minutes seulement (6-1). Cette manche inaugurale fut la seule à sens unique puisque malgré le gain (6-3) du deuxième set par son adversaire, Murray s'est battu contre la perte de deux jeux de service d'une manière trop précoce. C'est en fait au milieu du match que le combat a été le plus engagé puisqu'il a fallu plus de deux heures pour boucler les troisième et quatrième manches. Dans cette dernière, le Britannique a couru après le score et a poussé Basilashvili dans un tie-break remporté par ce dernier (7/5).
Pour être tout à fait honnête, on craignait que l'affaire ne se termine comme en 2019 pour Andy Murray. Des doutes vite chassés par le guerrier écossais qui a breaké son adversaire sur le deuxième jeu. Le débreak de Basilashvili pour revenir à 4-4 a encore fait pencher la balance. Il ne fallait, encore une fois, pas douter de Murray qui, sur sa troisième balle de match l'emportait pour la première fois depuis 2017 à Melbourne (6-1, 3-6, 6-3, 6-7, 6-4). Taro Daniel sera, au deuxième tour, un adversaire, a priori, moins coriace. L'aventure de Murray n'est peut-être pas prête de s'achever.
ATP Madrid
Alcaraz poursuit son sans-faute, un choc Djokovic-Murray en huitièmes
03/05/2022 À 22:18
Tennis
Magie de Melbourne, Coupe Davis et regrets à Roland : la carrière de Tsonga en 10 dates
06/04/2022 À 23:49