La saga continue. Au cours d'une audience convoquée en urgence vendredi devant le juge australien Anthony Kelly - le magistrat qui avait donné gain de cause à Novak Djokovic pour des raisons procédurales lundi -, l'avocat du Serbe Nick Wood a demandé d'empêcher son expulsion immédiate du pays après la seconde annulation de son visa. Une requête à laquelle ne se sont pas opposés les représentants du gouvernement australien.
Par conséquent, le numéro 1 mondial restera à Melbourne jusqu'au dénouement de son affaire. Encore libre de ses mouvements, il est convoqué samedi matin dans les bureaux de l'Immigration pour une audition à la suite de laquelle il devrait être placé en rétention. Le lieu de celle-ci fera vraisemblablement l'objet d'un accord tenu secret, pour éviter tout nouvel attroupement et battage médiatique devant le Park Hotel, comme la semaine dernière. Une nouvelle audience devant la Cour fédérale australienne (et donc sans le juge Kelly qui a transmis le dossier) décidera du sort de Djokovic dimanche.
Open d'Australie
Incroyable : Kyrgios tente d'inventer un service puis conclut sur un tweener le point suivant
IL Y A 18 MINUTES

Selon la défense de Djokovic, le gouvernement a gagné du temps

Au cours de l'audience de vendredi, la défense de Djokovic s'est dite "préoccupée par le temps", remarquant que l'Open d'Australie commencerait dans trois jours pour le Serbe, dont le 1er tour contre Miomir Kecmanovic est programmé lundi. Elle a regretté la prise de décision tardive du ministre de l'Immigration Alex Hawke, quatre jours après que la première annulation du visa du numéro 1 mondial a été rendue caduque.
L'avocat de Djokovic a aussi dévoilé une partie de sa stratégie pour contester l'expulsion de son client lors de la prochaine audience. Considérant que la seconde annulation du visa avait été décidée principalement pour préserver "l'ordre public" et donc pour ne pas "exacerber le sentiment anti-vaccin", Nick Wood s'est étonné que le gouvernement n'ait pas envisagé les conséquences d'une éventuelle expulsion de son client dans cette perspective.
A noter enfin que Stephen Lloyd, représentant du gouvernement à l'audience, a lui précisé que Djokovic serait autorisé à être assisté de ses avocats lors de son audition dans les bureaux de l'Immigration samedi. Ce qui ne devrait donc pas empêcher la police aux frontières de placer dans la foulée le Serbe en rétention, en attendant son audience dimanche. S'il venait effectivement à jouer la semaine prochaine malgré tout, on a connu d'ultimes jours de préparation plus sereins...
Open d'Australie
Sanders - Sabalenka - Highlights Open d'Australie
IL Y A 22 MINUTES
Open d'Australie
Une basket perdue dans l'échange, De Minaur finit le point en chaussette
IL Y A 40 MINUTES