CHALLENGER D’INDIAN WELLS

Catégorie : ATP Challenger 125
Pays : Etats-Unis
Dates : 2-8 mars
Surface : Dur
Dotation : 162 480 dollars
Tenant du titre : Kyle Edmund

Roland-Garros
Le magicien Cuevas a encore frappé, Muguruza en mode "Murray" : le top 5 points de jeudi
IL Y A UNE HEURE

Un Challenger de luxe

Sur le circuit Challenger, il n’existe que depuis 2018 et il a pourtant déjà un statut particulier. Niché dans la vallée de Coachella au sud de la Californie, le tournoi Challenger d’Indian Wells bénéficie d’infrastructures de très grande qualité grâce aux investissements réalisés par son propriétaire, le milliardaire Larry Ellison, patron de l’entreprise Oracle. Si les grandes enceintes sont réservées au Masters 1000 qui débute la semaine suivante, les matches ont lieu sur huit courts extérieurs dans le cadre idyllique du Indian Wells Tennis Garden.

Pas étonnant qu’il attire donc cette année dix membres du top 100 dans son tableau de 48 joueurs en simple. A titre de comparaison, le Challenger de Monterrey, qui se joue dans le même temps n’en compte que quatre. A noter la présence d'Alexander Zverev dans le tableau de double. Il est engagé avec son frère. De plus, le prestige du jeune tournoi est renforcé par le nombre conséquent de points qu’il distribue : 125 pour le vainqueur, 75 pour le finaliste, 45 pour les demi-finalistes et ainsi de suite, soit juste la moitié d’un ATP 250.

Deux sésames pour le Masters 1000 pour les meilleurs Américains

Ce tournoi constitue la quatrième et dernière étape des Oracle Challenger Series. Les trois premières épreuves ont eu lieu à New Haven et Houston l’an dernier, puis à Newport Beach voici un mois. Une fois ce mini-circuit achevé, les deux Américains qui y auront obtenu les meilleurs résultats cumulés se verront attribuer une invitation chacun (wild-card) pour le grand tableau du Masters 1000 d’Indian Wells, une sacrée motivation. Avant le début de la compétition, Marcos Giron (104e et vainqueur à Houston), Thai-Son Kwiatkowski (185e joueur mondial et vainqueur à Newport Beach), et Mitchell Krueger (220e et demi-finaliste à Houston et Newport Beach) sont les mieux placés dans cette course.

Pouille fait sa rentrée, Humbert a la pancarte

Cinq mois après son dernière apparition sur un court de tennis à Shanghaï en octobre dernier, c’est enfin l’heure de la reprise pour Lucas Pouille. Blessé au coude droit, le Nordiste a prudemment repoussé plusieurs fois son retour qui devait avoir lieu en février, profitant de ce temps pour changer de raquette comme il l’a annoncé sur les réseaux sociaux. Il n’a bien sûr pas pu défendre les points de sa demi-finale de l’Open d’Australie 2019. Résultat : il a bien chuté au classement (58e), ce qui ne l’empêche pas d’être tête de série numéro 2 de ce tournoi.

La première tête de série, elle, échoit à Ugo Humbert qui affiche cette semaine le meilleur classement de sa carrière (42e). Il sera le favori du tournoi, même si sa tâche s’annonce bien plus relevée que dans un Challenger classique. Cameron Norrie, Radu Albot, Steve Johnson, Jannik Sinner, Yuichi Sugita, Frances Tiafoe, Grégoire Barrère et Salvatore Caruso, tous parmi les 100 meilleurs joueurs du monde, sont aussi de la partie. A noter que le Sud-Coréen Hyeon Chung retrouve aussi les courts en Californie.

Les quarts de finale théoriques

Ugo Humbert (Fra/N.1) – Jannik Sinner (Ita/N.6)
Cameron Norrie (GBR/N.3) – Yuichi Sugita (Jap/N.7)
Frances Tiafoe (E-U/N.8) – Radu Albot (MDA/N.4)
Steve Johnson (E-U/N.5) – Lucas Pouille (Fra/N.2)

L’anecdote à avoir en tête : Un tremplin pour Edmund

L’an passé, Kyle Edmund a été inspiré en sollicitant une wild-card pour disputer le tournoi. Alors en pleine déconfiture après une élimination d’entrée à Melbourne, le Britannique s’était relancé en Californie, enchaînant les victoires sur Tommy Robredo, Lukas Rosol, Yannick Maden, Lloyd Harris et un certain Andrey Rublev pour aller chercher le titre et reprendre confiance. La stratégie s’est révélée payante puisqu’il a atteint les huitièmes de finale des Masters 1000 d’Indian Wells et Miami dans la foulée, seulement battu par Roger Federer et John Isner. Une belle réussite qui pourrait inspirer Lucas Pouille à l’heure où le Français retrouve le circuit.

Kyle Edmund au Challenger d'Indian Wells en 2019

Crédit: Getty Images

Roland-Garros
Journée plaisir, révolte des "petits" et arrosage automatique : les tops et flops de jeudi
IL Y A 2 HEURES
Roland-Garros
"Ruud peut embêter Thiem, mais pas plus"
IL Y A 2 HEURES