Comment le classement ATP a-t-il été réformé ?

Pour protéger les joueurs dans une période rendue très incertaine par la pandémie, l’ATP a d’abord gelé totalement la hiérarchie mondiale durant les cinq mois d’interruption totale du circuit (de mars à août 2020). Pas de jeu, donc pas de perte ni de gain de points, cette décision logique n’a que peu fait débat. Mais les choses se sont compliquées quand la caravane tennistique a repris sa route dans des conditions pour le moins particulières.
Sachant que les règles en termes de voyage, de quarantaine et de sécurité sanitaire étaient différentes d’un pays à l’autre et que tous les joueurs n’étaient pas logés à la même enseigne, une réforme a été mise en place : étendre le calcul du classement (les 19 meilleurs résultats) à 22 puis à 24 mois (de mars 2019 à mars 2021). De cette manière, pour ceux qui ont pu jouer en 2020, il n’était que possible d’augmenter son capital de points (le meilleur résultat dans un même tournoi entre 2019 et 2020 étant toujours conservé). Pour progresser dans la hiérarchie, il ne fallait plus compter que sur soi, puisque les contre-performances potentielles des autres ne leur coûtaient rien.
ATP Genève
Medvedev à la relance sur la terre de Genève avant Roland-Garros
IL Y A 15 HEURES
Ce n’est plus tout à fait le cas depuis mars, puisqu’une nouvelle réforme a réduit cette protection totale, permettant aux joueurs de conserver quoi qu’il arrive la moitié de leurs points accumulés entre mars et début août 2019. Par exemple, Roger Federer a gardé 500 de ses 1000 points gagnés à Miami, et Rafael Nadal 1000 de ses 2000 points de Roland-Garros (avec sa demi-finale il y a quelques semaines, il n’aurait dû en obtenir que 720).

Federer et le déclin : "On saura à Wimbledon si le Suisse est 'récuparable' ou pas"

Quand le classement ATP retrouvera-t-il son mode de fonctionnement normal ?

Ce sera bientôt le cas. Plus précisément, dès la semaine du 16 août, celle suivant le Masters 1000 du Canada (Toronto) qui sera la dernière permettant aux joueurs de conserver la moitié de leurs points de 2019. Dès le tournoi de Cincinnati, ils remettront tous en jeu le capital total qu’ils y avaient accumulé. Pour clarifier les choses, Novak Djokovic, tenant du titre, remettra donc en jeu ses 1000 points tout comme… Daniil Medvedev, vainqueur de l’épreuve en 2019.
Dès lors, de semaine en semaine, chaque joueur devra à nouveau défendre ses points, ce qui rendra le classement plus fluide, sans pour autant le faire totalement correspondre en fin de saison avec celui de la Race (résultats en 2021). Pourquoi ? Tout simplement parce que ce retour au mode de calcul normal n’est intervenu qu’en août, soit aux deux tiers de la saison, et pas en tout début d’année. Qu’ils aient joué entre janvier et mars ou pas, certains bénéficient toujours de ce qu’ils avaient engrangé à cette même période en 2019, et de 50 % de ce qu’ils avaient gagné entre mars et août 2019.

Pour s'imposer à Halle, Humbert a surperformé face au top 10

Parmi les meilleurs, quels sont les joueurs les plus protégés ?

Dans le Top 20 actuel, 6 joueurs ne figurent pas parmi les 20 premiers depuis début 2021 : Dominic Thiem (5e), Roger Federer (8e), David Goffin (15e), Gaël Monfils (16e), Alex de Minaur (18e) et Cristian Garin (20e). Si pour les deux derniers cités, cela ne se joue pas à grand-chose - l’Australien et le Chilien sont respectivement 27e et 29e à la Race -, pour d’autres, la situation est particulièrement incongrue voire ubuesque.
C’est le cas de Monfils surtout qui n’a accumulé que 85 minuscules points depuis le 1er janvier, ce qui le place 221e dans la hiérarchie de la saison. Roger Federer n’est pas à plaindre non plus, lui qui pointe actuellement au 87e rang mondial à la Race, et ce grâce à son huitième de finale à Roland-Garros et malgré seulement 8 matches disputés cette saison. Les performances de Dominic Thiem, seulement 31e à la Race, n’ont également que peu de choses à voir avec son statut de Top 5 mondial.

A deux semaines de WImbledon, Monfils ne s'est pas rassuré : sa défaite contre Harris en vidéo

Vont-ils dégringoler dans les prochaines semaines ?

Alors la chute sera-t-elle lourde pour eux dans les prochaines semaines ? S’il continue à perdre aussi rapidement que ces derniers temps, Monfils devrait se retrouver au-delà du Top 25 après l’US Open (où il devra défendre son quart de finale en 2019). Ugo Humbert, actuellement 25e, devrait alors à ce rythme devenir numéro 1 tricolore. Mais quoi qu’il arrive, Monfils ne quittera pas le Top 100 en 2021 : la période la plus difficile à affronter pour lui sera indubitablement le début d’année 2022 avec les points de ses titres à Rotterdam et Montpellier notamment remis en jeu.
Quid de Roger Federer ? Le Suisse pourrait perdre au maximum 600 unités à Wimbledon (la moitié des points de sa finale en 2019), ce qui le ferait chuter d’une place au profit de Matteo Berrettini. Mais même en cas de mauvais résultats, il pourrait ne sortir du Top 10 qu’à l’automne (il n’a qu’un quart à l’US à défendre et dispose encore à l’heure actuelle de 1715 points d’avance sur le 11e Diego Schwartzman). Lui aussi, s’il poursuit sa carrière, remettra beaucoup en jeu en 2022 : demie de l’Open d’Australie 2020, points restants d’Indian Wells, de Miami, de Wimbledon…
Finalement, celui qui a le plus gros à perdre en valeur absolue cet été est Rafael Nadal : il remettra 2500 points en jeu entre Toronto et l’US Open, un peu plus que les 2090 sur les mêmes tournois (les deux joueurs conservant la moitié de leurs gains au Canada 2019) de Dominic Thiem. Mais il n’y aura pas de dégringolade au classement : si les deux joueurs venaient à perdre tôt à Flushing, ils seraient virtuellement au pire 6e et 7e joueurs mondiaux à l’heure actuelle.

"Gagner face à Djokovic, en finale, ça aurait eu une portée différente pour Tsitsipas"

Qui pourrait gagner gros ?

Si Novak Djokovic semble à l’abri sur le trône avec plus de 2000 unités d’avance, une contre-performance précoce à Wimbledon pourrait lui en coûter la moitié. Et si Daniil Medvedev venait à l’emporter, il lui ravirait la place de numéro 1 mondial. Bien que tiré par les cheveux, c’est un scénario possible. Plus sûrement, Stefanos Tsitsipas a, lui, le podium en vue. Actuellement 2e à la Race et 4e au classement ATP, le Grec ravira la 3e place à Nadal (qui va perdre 360 points, la moitié de ce que sa demie de 2019 lui avait rapporté) s’il atteint au moins les quarts de finale au All England Club.
Tsitsipas n’est jamais allé aussi loin sur le gazon anglais, rien n’est donc fait. Mais à moyen terme, lors de la tournée estivale sur dur menant à l’US Open, il n’aura rien à défendre. Il serait donc étonnant qu’il n’y parvienne pas. Enfin les cas Aslan Karatsev et Jannik Sinner, respectivement 8e et 9e à la Race (24e et 23e à l’ATP), seront intéressants à suivre lors de cet été américain. Le Russe et l’Italien devraient intégrer pour l’un et réintégrer pour l’autre le Top 20, puisqu’ils ont très peu de points à défendre sur le reste de la saison par rapport à ceux qui les précèdent.
Tennis
Players' Voice avec Simona Halep : "J'ai retrouvé de l'amour pour ce sport"
IL Y A 16 HEURES
ATP Genève
Pas un mais deux tweeners en un jeu : Thiem fait le show mais perd encore
IL Y A 18 HEURES