AFP

Roland-Garros 2013, Rafael Nadal qualifié pour la finale contre Novak Djokovic

Nadal, tel un invincible
Par Eurosport

Le 07/06/2013 à 17:51Mis à jour Le 07/06/2013 à 18:57

Rafael Nadal luttera pour son 8e titre à Roland-Garros, dimanche. Il a battu Novak Djokovic en 4h37 (6-4, 3-6, 6-1, 6-7, 9-7), au terme d'un match de titans. Longtemps quelconque, la rencontre s'est hissée à un niveau exceptionnel dans son dernier tiers. Nadal rencontrera le vainqueur de la demi-finale Tsonga - Ferrer dimanche sur le court Philippe-Chatrier.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Un monument. Encore un. Rafael Nadal et Novak Djokovic ont livré un nouveau combat dantesque dont ils ont le secret vendredi. Longtemps quelconque, la rencontre a viré au sublime dans son dernier tiers. Les deux joueurs ont vu la mort et la victoire de près à tour de rôle. Mais l'Espagnol, porté par une grinta exceptionnelle, a fini par sortir vainqueur au courage d'une baston de 4h37, 9-7 au cinquième set. Probablement sa victoire la plus époustouflante et la plus émotionnellement forte de sa carrière à Roland-Garros, où il disputera dimanche sa huitième finale. Sachant qu'il a remporté les sept premières, "Rafa" peut devenir le premier champion dans l'histoire du tennis à inscrire huit fois son nom au palmarès d'un seul des quatre tournois du Grand Chelem.

S'il y parvient, il ne l'aura vraiment pas volé. Pourtant, il semblait parti pour une victoire relativement aisée. Face à un Djokovic constamment dans la réaction et non dans la prise d'initiatives, à l'exception de la fin du deuxième set, Nadal a dominé assez nettement les débats pendant quasiment quatre sets. Lorsque le Majorquin a réussi le break dans le septième jeu de la quatrième manche, on pensait que le compte du numéro un mondial était bon. Puis il a débreaké. Dans la foulée. Qu'à cela ne tienne. A 5-5, profitant de multiples bourdes de Nole, Nadal a repris le service de son rival. Cette fois, il allait servir pour le match. Mais battre Djokovic ne suffit pas. Il faut le terrasser, lui marcher dessus, encore et encore. Tant qu'il bouge, il est dangereux. A nouveau agressif, le Serbe a réussi un nouveau debreak avant de dominer le jeu décisif. A partir de là, le match a basculé dans une autre dimension, celle qui n'appartient guère qu'à ces deux hommes ces temps-ci.

Et Djokovic toucha le filet...

Pour la deuxième fois seulement de sa carrière Porte d'Auteuil, Nadal se voyait contraint de disputer un cinquième set. Il l'a entamé de la pire des manières en cédant son service d'entrée. Pour la première fois dans ce match, Djokovic s'est ainsi retrouvé au pouvoir. Pour Nadal, il y aurait eu de quoi s'effondrer, physiquement et mentalement. Mais si Nole est immortel, Rafa est indestructible. Les deux champions partagent un refus du renoncement réellement sidérant. Djokovic a tenu bon jusqu'à 4-3. Là, le cours de l'histoire s'est inversé sur un ou deux détails, dont un point qui, à coup sûr, passera à la postérité. Alors qu'il n'avait plus qu'à poser tranquillement sa volée (ce qu'il a fait), Novak a perdu l'équilibre et touché le filet, offrant à Nadal une balle de debreak. 

Certes, ce n'est pas sur celle-ci mais un peu plus tard que le septuple vainqueur du tournoi a bouclé ce jeu, mais il a valeur de symbole. Celui des difficultés de Djokovic au filet et particulièrement au smash. Revenu à hauteur, Nadal a repris un ascendant qu'il n'a ensuite plus jamais lâché. Le fait d'effectuer la course en tête est un avantage non négligeable dans ce genre de circonstances. Djokovic a servi à trois reprises pour rester dans le match. La quatrième, il a craqué, cédant son service blanc, à coup de smash raté (un dernier, un de trop) et de fautes grossières. Comme il l'a répété mercredi, Rafael Nadal n'a encore rien gagné. Ce n'était pas une finale. Juste une demi-finale. "Juste?" c'est une façon de voir les choses. Les palmarès ne retiennent peut-être que les vainqueurs, mais demi-finale ou pas, il sera difficile d'oublier ce duel là, et surtout son dénouement.

0
0