Ouanna, le match 5 étoiles

Ouanna, le match 5 étoiles
Par Eurosport

Le 27/05/2009 à 20:45Mis à jour

Josselin Ouanna a sorti Marat Safin au 2e tour de Roland-Garros après 4h30 de jeu (7-6 (7/2), 7-6 (7/4), 4-6, 3-6, 10-8). Après avoir remporté le premier match en Grand Chelem de sa carrière contre Granollers, Josselin a gagné le plus beau match du tournoi jusqu'ici. Prochain tour: F.Gonzalez.

ROLAND-GARROS - 2e tour

. Josselin Ouanna (FRA, WC) bat Marat Safin (RUS, 20) 7-6 (7/2), 7-6 (7/4), 4-6, 3-6, 10-8

C'est beaucoup plus qu'un simple 2e tour auquel nous avons assisté ce mardi soir, juste avant la tombée de la nuit à Roland-Garros. C'est avant tout le premier grand match de la quinzaine, avec cinq sets de très haute tenue. C'est peut-être la naissance d'une carrière, celle de Josselin Ouanna (23 ans, 134e mondial), qui fait partie de la génération des Monfils, Simon et Tsonga, et c'est surtout le crépuscule d'un champion hors-norme, une véritable star du circuit : Marat Safin, qui a donné, par moments ce soir, l'impression de donner la pleine mesure de son éclat.

Safin, c'était aussi l'idole de Ouanna (comme il l'était de Sidorenko au premier tour). Ce soir, c'était toujours un grand champion mais un adversaire vaincu. En 4h34 de jeu, Josselin a fait un grand pas en avant dans sa carrière. C'est sa deuxième victoire en Grand Chelem seulement, la deuxième en cinq sets au terme d'une bataille intense. Ce n'est pas une victoire bradée, offerte par un Safin de discothèque, mais un succès mérité contre un des 20 meilleurs joueurs du monde actuel. Le Russe, qui a pesté contre le public quelques fois mais qui n'a pas cassé de raquette, est resté concentré sur son sujet. Lors des trois sets qu'il a finalement perdus, il menait d'ailleurs d'un break d'avance.

"Je ne me projette pas"

Après deux jeux décisifs marqués par la qualité des services de Ouanna, Safin mené deux sets à zéro ne s'est jamais effondré. Bien au contraire, on a pensé un temps que le Français sans expérience allait subir un sérieux retour de flammes. La tension est retombée d'un seul coup a précisé Josselin : "C'est ce qui m'est arrivé aussi après le deuxième set où je me suis vu un peu trop beau. On m'avait dit que Safin était physiquement un peu court, alors que pas du tout." Non, en effet, Safin avait les jambes de ses 20 ans, mais peut-être plus le petit plus qui fait la différence.

Les deux joueurs ont rivalisé au service, avec un léger avantage pour Safin sur les points décisifs (et en termes d'aces : 17 aces contre 4). En coup droit, c'est le Français qui a le plus souvent fait la différence. Flegmatique en dehors du court, très relâché sur le court, à peine fébrile sur sa quatrième balle de match, le Français soutenu par Gaël Monfils et ses parents présents dans les tribunes, n'a jamais cessé de tenter sa chance. Et s'il n'a converti que 4 balles de break sur 23 obtenues au total (dont trois balles de match), la constance de son tennis est ce qui a fait sa force.

Régulier, brillant en contre avec quelques passings et lobs bien ajustés en fin de match, il a surtout su prendre le filet sans complexe. C'est la première fois que Ouanna bat un top 30, c'est la dernière fois que Safin jouait à Roland-Garros. Un chassé-croisé à la hauteur du talent trop souvent caché du Moscovite. Au prochain tour, Josselin devra se montrer aussi solide pour lutter contre Fernando Gonzalez. Il le sait: "Pour l'instant je suis toujours dans le tournoi et je ne me projette pas sur la suite. Mais ces deux victoires sont de belles preuves, même si c'est toujours plus facile de faire ça en France lorsqu'on a tout le public avec nous. En Russie, ça n'aurait peut-être pas été pareil. J'ai pris confiance dans mon physique. Il me reste encore beaucoup de travail à accomplir mais je pense être sur la bonne voie."

0
0