Tsonga passe au travers

Tsonga passe au travers
Par Eurosport

Le 01/06/2009 à 18:30Mis à jour

Roland-Garros est terminé pour Jo-Wilfried Tsonga. Le Français s'est incliné en quatre sets (6-1, 6-7, 6-1, 6-4) en huitièmes de finale face à l'Argentin Juan Martin Del Potro. Une défaite logique, tant le Manceau n'est jamais entré dans son match.

HUITIEMES DE FINALES MESSIEURS

Juan Martin Del Potro (ARG, 5) bat Jo-Wilfried Tsonga (FRA, 9) 6-1, 6-7 (5), 6-1, 6-4
Prochain adversaire : Robredo

Après une première semaine prometteuse, Jo-Wilfried Tsonga s'est heurté à un mur lundi en huitièmes de finale. Juan Martin Del Potro était trop solide pour le Français, jamais vraiment entré dans son match sur le central. Il n'a jamais donné l'occasion au public de s'enflammer et ce match s'est achevé sur une drôle d'impression, comme s'il n'avait jamais véritablement débuté. A aucun moment Tsonga n'a semblé en mesure de passer l'obstacle. Même après avoir égalisé à une manche partout, le Manceau ne paraissait pas maître des évènements.

Le calme de Del Potro

Après un premier set perdu 6-1 en 28 minutes, le Français a réussi à hausser son niveau de jeu dans la deuxième manche. Il a d'abord mené 5-2 avant de gâcher son break d'avance. Mais, à l'énergie, Tsonga a su aller chercher le jeu décisif (7-5), offrant à la foule sa seule pointe d'excitation du match. Malheureusement, dans la foulée, Del Potro a réussi le break d'entrée dans le troisième set. Le soufflé est alors retombé et cette troisième manche fut bouclée presque aussi rapidement que la première (6-1 en 30 minutes). Tsonga a fait illusion jusqu'à quatre partout dans le 4e set, avant un ultime break de Del Potro dans le neuvième jeu. Le 6e break du match pour le numéro 5 mondial. Celui de trop pour Jo.

L'aventure s'arrête donc nette pour le Français. " J'aurais préféré continuer, c'est comme ça, je perds contre un gars qui était plus fort que moi aujourd'hui, tout le mérite lui en revient", a commenté le Français, déçu mais sans trop de regret au vu de la physionomie de la partie. "Avec le jeu que j'ai développé, je n'ai pas forcément beaucoup de regrets à avoir, admet Tsonga. J'ai même eu de la chance d'avoir gagné un set. Je recommencerai l'année prochaine en espérant être encore plus fort ." Son deuxième Roland-Garros lui a tout de même confirmé qu'il était capable de prendre du plaisir sur terre battue, et d'en donner. " J'espère que je n'entendrais plus trop que je suis pas capable de jouer sur terre battue...", dit-il.

Pour Del Potro, c'est l'âge des possibles. Sans avoir livré un match exceptionnel, il a affiché une sérénité impressionnante pour un joueur de 20 ans confronté à un environnement potentiellement hostile. Conscient de ce danger, Del Potro a tout fait pour que Tsonga ne puisse sortir d'une certaine torpeur. "Affronter Jo en France était un défi très difficile. Il a fallu que je reste le plus calme possible car j'avais l'impression de jouer avec tout le public contre moi", confie l'Argentin. C'est la troisième fois consécutive qu'il se qualifie pour les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem, après l'US Open l'an dernier et l'Open d'Australie au mois de janvier. Jusqu'ici, il a toujours chuté à ce stade. Il tentera d'avancer d'un cran dans sa progression face à Tommy Robredo. Mais dans un tournoi plus ouvert que jamais après les éliminations de Nadal et Djokovic, del Potro n'a aucune raison de ne pas croire en son destin. C'est aussi l'avis de sa victime du jour: "Je le vois capable d'aller au bout. Il a le niveau de jeu pour", juge Tsonga.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0