AFP

Roland-Garros 2013 : Novak Djokovic a lutté en huitièmes, pas Rafael Nadal et Tommy Haas

Djokovic moins souverain, Nadal et Haas express
Par Eurosport

Le 03/06/2013 à 13:02Mis à jour Le 03/06/2013 à 23:28

Novak Djokovic a cédé un set mais a passé l'obstacle Philipp Kohlschreiber en huitième de finale. Il retrouvera Tommy Haas (N.12), qui a rallié pour la première fois, à 35 ans, les quarts à Roland-Garros en battant facilement Mikhail Youzhny. Rafael Nadal est passé sans souci, son match le mieux maîtrisé depuis le début du tournoi.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

NADAL TOUT EN MAÎTRISE

S’il a peiné lors de ses premiers tours, Rafael Nadal semble désormais bien lancé dans ce Roland-Garros 2013. Face à Kei Nishikori en huitième de finale, l’Espagnol a connu son deuxième match de suite sans perdre un set (6-4, 6-1, 6-3). Il a surtout montré une bonne maîtrise tout au long de la rencontre, ne concédant pas un seul break pour la première fois du tournoi. Jusque-là, le Majorquin avait perdu au moins 14 jeux, il n’en a laissé que 8 à son adversaire japonais. Sous pression sur ses mises en jeu, Nishikori a concédé le break dans le cinquième jeu du premier set et n’a pu revenir. Dans le deuxième, Nadal a pris les devants encore plus tôt puis a pris deux breaks d’avance. Il s’est même permis de conclure en retour pour commencer à servir dans la troisième manche. Le break obtenu dans le quatrième jeu lui a suffi pour aller au bout. Le septuple vainqueur a obtenu sa 56e victoire en 57 matchs Porte d’Auteuil, de quoi fêter dignement son anniversaire avec le public du court central.

___________________________________________________________________

DJOKOVIC A LUTTÉ

Le contingent de joueurs qui n’ont pas encore perdu un set depuis le début de ce Roland-Garros s’est réduit à deux unités (Tsonga, Ferrer). Novak Djokovic n’en fait plus partie depuis ce lundi et son huitième de finale face à Philipp Kohlschreiber (N.16). Le Serbe a perdu la première manche face à l’Allemand après avoir été breaké au cinquième jeu. Dans les deux sets suivants, le scenario a été le même. Le numéro un mondial a rapidement pris le service de son adversaire et a difficilement confirmé sur son engagement. Il a sauvé six puis deux balles de break dans les deux manches, réussissant à conserver sans briller son avantage. Avec un double break d’avance, il s’est dirigé vers une quatrième manche moins laborieuse mais a vu revenir Kohlschreiber à 5-4. Djokovic a tout de même réussi à conclure (4-6, 6-3, 6-4, 6-4) malgré du déchet à la volée (13/31). D’une manière générale, il n’a pas évolué au même niveau que lors des derniers matchs, ne passant pas plus d’aces que de doubles fautes (2-2) et commettant plus de fautes que de coups gagnants (42-38). Mais l’essentiel est là, il est pour la 16e fois de suite en quart de finale de Grand Chelem, où l’attend un autre Allemand.

___________________________________________________________________

HAAS À TOUTE VITESSE

Tommy Haas a passé seulement 1h24 sur le court ce lundi face à Mikhail Youzhny, l’emportant en trois petits sets (6-1, 6-1, 6-3). L’Allemand (N.12) a probablement accueilli avec bonheur de pouvoir expédier aussi rapidement un match qui s’annonçait comme une potentielle bataille acharnée contre le 31e mondial. Surtout après avoir battu John Isner 10-8 au cinquième set et à l’issue d’un marathon de 4h37. Le Russe avait lui disposé en trois sets de Janko Tipsarevic (N.8) mais a paru méconnaissable dans ce huitième de finale. Dans le premier set, il n’a réussi qu’un seul coup gagnant pour 11 fautes directes. S’il a converti sa seule balle de break de la manche, il n’a pas été assez solide sur sa mise en jeu, concédée trois fois. Même constant dans le set suivant, où il n’a gagné que 40% des points derrière sa première balle. La dernière manche a été moins déséquilibrée mais a aussi penché en faveur de la tête de série 12. Et Haas n’a cette fois pas peiné à conclure, après avoir manqué 12 balles de match au tour précédent. Il rejoint ainsi pour la première fois, à 35 ans, les quarts de finale à Paris, là où il avait échoué en 2002 et 2009. Il est le plus vieux à ce stade depuis 1971 et Istvan Gulyas.

0
0