Panoramic

Richard Gasquet : "C’était un très bon Roland, pas un très grand"

Gasquet : "Un très bon Roland, pas un très grand"

Le 01/06/2016 à 19:57Mis à jour Le 01/06/2016 à 20:28

Battu en quatre sets par Andy Murray, Richard Gasquet a encore touché ses limites en Grand Chelem face à un membre du Top 3 mondial. Mais cela ne gâchera pas son souvenir de cette édition 2016 qui restera comme une étape importante de sa carrière.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Richard Gasquet sort encore une fois la tête haute d’un tournoi majeur. Depuis un an, c’est lui le Français le plus performant dans les levées du Grand Chelem avec, l’an passé, une demi-finale à Wimbledon et un quart à l’US Open. Et cette année, ce quart de finale à Paris qu’il attendait depuis une bonne dizaine d’années. Mais encore une fois, telle une marotte, le Français a touché ses limites face aux meilleurs. Après Roger Federer à New York et Novak Djokovic à Londres, c’est un autre membre du Big Four, Andy Murray, qui a stoppé le parcours du Biterrois. Pas de quoi avoir honte.

"C’était un très bon Roland-Garros, pas un très grand, a-t-il annoncé en conférence de presse. Je suis fier de ce que j’ai accompli ici cette année. C’est sûr que j’aime les tournois du Grand Chelem, je m’y sens bien et j’aime y performer. Mais à chaque fois je tombe sur des gros joueurs qui accaparent tous les titres, il n’y a pas grand-chose à faire". En somme, malgré tous ses efforts et la hausse globale de son niveau ces derniers mois, Gasquet a encore une fois atteint son plafond de verre.

Vidéo - Hlts Gasquet - Murray

02:39
" J'ai rarement vu un court aussi lent et des balles aussi grosses"

"Je n’ai eu aucun point gratuit aujourd’hui face à Murray, regrette le Français fataliste. Chaque point, j’ai mis 15 coups avant de les marquer. Cela compte au final. J'ai rarement vu un court aussi lent et des balles aussi grosses. Lui donne très peu de points, il n’a jamais de temps faible et retourne toujours très bien. C’était très difficile de tenir la cadence face à lui." Une observation confirmée par Murray : "C'est vrai que j'ai multiplié les amorties pour l'user physiquement. Je pense qu'au bout d'un moment, ça a fini par payer."

Pourtant, le troisième set a été clairement un tournant dans cette partie, tout juste après la perte d’une deuxième manche au couteau où le Français a sans doute laissé passer sa chance. "Je suis frais pourtant au début du troisième set, je me dis que c'est à moi de le pousser pour le faire jouer, mais il a très bien joué. Je ne fais pas d’erreurs stupides, il a été monstrueux et a fait un début de manche exceptionnel. Il est vrai que je paye physiquement le fait de courir après le score dans les deux premières manches. Et puis, si j’empoche le deuxième set, c’est un tout autre match derrière."

Richard Gasquet - Roland-Garros 2016

Richard Gasquet - Roland-Garros 2016Panoramic

" Je ne suis plus à des années-lumière des tout meilleurs"

Une phrase qu’on aurait presque entendue mot pour mot dans une autre interview après une défaite similaire face à ce même joueur. Comme en 2012, en huitième de finale de… Roland-Garros par exemple, où il avait pris le premier set avant de perdre les trois suivants. Cela dit, en 2010, au même stade de la compétition du même tournoi, toujours contre ce même Murray, le Français a mené deux sets à zéro sans empêcher sa défaite en cinq.

Cette sortie de piste en dérapage non contrôlé ne gâchera pas le souvenir de cette édition de Roland-Garros, qui l’a vue se hisser en quart de finale pour la première fois de sa carrière. Il a suffisamment attendu pour bouder son plaisir. Mais celui-ci aurait été évidemment décuplé en cas de victoire sur le numéro deux mondial ce mercredi. "Lui a failli perdre au premier tour, moi je n’étais pas très loin d’arriver à le pousser dans ses retranchements. Je sais que maintenant je ne suis plus à des années-lumière des tout meilleurs." A bientôt 30 ans, Gasquet connait la définition du mot patience. Mais pour encore combien de temps ?

0
0