Regardez cet événement sur Eurosport Player

L’HISTOIRE DU JOUR

Roland Garros
Sharapova, c'est niet
16/05/2017 À 17:11

Andy Murray s’est vu perdre plusieurs fois en trois jours. Et nous avec lui. Et pour l’un des principaux favoris à la victoire finale à Roland-Garros, ça fait beaucoup trop. Surtout dès les deux premiers tours d’un tournoi majeur. L’Ecossais a passé trois jours de suite sur le court central, joué plus de sept heures et disputé dix sets. C’est simple : jamais il n’avait connu des débuts aussi délicats en Grand Chelem pour se qualifier au 3e tour. Même avant qu’il ne devienne double vainqueur de tournois majeurs. Il faut remonter à l’US Open 2005, il y a plus de dix ans, pour le voir débuter par deux combats en cinq sets d’entrée. Une autre époque, qui l’avait vue s’arrêter au 2e tour d’ailleurs.

Cette fois-ci, c’est son expérience qui a fait la différence. Sa chance a été de jouer d’abord face à un joueur sur le déclin, Radek Stepanek, puis ensuite face à un autre qui découvrait le très haut niveau, Mathias Bourgue. Deux joueurs classés au-delà de la 100e place mondiale… Si le Français a donné moins de sueurs froides au Britannique que le Tchèque, qui était quand même à deux points de le faire chuter mardi, Bourgue a confirmé que Murray était loin d’être serein dans ce tournoi. Ce mercredi, il était perdu sur le court, ne parvenait pas ni à lire la trajectoire des balles adverses.

Du talent, de l'audace et du courage : comment l'épatant Bourgue a bousculé Murray

A bien l’écouter, ses passages à vide l’inquiètent quand même un petit peu. Cela dit, avec le flegme qu’on lui connait, il reste droit dans ses bottes et lucide sur sa situation. Le plus important ? Qu’il soit toujours là. Le côté positif ? Qu’il joue Ivo Karlovic au prochain tour, où il n’aura "que 3 ou 4 coups de raquette à jouer", selon ses propres dires, et donc pas de marathon en fond de court à prévoir. Le Croate, en fin de carrière, est aussi sorti d’un match à rallonge en gagnant 12-10 au 5e set au 2e tour face à Jordan Thompson. Alors oui, Murray avance doucement, mais compte sur sa chance pour l’emmener le plus loin possible. Ca tombe bien, jusqu’en quart, la voie semble dégagée. Mais après...

Karlovic, un marathon pour rejoindre Connors et écrire l'histoire

ON A AIME

Le retournement de situation de Gilles Simon. Mené deux sets à rien Guido Pella et breaké dans le 3e set, le Niçois n’a jamais lâché prise. Il s’est battu comme un lion pour arracher la manche et est reparti au combat dans le 4e set après avoir de nouveau perdu son service. Comme exemple d’abnégation, difficile de faire mieux. L’Argentin, 48e mondial, s’est distingué cette saison en atteignant la finale à Rio, après avoir battu John Isner au premier tour et Dominic Thiem en demi-finale. Et il a bien failli s'offrir son meilleur résultat à Paris face à la tête de série numéro 18. Mais il est tombé sur un plus dur à cuire que lui. Viktor Troicki pourra-t-il en dire autant au tour suivant ?

ON N’A PAS AIME

La défaite de Lucas Pouille au 2e tour. Le jeune Français était tête de série (29) après son bon parcours sur terre battue (finale à Bucarest et demi-finale à Rome) et avait une chance en or d’atteindre le 3e tour de Roland-Garros pour la première fois de sa carrière. Pas de chance : il s’est cassé les dents sur le Slovaque Andrej Martin, lucky loser de son état qui n’avait encore jamais gagné un match en Grand Chelem avant de venir ici. Le tout en trois petits sets (6-3, 7-5, 6-3). C’est ce joueur, classé 133e mondial, qui défiera Milos Raonic au prochain tour. Jérémy Chardy, lui aussi opposé à un autre repêché, Adam Pavlasek, a moins tergiversé en passant en trois sets ce mercredi. Indéniablement, Pouille est l’une des déceptions de la première semaine.

Lucas Pouille lors de son 2e tour à Roland-Garros, mercredi 25 mai 2016

Crédit: AFP

JUSTE POUR SAVOIR…

Retourner sur le circuit Challenger ne va-t-il pas être trop difficile pour Mathias Bourgue après une semaine pareille ?

Que va faire Andy Murray durant sa première journée off de la semaine ? Jouer au tennis quand même ?

Ivo Karlovic se dit-il aussi que c’est une bonne chose d’affronter Andy Murray au 3e tour ?

Benoît Paire qui se contente de son 1er tour gagné avant son élimination au 2e, ce ne serait pas une forme de régression ?

TROIS STATS A RETENIR

3 – Trois Britanniques au 2e tour de Roland-Garros (Andy Murray, Aljaz Bedene et Kyle Edmund), c'était une première depuis 1975.

6 – Comme le nombre de Tricolores tombés ce mercredi au 2e tour, sur les neuf qui étaient en lice : Pouille, Mannarino, Paire et Bourgue côté messieurs, Garcia et Georges côté dames. Avec cinq Français et quatre Françaises encore en lice jeudi, le record de présence au 3e tour est toujours dans les cordes (11 en 1971).

37 – Du haut de ses 37 ans, Ivo Karlovic est le plus vieux joueur à atteindre le 3e tour d’un Grand Chelem depuis Jimmy Connors, 39 ans à l’US Open 1991. Il mène aussi le classement des joueurs ayant réussi le plus d’aces : 72 en deux matches (!) devant John Isner (58) et Nick Kyrgios (27).

Roland Garros
Les 4 questions que pose le forfait de Federer
16/05/2017 À 10:59
Roland Garros
Federer zappe Roland-Garros
15/05/2017 À 18:25