Getty Images

Nos pronos pour la finale : Nadal fait l'unanimité

Nos pronos pour la finale : Nadal fait l'unanimité
Par Eurosport

Le 09/06/2018 à 23:46Mis à jour Le 10/06/2018 à 07:38

ROLAND-GARROS 2018 - Rafael Nadal ou Dominic Thiem ? Nous avons tous un avis sur cette finale. Voici celui des membres de la rédaction. Si les avis divergent sur le degré de résistance de l'Autrichien, tous envisagent un 11e sacre du Majorquin dimanche après-midi sur le court Philippe-Chatrier.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Glenn Ceillier : Nadal en 4 sets

Rafael Nadal va encore rester le maître des lieux ce dimanche sur le court Philippe-Chatrier. Comment peut-il en être autrement ? Certes, Dominic Thiem peut se targuer de l'avoir déjà dominé sur terre battue. On salue la prouesse. Mais en Grand Chelem avec ces matches en trois manches gagnantes, c'est une autre histoire. L'Autrichien peut bien sûr piquer un set à l'Espagnol. Cela arrivera sûrement ce dimanche. Le premier, le temps que Rafa se mette en route. Mais plus, il ne faut pas rêver.

Rafael Nadal a déjà connu de petites frayeurs dans cette édition de Roland-Garros. Il n'en connaitra pas plus. Et encore une fois, il ne sera pas poussé au cinquième set pour ce dernier dimanche de cette quinzaine parisienne. Car Dominic Thiem, même s'il joue la carte de la confiance avant ce match et dit "avoir un plan contre Nadal", n'a pas encore les armes pour faire tomber Nadal à Roland. Ailleurs peut-être. Mais pas sur son terrain de chasse favori où il ne laisse même pas des miettes aux autres.

Cyril Morin : Nadal en 3 sets

Rafael Nadal ne réalise pas son plus grand tournoi de Roland-Garros. Celui de la Decima, conclu sans la perte d'un set, était à bien des égards bien impressionnant que ce cru 2018. Souvent, le numéro un mondial a été embêté. Souvent, il a tangué. Parfois, il a eu l'air de s'inquiéter. Mais il a toujours fini par gagner. Difficile d'imaginer une autre issue ce dimanche. Parce que Thiem a beau être le seul à l'avoir battu cette saison mais aussi la saison dernière sur terre, on pourrait croire à une finale accrochée.

Je crois au contraire l'inverse. Dans sa conférence de presse post-qualification, Nadal avait donné une raison simple de son échec à Madrid cette année : il n'avait pas été bon. Hors, dans les grand moments, il répond toujours présent. Surtout ici. A dire vrai, je vois bien le scénario du match contre Bolelli ou Del Potro se répéter : un Nadal qui traîne à rentrer dans la partie, qui se fait rentrer dedans dans le premier set pour finalement l'arracher à la faveur d'une gestion temps forts/temps faibles exceptionnelle. Et, ne fois que l'Espagnol est lancé, personne ne peut l'arrêter.

Thiem le sait mieux que quiconque puisqu'il avait été passé à la moulinette en demie l'année passée. Cette fois-ci, c'est une finale, la première pour lui en Grand Chelem. Et si Nadal aura la pression, gérer un tel événement pour la tête de série numéro 7 n'aura rien d'aisé. Pour toutes ces raisons, Rafa devrait l'emporter. Et finalement assez facilement.

Sébastien Petit : Nadal en 5 sets

Pour une première finale majeure, tomber sur le meilleur joueur de terre battue à Roland-Garros, c’est compliqué. Dominic Thiem, armé de sa raquette et de son courage, sera-t-il le premier à battre Rafael Nadal en finale de Roland-Garros ? Personnellement, je n’arrive pas à y croire. Bien sûr, l’Espagnol a montré des signes de faiblesse par moments dans cette quinzaine ; bien sûr, l’Autrichien a progressé depuis l’an passé et il a déjoué les pièges un à un qui le séparaient de sa première finale de Grand Chelem.

Mais de là à le voir rendre coup pour coup à un Nadal décuple vainqueur à Paris, s’il est en pleines possessions de ses moyens, il y a un pas qu’il est extrêmement difficile à franchir. Au mieux, je vois lui tenir tête un set ou deux, comme lors de ses deux victoires surprenantes à Rome en 2017 et Madrid en 2018. Mais pas sur trois manches : je ne vois pas Nadal se laisser faire ou laisser Thiem faire le jeu dimanche. Et quand une finale dépend de Nadal, l’issue est souvent en sa faveur.

Vincent Roussel : Nadal en 5 sets

En finale, face à Puerta, Federer ou Djokovic, Nadal a toujours réussi à s’en sortir en 4 sets, sans (vraiment) trembler. Mais face à celui que l’on annonce comme son successeur sur ocre, il va enfin être poussé au jusqu’à la manche décisive. Plusieurs raisons à ce match à rallonge, qui devrait être bien plus serrée que leur demi-finale de l’année passée. Si Nadal continue d’impressionner, Thiem lui, a enfin passé le dernier carré, où il avait été battu lors des deux dernières saisons.

Cela devrait libérer l’Autrichien, qui sait maîtriser l’Espagnol, comme ses victoires à Madrid cette saison et Rome l’an passé l’ont prouvé ! L’Autrichien va attaquer le match bille en tête. Il va connaître quelques moments de fébrilité sur son service, comme tout joueur qui découvre une finale de Grand-Chelem. Mais il peut faire mal notamment grâce à son revers, et son jeu d’attaque incessant qui va gêner Nadal, à l’image de Schwartzmann en quart. Comme à Madrid, il peut tout à fait lui prendre deux sets, mais ça ne suffira pas pour gagner, cette fois. L’Espagnol est un champion aura sûrement plus de caisse que son adversaire. A l'expérience, Nadal soulevera le trophée pour la 11e fois à la Porte d’Auteuil.

Laurent Vergne : Nadal en 4 sets

Toutes les séries ont une fin, parait-il. Celle de Rafael Nadal en finale de Roland-Garros est peut-être l'exception, qui sait. J'ai toujours autant de mal à miser contre le Majorquin dans pareil contexte. Il a certes affiché certaines fragilités par moment dans cette quinzaine, et Dominic Thiem est redoutable sur terre battue. L'Autrichien est peut-être le seul en ce moment à avoir à la fois les armes, le physique et la confiance nécessaire pour battre Nadal sur cette surface et ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'il est le seul à l'avoir fait ces deux dernières années.

Mais battre Nadal à Roland-Garros, c'est autre chose. Et la différence n'est pas minime. Elle est gigantesque. Nous ne sommes pas sur l'épaisseur du trait. Pour dominer Nadal sur terre en trois sets gagnants, il faut des circonstances exceptionnelles. Soit un joueur sortant un match hors normes, comme Söderling en 2008, sachant que Nadal, lui, n'était pas à 100%, ou qu'il soit très loin de son meilleur niveau, comme en 2015 face à Djokovic. Ces circonstances exceptionnelles sont-elles réunies ? Rien ne permet de l'affirmer.

Je crois en revanche Thiem capable de rivaliser et de donner une certaine envergure à cette finale, celle que ce tournoi n'a malheureusement pas eue jusqu'ici. Mais autant je serais déçu qu'il passe autant en travers que l'an dernier en demi-finale, autant je serais surpris qu'il soit déjà prêt à mater le Majorquin dans une finale de Roland-Garros. Il est, peut-être, son héritier. Mais envisager une transmission de couronne dès dimanche me parait prématuré.

Roland Garros 2017, Rafael Nadal

Roland Garros 2017, Rafael Nadal Getty Images

0
0