Getty Images

Décidément, Thiem aime souffrir

Décidément, Thiem aime souffrir

Le 30/05/2019 à 13:45Mis à jour Le 30/05/2019 à 14:35

ROLAND-GARROS - Dominic Thiem en a encore bavé. Secoué par Tommy Paul au 1er tour, l'Autrichien, finaliste en titre, a encore été bousculé lors de son match du 2e tour face à Alexander Bublik, jeudi, sur le court Philippe-Chatrier. Vainqueur en quatre manches (6-3, 6-7, 6-3, 7-5) et 2h30 de jeu, la tête de série n°4 s'est évitée un marathon face à adversaire imprévisible.

Dominic Thiem aime se compliquer la vie. Trois jours après une entrée en lice de moyenne facture face à Tommy Paul sur le Lenglen, l'Autrichien s'est encore offert un match inégal face à Alexander Bublik. Vainqueur en quatre manches du Kazakh (6-3, 6-7, 6-3, 7-5), 91e mondial et brillant vainqueur de Rudolf Molleker au 1er tour, le finaliste de l'édition 2018 a joué avec le feu sur le court Philippe-Chatrier, jeudi, en ouverture de journée, mais il ne s'est jamais brûlé. C'est un véritable exercice de funambule qu'il a réalisé.

Avec un chronomètre qui s'est arrêté à 2h30, Thiem peut s'estimer heureux de n'avoir passé qu'un peu plus de deux heures sur le court. Aux commandes de la rencontre après un troisième acte de bonne facture, le protégé de Nicolas Massu a subitement disparu des débats, au point de se retrouver mené 2-5 et aux portes d'un match en cinq sets malvenu. Privé de service, en difficulté derrière ses secondes, et considérablement gêné par le côté imprévisible du 91e mondial, un risque-tout maladroit, Thiem a été tout proche de basculer du mauvais côté. Mais il n'est jamais tombé. Même s'il a fallu sauver deux balles de 4e manche sur son service à 3-5. Ce sont ces deux opportunités manquées qui ont condamné Bublik à la nuit.

Vidéo - Face au fantasque Bubblik, Thiem a dû s'arracher pour avancer

02:58

Un choc spécial ocre face à Cuevas au 3e tour

Doté d'un service surpuissant et précis (16 aces), d'une capacité de frappe exceptionnelle mais pas toujours maîtrisée, le Kazakh a montré l'étendue de ses qualités tennistiques, dans le pur style russe, dont il est originaire. Mais aussi ses limites avec un nombre de fautes directes trop important pour espérer battre un joueur du calibre de Thiem (51 fautes directes, pour 50 points gagnants). Un peu fou, notamment derrière ses secondes, en difficulté quand il a fallu jouer plus dans le court, maladroit au filet, le joueur de Gatchina n'a pas encore totalement développé son tennis qui se veut plutôt offensif. C'est ce facteur qui a permis à Thiem, qui a peu donné (16 fautes directes), de s'éviter de gros problèmes.

Au 3e tour, la tête de série n°4 va avoir droit à quelque chose de plus costaud : Pablo Cuevas. Magicien et très à l'aise sur ocre, l'Uruguayen a retrouvé son tennis perdu il y a deux ans sur les courts de Roland-Garros, après sa défaite au 3e tour face à Fernando Verdasco. Cette fois, la marge d'erreur sera beaucoup plus réduite pour l'Autrichien. Mais ce duel de revers à une main, 100% estampillé terre battue, sent bon le Roland-Garros.

Dominic Thiem lors de Roland-Garros 2019
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0