Getty Images

Nadal en deux temps et trois mouvements

Nadal en deux temps et trois mouvements

Le 04/06/2019 à 18:48Mis à jour Le 04/06/2019 à 19:37

ROLAND-GARROS - Stoppé par l'orage à 4-2 dans la troisième et dernière manche, Rafael Nadal n'a eu besoin que de onze minutes supplémentaires pour se qualifier pour les demi-finales en écrasant le pauvre Kei Nishikori en trois manches (6-1, 6-1, 6-3) et 1h51 de jeu. Vendredi, il affrontera un certain Roger Federer pour une place en finale.

Lundi, Rafael Nadal a fêté ses 33 ans. Mardi, il n'avait pas pris une ride. Son tennis, en tout cas. Kei Nishikori, premier homme à l'avoir croisé sur un court avec une année de plus dans le cornet, peut en témoigner. Sur le Philippe-Chatrier, le Majorquin a tout fait au Japonais sauf… le libérer avant l'orage qui s'est abattu en fin d'après-midi sur Paris. Il lui a fallu patienter une grosse heure supplémentaire, au sec. Mais son retour aux affaires fut expéditif. Trois jeux et l’affaire était entendue (6-1, 6-1, 6-3). Tout ça en 1h51.

Vendredi, le numéro 2 mondial défiera Roger Federer, vainqueur de Stan Wawrinka au terme d'un duel emballant, et Nadal sera le plus frais sur le papier. Ce sera sa douzième demi-finale à Roland. Jusqu'ici, il les a toutes gagnées. Dont une, la première en 2005, face à son plus grand rival. 2005-2019, une sacrée cure de jouvence nous tend les bras.

Depuis le début du tournoi, Kei Nishikori n’avait brillé pas par son tennis. Il l'a payé au prix fort face à Rafa. Sa résilience, mise à rude épreuve depuis une semaine et face à Benoît Paire lundi, n’a cette fois pas suffi. Contre Nadal, il ne vaut mieux pas subir. Pas plus qu’il n'est conseillé de jouer au chat à la souris. Parce que le chat, c'est rarement l'autre quand Rafa est en face.

Deux premiers sets éclair

Mardi, Nishikori a pourtant eu la mauvaise idée de laisser les commandes à Rafael Nadal. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'homme aux onze victoires à Roland en a fait bon usage. En panne de première dès le premier jeu du match, le Japonais a offert sa mise en jeu à l'Espagnol (1-0) et n’a pas eu l’opportunité d’effacer ce faux-pas initial. Le plus grand frisson de Rafa dans cette manche ? Quand il s'est retrouvé mené 0-30 au troisième jeu. Le reste, ce fut une balade du Majorquin. Une balle de break à chaque jeu de Nishikori. Deux converties. 6-1. Emballé, c'est pesé.

Kei Nishikori

Kei NishikoriGetty Images

Trois fautes directes et un jeu blanc plus tard, Kei Nishikori était reparti pour subir. Enfin, pensait-on. Parce que le Japonais a fini par se révolter. D'accord, ça a duré un jeu et quelques points mais le public du Chatrier, qui avait envie de voir un vrai match, a voulu y croire. Plus offensif, il est revenu à hauteur du maitre des lieux (1-1). Avant de reperdre pied. Parce que Rafa a repris son bâton de pèlerin et les taloches ont succédé aux taloches. Nishikori a même tenté une improbable montée au filet, sanctionnée par un revers croisé du Majorquin qui n'a rien gâché durant la deuxième manche (4 fautes). 6-1, là aussi. La plus grande péripétie de la troisième manche aura été cet orage qui s’est abattu sur la Porte d’Auteuil et qui a offert à Nishikori un peu de répit. Mais surtout pas un sursis. L’affaire était pliée depuis belle lurette.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0