Public : le stade coupé en trois parties, la jauge de spectateurs revue à la baisse

Il y aura bien du public à Roland-Garros dans cette édition 2020. Dans le flou suite à la situation sanitaire complexe en Ile-de-France, l'organisation a réussi son pari de conserver du public. Mais la jauge, voulue à 20 000 dans un premier temps, sera réduite à 11 500 spectateurs par jour. La jauge de 5000 spectateurs dans les stades annoncée par le Gouvernement en juin, puis prolongée au mois d'août, sera évidemment respectée puisque le stade Roland-Garros sera morcelé en trois parties avec chacune un grand court en point de repère.

Roland-Garros
Osaka tire un trait, Roland perd une tête d'affiche
HIER À 04:02

Il y aura une zone centrale avec le stade Philippe-Chatrier (5000 spectateurs), une autre dans le fond du stade avec le Court Suzanne-Lenglen (5000 spectateurs), et une dernière incluant le Court Simonne-Mathieu. Plus petite cette dernière, ne recevra que 1500 spectateurs.

Cette division des espaces permettra au tournoi de disposer de trois sections indépendantes qui respecteront la jauge de 5000 personnes. Cela impliquera une contrainte majeure et évidemment nouvelle : les spectateurs ne pourront plus se déplacer librement dans le stade et aller d’un grand court à l’autre. L’accès aux courts annexes se fera selon la zone de situation. L’accès au stade sera également réparti selon les zones.

Cas pratique : un spectateur muni d’un billet sur le Court Philippe-Chatrier ne pourra pas accéder au Fond des Princes, où se situe le très populaire court n°14, inauguré lors de l’édition 2018. Cette partie du stade sera réservée aux détenteurs d’un billet sur le court Suzanne-Lenglen.

L’adoption de ce système de morcellement géographique, et de la baisse de la jauge de spectateurs, aura évidemment une conséquence pour les détenteurs de billets. La Fédération française de tennis a précisé que son service billetterie prendra contact avec chacun d’entre eux afin de proposer des aménagements concernant "leur volonté". Mais tout le monde ne sera pas servi. Il n'y aura pas d'accès aux qualifications pour le public. Ces dernières se feront à huis clos à partir du 21 septembre.

Conditions d’accueil : deux hôtels accueilleront les joueurs, joueuses et accompagnants

Chargé d’annoncer le dispositif pour la partie sportive, Guy Forget, le directeur du tournoi, a annoncé que les joueurs, joueuses et accompagnants seraient logés dans deux hôtels situés à distance respectable du stade. C’est en partie une continuité par rapport à l’US Open qui avait réuni joueurs-joueuses-accompagnants dans des hôtels situés à proximité du complexe de Flushing Meadows.

Sauf que Roland-Garros sera inflexible sur la question du logement, une information dévoilée par Novak Djokovic depuis New York il y a quelques jours. Ce qui avait eu le don d’inquiéter le n°1 mondial. Plus dure que l’USTA, qui avait permis à certains joueurs dont Novak Djokovic, Dominic Thiem et Serena Williams de se loger dans des résidences privées (sous contrôle des autorités locales), la FFT ne fera aucune exception pour le logement. Les deux hôtels n'ont pas pu être privatisés entièrement, ce qui exclut le concept de "bulle sanitaire".

Rafael Nadal et Novak Djokovic dormiront donc au même endroit en compagnie de leurs staffs. Les hôtels, dont les noms et emplacements ne seront pas dévoilés, seront eux disposés afin d’assurer le plus grand confort possible. Les déplacements seront eux optimisés pour éviter les contacts.

Un accès au stade seulement le jour du match pour les participants

Guy Forget a dévoilé un protocole assez strict pour les participants aux compétitions. Ces derniers n’auront accès au stade que lors des jours de leurs rencontres. Les entraînements se feront eux au Stade Jean-Bouin, situé à proximité de Roland-Garros. Utilisé depuis quelques années afin de fluidifier les flux de circulation humains, son utilité se trouvera ici renforcé. Il permettra à tout le monde de retrouver les mêmes installations et besoins que sur le site principal.

Le tournoi a lui réussi à conserver une programmation des compétitions quasi-complète. Un nombre de 750 matches sera disputé au total à partir du lundi 21 septembre, date du début des qualifications. Les tournois juniors et tennis fauteuil ont eux été conservés. Les tirages au sort des tableaux du simple dames et messieurs se feront le jeudi 24 septembre.

Protocole sanitaire : pas de bulle et appel à la responsabilité

La FFT s’est refusée à parler de la fameuse bulle sanitaire, chose impossible à tenir. Bernard Giudicelli et Jean-François Vilotte, le Directeur général de la FFT, ont d’ailleurs appelé les participants et leur cercle rapproché à faire preuve de responsabilité vis-à-vis de la problématique sanitaire.

Concernant les tests biologiques (PCR). La FFT a annoncé que les joueuses et joueurs seraient testés dès leur arrivée à Paris. Un test négatif leur ouvrira les portes du stade. Un second test sera effectué 72h après le premier. Un troisième à jour +5 et ainsi de suite jusqu’à élimination. Un contrôle positif entrainera un retrait de la compétition.

De Puerta à Thiem : Les 12 balles de match de Nadal à Paris

Roland-Garros
5 000 personnes sur le Chatrier, huis clos sur le Lenglen et le Mathieu : La jauge réduite
HIER À 18:13
Roland-Garros
"Réaliste et raisonnable", Pouille doit renoncer à Roland-Garros
HIER À 09:06