Garcia au forceps face à Kontaveit

Une éclaircie sous les nuages. Sourire aux lèvres, les bras en l’air après un dernier smash gagnant, Caroline Garcia a signé une belle performance lors du premier tour, en sortant la tête de série numéro 17 Anett Kontaveit en trois sets (6-4, 3-6, 6-4). Quart de finaliste à l’Open d’Australie, en 8e de finale à l’US Open, l’Estonienne a donné du fil à retordre à la tricolore, 45e au classement WTA, mais qui a fait ce qu’elle sait faire de mieux, à savoir assommer son adversaire à force de coups de canon (41 coups gagnants). Dans un premier set accroché, la Lyonnaise a été la première - et la seule - à breaker.

Roland-Garros
"Swiatek a encore prouvé que le jeu stéréotypé des filles, c'est bien fini !"
14/10/2020 À 13:35

Le scénario de la deuxième manche a été identique, mais c’est Kontaveit qui a pris le service de la française, dans une partie tendue, et qui allait partir dans tous les sens dans l’ultime manche. Breakée d’entrée, Garcia a réussi à recoller à 3 partout avant de reperdre son service et de prendre celui de Kontaveit dans la foulée. Mais plus sereine qu’à son habitude, la tricolore a continué d’envoyer des coups gagnants, pour finalement se défaire de l’Estonienne en 2h05. Garcia devra bonifier ce bon début de tournoi face à Sasnovich au tour suivant.

Une Caroline Garcia conquérante s'offre Kontaveit d'entrée : le résumé de sa victoire en vidéo

Paire en mode sérieux

Benoît Paire, maintenu en quarantaine à New York après un test positif au Covid-19, et de nouveau positif à Hambourg cette semaine, a maîtrisé le Sud-Coréen Soonwoo Kwon (82e mondial) en trois sets 7-5, 6-4, 6-4 au premier tour. C'est la première victoire de Paire depuis sa mésaventure new-yorkaise. De retour en Europe, il s'était incliné d'entrée à Rome contre Jannik Sinner, puis avait abandonné à Hambourg contre Casper Ruud. C'est aussi son premier succès post-confinement, puisqu'il avait aussi abandonné pour sa reprise à Cincinnati contre Borna Coric. Malgré 57 fautes directes, le 25e joueur mondial a globalement maîtrisé la situation face à Kwon. Paire, un des deux seuls Français tête de série (avec Monfils) affrontera l'Argentin Federico Coria (98e) au deuxième tour.

Trois sets pour commencer : Benoit Paire a été sérieux

Moutet devra revenir lundi

Le match du premier tour de Roland-Garros entre le Français Corentin Moutet et l'Italien Lorenzo Giustino a été interrompu par la pluie dimanche soir au 3e set et reprendra lundi matin.

Le Français a remporté la première manche (6-0) et l'Italien la deuxième au tie-break (7-6, 9-7) pour mener 4-3 dans le troisième, au bout de quasiment deux heures de jeu.

Le vainqueur de ce match sera opposé au redoutable Argentin Diego Schwartzman, finaliste à Rome après avoir fait tomber le roi de la terre battue Rafael Nadal et qui n'a laissé que 4 jeux au Serbe Miomir Kecmanovic (6-0, 6-1, 6-3) pour son entrée dans le tournoi parisien.

Chardy renversé par Rodionov

Alors qu’il menait deux sets à rien, qu’il a eu une balle de match dans le tie-break du troisième set, Jérémy Chardy a souri jaune en sortant du court Suzanne-Lenglen ce dimanche, après sa défaite en cinq sets face à l’Autrichien Jurij Rodionov (3-6, 4-6, 7-6, 6-4, 10-8). Et pour cause, jamais, dans sa carrière, le tricolore de 33 ans n’avait connu pareille déconvenue en Grand Chelem. Face au 178e mondial, Chardy avait pourtant parfaitement lancé son match, plus précis que son adversaire.

Mais il a complètement dégoupillé dans la troisième manche, incapable de mettre fin à cette partie. Pourtant, breaké le premier, il avait repris le service de son adversaire dans la foulée avant de breaker de nouveau pour mener 4-3. Un jeu de service fébrile et un nouveau break plus tard, il a servi pour le gain du match à 5-4 avant de craquer à nouveau. Dominé au bout du suspense dans le tie-break de la troisième manche, il s’est ensuite battu jusqu’au bout, mais ne faisait plus que subir en fin de match, avant de s’incliner en 4h36. Pas vraiment le scénario qu’il espérait pour sa 14e participation aux Internationaux de France.

Chardy - Rodionov : les temps forts du match

Bonzi, trois ans après

Benjamin Bonzi n'avait remporté qu'un seul match en Grand Chelem dans sa carrière. C'était à Roland-Garros, il y a trois ans, face à un certain Daniil Medvedev, qui n'avait alors pas encore explosé au plus haut niveau. Bonzi a doublé la mise dimanche. Premier Français à rentrer sur les courts de la Porte d'Auteuil, le Gardois, issu des qualifications, a signé une jolie victoire en dominant en quatre manches le jeune Finlandais Emil Ruusuvuori (6-2, 6-4, 4-6, 6-4) en 2h33.

Les deux joueurs ont beaucoup souffert sur leur mise en jeu et ce match a été constellé de breaks : sept pour Benjamin Bonzi, quatre pour Emil Ruusuvuori. Bonzi a connu un début de match idéal jusqu'à mener deux sets à zéro et un break d'avance dans la troisième manche. Mais sa victoire a été différée par le retour dans le match de Ruusuvuori. Après avoir breaké à 4 jeux partout dans le 4e set, le 226e mondial s'en est finalement sorti à sa 3e occasion. Il affrontera au prochain tour un autre grand espoir, au CV déjà bien plus huppé, un certain Jannik Sinner.

Benjamin Bonzi - Emil Ruusuvuori : le résumé

Benchetrit imprécis et impuissant

Elliot Benchetrit ne refait pas le coup de l’an passé. Le jeune joueur français (22 ans vendredi prochain) avait atteint le deuxième tour des Internationaux de France en 2019, décrochant son premier succès dans le tableau principal d’un tournoi du Grand Chelem. Dimanche pour son entrée en lice sur le court N.7, il n’est pas parvenu à déstabiliser un John Isner qui pouvait pourtant moins s’appuyer que d’habitude sur son énorme service, dans des conditions météorologiques ralentissant le jeu (7 aces seulement).

Trop imprécis pour dicter le jeu (37 fautes directes contre 14), Benchetrit s'est énervé, fracassant une raquette dans le troisième set par dépit, et s’est incliné 6-4, 6-1, 6-3. Au deuxième tour, Isner (tête de série N.21) affrontera son compatriote états-unien Sebastian Korda. Le fils de Petr Korda a battu Andreas Seppi en quatre manches (6-2, 4-6, 6-3, 6-3).

Benchetrit a fait bouger Isner, mais ça n'a pas (du tout) suffi

Hoang ne refera pas le coup de l'an passé

Belle surprise du tournoi l’an passé, où il était arrivé jusqu’au troisième tour, le Français Antoine Hoang a pris la porte d’entrée cette année. Le 126e joueur au classement ATP a été sorti par le quart de finaliste du dernier Masters 1000 de Rome, l’Allemand Dominik Koepfer, en quatre sets (6-2, 3-6, 6-1, 6-1). S’il n’a pas démérité, le Toulonnais a été plombé par sa fébrilité au service (8 double-fautes, seulement 10 points sur 30 gagnés derrière sa deuxième balle). Pour la troisième apparition de sa carrière dans un Majeur, le Français de 24 ans a surtout beaucoup trop vendangé (55 fautes directes).

Un set gagné puis une leçon de tennis : le résumé de la défaite de Hoang face à Koepfer

Roland-Garros
"2 Masters 1000 mais 0 Majeur : Djoko a raté sa reprise"
13/10/2020 À 20:50
Roland-Garros
"13 Roland-Garros : l'un des plus grands exploits de tous les temps"
13/10/2020 À 20:38