Le vieux tient toujours la route. Venu à Paris sans repère et, de son propre aveu, sans ambition précise, voilà Roger Federer en 16es de finale. Après sa facile victoire contre Denis Istomin au premier tour, le Suisse a lâché son premier set du tournoi contre Marin Cilic jeudi mais il a, pour la première fois depuis l'Open d'Australie 2020, enchaîné deux succès sur le circuit. Et il était plutôt content. "Je trouve que j'ai vraiment fait un très bon match, je me suis un peu surpris, je ne pensais pas que je pouvais jouer à ce niveau pendant deux heures et demie contre Marin", s'est-il réjoui.
Malgré son statut de vainqueur en Grand Chelem, Cilic n'est que l'ombre de lui-même ces derniers temps. Son CV est clinquant, son niveau actuel nettement moins. Malgré tout, pour un Federer qui cherche à avancer pas à pas, c'est effectivement une bonne victoire, y compris sur la forme, même s'il a eu des difficultés pendant un set et demi. "J'ai eu des très bons passages, dans le tie-break notamment (du 3e set, NDLR), et j'ai vraiment bien servi pour finir", dit-il.
Roland-Garros
"Ils manquent de courage" : Dolgopolov charge Roland-Garros et le monde du tennis
21/03/2022 À 21:02
J'ai encore de l'énergie et ça, c'est super important pour la confiance
Certains diront que Federer n'a toujours pas été vraiment testé dans ce tournoi, ce qui n'est pas entièrement faux, mais il a toutes les raisons d'avoir le sourire. Il ne peut affronter que ce qu'on lui met de l'autre côté du filet et, jusqu'ici, il a eu presque tout bon. Il a moins de trous d'air que lors de ses matches de reprise et, plus il va jouer, plus il gagnera en rythme. "Je trouve que je suis plus clair dans mon jeu, juge-t-il. J'ai encore un peu de difficultés en défense, mais c'est complètement normal. J'ai pu élever mon niveau de jeu aujourd'hui, et je suis trop content d'être au troisième tour de Roland-Garros une nouvelle fois."
Sa plus grande satisfaction ? Aborder la suite sans avoir le sentiment d'être entamé physiquement. Quand on a presque 40 ans et aussi peu de matches dans les jambes, ce n'est pas rien : "Je ne suis pas sur la réserve. J'ai encore de l'énergie et ça, c'est super important pour la confiance."
Physiquement, tout va bien. Tennistiquement, ce n'est pas si mal. Federer aurait sans doute signé pour en être là à l'issue du 2e tour. Puis il vient de jouer sept sets en deux matches, soit presque autant qu'en un an et demi (neuf). Et jusqu'à présent, son genou répond bien. "Pour moi comme pour mon genou, a-t-il expliqué en conférence de presse, ce qu'il y a de bien, c'est que je retire beaucoup d'informations de ce match. Pour la suite, c'est important."

Roger Federer

Crédit: Getty Images

Koepfer, une toute autre équation

La suite, ce ne sera pas contre Taylor Fritz, qui avait enquiquiné un Novak Djokovic diminué à Melbourne et qui était la première tête de série sur la route de Federer. L'Américain a été battu par Dominik Koepfer jeudi, et l'Allemand devrait proposer une toute autre sorte de match, dans un registre différent de celui de Cilic. "C'est un gaucher, rappelle Federer. Ce ne sera pas pareil, il fera sans doute moins de fautes que Marin, il y aura peut-être plus d'échanges aussi. Mais en tout cas, je suis tellement content de rejouer un 3e tour ici à Roland-Garros."
Avec Wimbledon, son véritable objectif, déjà dans un coin de la tête, le Bâlois est en train de réussir sa première mission : engranger du jeu, des sets, des matches, pour retrouver le tempo de la compétition. Voilà pourquoi il estime que, "quoi qu'il arrive maintenant, c'était vraiment le bon choix de venir à Paris." S'il devait atteindre les huitièmes de finale, Roger Federer rentrerait alors dans la zone du "bonus", où tout ce qui viendrait après serait au-delà de ses espérances. Il n'en est plus très loin.
Roland-Garros
Mauresmo : "A ce stade, les joueurs russes et biélorusses seront acceptés à Roland-Garros"
16/03/2022 À 17:36
Roland-Garros
Djokovic et les joueurs russes "pour l'instant" bienvenus à Roland-Garros
16/03/2022 À 13:17