Carlos Alcaraz

Nationalité : Espagnole
Classement ATP : 97e
Âge : 18 ans (né en 2003)
Son histoire : Celle d’un joueur en avance dont la précocité phénoménale a agi en miroir avec son "idole", Rafael Nadal. Originaire de Murcie, où il a touché la raquette dès son plus âge, le gamin a sauté toutes les étapes, et fait sauter les records avec. 2019, à 15 ans (!), il devient le premier joueur né en 2003 à gagner un match sur le circuit Challenger. 2020, il s’offre sa première victoire sur le circuit principal, remporte trois Challengers (5e joueur à parvenir à ce total avant 18 ans derrière Del Potro, Djokovic, Gasquet et Auger-Aliassime) et bondit au classement. En 2021, il intègre logiquement le Top 100 et devient le plus jeune à réussir pareille performance depuis Borna Coric en 2014. Le plus jeune Espagnol depuis… Rafael Nadal, évidemment.
Roland-Garros
"Ils manquent de courage" : Dolgopolov charge Roland-Garros et le monde du tennis
21/03/2022 À 21:02
Couvé par Juan Carlos Ferrero, Alcaraz a eu l’intelligence de balayer toutes les comparaisons avec son imposante idole. A raison. Car s’ils sont tous deux espagnols et brillent tous les deux sur terre, le plus jeune des deux dispose d’un jeu bien plus polyvalent que Nadal à son âge. Coup droit puissant, jeu vers l’avant et jeu de volée intéressant, le gamin en a dans la raquette, à n’en pas douter. "Il ressemble plus à Federer ou Djokovic qu’à Nadal", avait d’ailleurs expliqué son célèbre entraîneur en 2020, qui veille cependant à ce que son protégé garde les pieds sur terre.
Sorti des qualifications à Melbourne en début d’année, Alcaraz a vécu le même voyage sur la terre parisienne en cette année 2021. Son ultra-domination (11 jeux laissés à ses adversaires en trois matches) lui a offert les portes du grand tableau où il n’a pas tremblé une seconde. Après une victoire au premier tour face à son compatriote Zapata Miralles en quatre sets, il a plié l’affaire en trois petites manches face à Nikoloz Basilashvili au 2 tour (6-4, 6-2, 6-4), tête de série numéro 28 expédiée comme un vulgaire qualifié, impressionnant les observateurs. Jusqu’où ?
La stat qui claque : Il est devenu le plus jeune joueur à rejoindre le 3e tour de Roland-Garros depuis Andreï Medvedev en… 1992. Tous les tournois du Grand Chelem réunis, on n’avait plus vu ça depuis… Rafael Nadal, encore lui, en 2003 à Wimbledon.
Une décla qui le résume : "Mon grand rêve, c’est d’être numéro un mondial. J’aimerais pouvoir gagner tous les tournois du Grand Chelem mais j’ai essayé l’herbe l’année dernière à Wimbledon, c’était terrible. Gagner là-bas, j’adorerais. Roland-Garros, c’est encore autre chose. (…) Je ne veux pas me comparer à Nadal parce que, premièrement, c’est mon idole et ensuite parce que ça sera impossible, ou en tout cas très difficile, d’arriver au niveau auquel il est arrivé". (AS, août 2020).
Son 3e tour : Compliqué face à Jan-Lennard Struff, tombeur d’Andrey Rublev au 1er tour et très costaud sur ce début de quinzaine. Entre les deux hommes, ça devrait cogner fort. Pour notre plus grand plaisir…

Carlos Alcaraz (Roland-Garros)

Crédit: Getty Images

Lorenzo Musetti

Nationalité : Italienne
Classement ATP : 76e
Âge : 19 ans (né le 3 mars 2002)
Son histoire : Celle d’un talent brut qui apprend (très) vite. Au-delà de ses qualités intrinsèques, c’est la solidité de la structure qui l’entoure qui est aussi la clé de l’éclosion rapide de Lorenzo Musetti. Couvé depuis une dizaine d’années par le même entraîneur, Simone Tartarini, qu’il considère comme un second père, le jeune Italien s’est fait connaître du grand public en septembre dernier lors de l’édition 2020 du Masters 1000 de Rome où il a atteint les huitièmes de finale en sortant des qualifications.
La performance était belle certes, surtout pour un gamin de 18 ans (le premier à aller aussi loin aussi jeune dans la capitale italienne depuis un certain Fabrice Santoro en 1991), mais au-delà du résultat, c’est l’impression visuelle dégagée qui a subjugué les observateurs. Avec son magnifique revers à une main, ses inspirations, son toucher de balle soyeux et son caractère de battant, il s’était alors offert les scalps de Stan Wawrinka et Kei Nishikori, deux grands noms du circuit, certes loin de leur meilleur niveau. Niveau charisme, le jeunot, qui se serait bien vu acteur à la Al Pacino s'il n'avait pas fait de tennis, se pose là.
La maestria de ses coups de poignets en passing de revers et son sens du jeu ne sont pas sans rappeler ceux de celui qui est son idole, Roger Federer. Son rêve ? Affronter le Suisse en finale de Wimbledon. S’il a très peu de chances d’être atteint, autant à cause de l’âge de Maître Roger que du sien, Musetti fait déjà preuve d’une maturité surprenante. Très à l’aise sur terre battue où il excelle, il est aussi performant sur dur. D’ailleurs, il a été finaliste de l’US Open 2018 et sacré à l’Open d’Australie 2019 chez les juniors.
Surtout, il semble s’améliorer à mesure que la pression monte. Après son aventure romaine, il est allé chercher son premier titre en Challenger à Forli, puis sa première demi-finale sur le circuit ATP en Sardaigne. Et en 2021, il a encore haussé le rythme avec notamment deux nouvelles demies à Acapulco (à la suite de laquelle il est entré dans le Top 100) et Lyon. A chaque fois, Stefanos Tsitsipas lui a barré la route. Mais si au Mexique, l’affaire a été vite pliée (6-1, 6-3), dans le Rhône il s’est permis de prendre un set au numéro 1 à la Race (4-6, 6-3, 6-0). On vous le dit, Musetti apprend vite. Très vite.
La stat qui claque : Il compte déjà 5 victoires sur des membres du Top 20 cette année dont une au meilleur des cinq sets contre David Goffin au 1er tour (6-0, 7-5, 7-6). Il a même battu son premier Top 10 en la personne de Diego Schwartzman à Acapulco.
Une décla qui le résume : "Je suis habitué à jouer sur les grands courts. Je pense que j’y ai produit mes meilleures performances à Acapulco ou sur le court central de Rome. Quand j’ai gagné mon Open d’Australie chez les juniors, je l’ai fait sur la Rod Laver Arena. Quel que soit l’endroit où on me met, je joue et je fais de mon mieux pour gagner. Je ne m’attendais pas à ce que ça aille aussi vite : entrer dans le Top 100 était mon objectif évidemment. Maintenant, je m’en fixe de nouveaux : essayer de finir l’année Top 50."
Son 3e tour : À sa portée, serait-on tenté de dire. Musetti retrouvera son compatriote Marco Cecchinato, le surprenant demi-finaliste de l’édition 2018 de Roland-Garros. Celui-ci n’avait plus fait grand-chose depuis (il est même moins bien classé que Musetti à la 83e place mondiale), mais semble retrouver l’inspiration dans le sillage d’une finale à Parme en préparation. Un beau duel de générations et de revers à une main en perspective.

Sinner, Musetti, Berrettini : "le tennis italien a des pépites qui pèseront lourd sur l'ATP"

Jannik Sinner

Nationalité : Italienne
Classement ATP : 76e
Âge : 19 ans (né en 2001)
Son histoire : Vous voudriez un conte de fées aux accents latins ? Raté. Jannik Sinner a beau être italien, son tempérament et son tennis respirent plutôt la rigoureuse Autriche, juste derrière le Tyrol où il a grandi. Brillant skieur à son plus jeune âge, Sinner n’a cependant pas hésité longtemps pour choisir le tennis, la brièveté d’une descente n’égalant pas le plaisir de voir son adversaire en souffrance pendant plusieurs heures sur un court. Car, depuis ses débuts, c’est une habitude qu’il a prise : Sinner est un bourreau qui prend un malin plaisir à martyriser ses victimes à base de coups à plats supersoniques.
Entêté et convaincu, Sinner l’est. Son éthique de travail a vite sauté aux yeux lorsqu’il décida de s’aligner sur les tournois Futures plutôt qu’en junior, pour grandir plus vite, face à plus vieux et plus expérimenté. De ce choix découle une gestion émotionnelle des matches bluffante à son âge. Dès 2019, il s’offre des victoires de prestige face à Gaël Monfils ou Frances Tiafoe sur le circuit principal avant d’enlever, à la surprise générale ou presque, l’ATP Next Gen. Le début d’une ascension irrésistible : en 2020, il s’invite en quarts de finale à Roland-Garros où Rafael Nadal lui barre la route avant de finir l’année en trombe, avec son premier titre à Sofia (ATP 250). Sa victoire à Melbourne pour le tournoi préparatif de l’Open d’Australie puis sa finale à Miami ont fini de convaincre les plus réticents : Sinner est une machine lancée à pleine vitesse.

Malgré les éclairs de Sinner, Hurkacz est resté sur son nuage : le résume de la finale

Son nouveau statut ne semble pas l’embarrasser outre-mesure. Pour son premier tour, le protégé de Riccardo Piatti, encore lui, a pris un malin plaisir à refroidir un Lenglen qui ne demandait qu’à s’enflammer derrière Pierre-Hugues Herbert. En cinq sets, avec beaucoup d’autorité dans les moments chauds, il a su garder la tête froide. Même schéma lors de son 2e tour face à son compatriote Mager, croqué en 4 sets. Ce n'est pas encore du grand Sinner. Mais, pour l’instant, ça suffit amplement.
La stat qui claque : 534, comme le nombre de places grappillées au classement ATP depuis le 1er janvier 2019. Vous avez dit météorite ?
La décla qui le résume : "Il n’est pas humain, c’est un fait. Je lui ai demandé s’il en était vraiment un car ça m’a vraiment surpris qu’un mec de son âge ait une telle solidité mentale, alors que beaucoup beaucoup d’autres joueurs sur le circuit ne l'ont pas. Je l’ai appelé 'le robot' quelques fois pendant notre match mais c'était positif et sincère car c’est vraiment, vraiment un super joueur" (Alexander Bublik en mars 2021 après sa défaite contre Sinner).
Son 3e tour : Il attendait sans doute Gaël Monfils. Il n’était pas le seul tant l’opposition de style aurait pu valoir le détour. Finalement, ce sera Mikael Ymer. Pas de nature à faire trembler l’Italien qui part favori dans ce match. Car, au fond, on a tous envie de le revoir à l’œuvre dans un potentiel 8e de finale face à Rafael Nadal. Histoire de mesurer un peu son ascension éclair des derniers mois.

Jannik Sinner - Roland Garros 2021

Crédit: Getty Images

Roland-Garros
Mauresmo : "A ce stade, les joueurs russes et biélorusses seront acceptés à Roland-Garros"
16/03/2022 À 17:36
Roland-Garros
Djokovic et les joueurs russes "pour l'instant" bienvenus à Roland-Garros
16/03/2022 À 13:17