Peut-on croire que les défaites répétées de Daniil Medvedev au premier tour de Roland-Garros avaient pour cause un blocage mental ? Le grand échalas russe l'avoue lui-même, la terre battue n'est pas sa surface de prédilection, au contraire. De Roland-Garros 2019 au début de l'édition 2021, il n'avait en effet gagné qu'un match sur l'ocre. Difficile alors d'engranger de la confiance. Et puis Medvedev est entré sur le court Philippe-Chatrier avec le sourire ce lundi. Quelque chose avait changé.
Deux choses en fait. Les balles et les conditions. A l'UTS, Daniil Medvedev avait gagné un match mais ne s'était pas réconcilié avec la terre battue. Du moins pensait-on, la surface était le seul problème. "J'avais récupéré du Covid, je m'y suis entraîné pendant des heures mais je ne frappais pas bien la balle. Le feeling n'était pas bon, a-t-il détaillé pour expliquer le changement ressenti à Paris. Ici les balles sont plus légères, elles vont plus vite, c'est pour ça que je peux les frapper plus tôt, ce genre de choses."
Roland-Garros
Fin de la malédiction : Medvedev a enfin gagné à Roland
31/05/2021 À 14:03

Peu de déchet, beaucoup de plaisir

Et Medvedev a très bien maîtrisé son tennis ce lundi face à Alexander Bublik au point de ne faire que 16 fautes directes, "dont quatre doubles fautes" souligne-t-il. "C'est une statistique incroyable. C'est comme ça que je peux être dangereux en Grand Chelem et gagner des tournois". Etre dangereux comme à l'Open d'Australie cette année ou à l'US Open 2019 quand il avait perdu en finale face à Djokovic et Nadal ? Oui, pense le Russe. "J'ai beaucoup d'espoir pour ce tournoi. Comme vous l'avez vu dans ce match, avec les conditions cette année, les balles, je peux jouer comme sur dur, assure-t-il. Ce n'est pas très différent de l'Open d'Australie pour moi."
Ce changement d'approche, pour lui qui avait des mots très durs pour la terre battue il n'y a pas si longtemps, est une belle promesse alors qu'on a effectivement vu le Russe très à son aise face à Alexander Bublik ce lundi. Le Kazakh l'a bien accroché dans la troisième manche mais il a été dominé comme on l'est quand on joue l'un des tous meilleurs joueurs du monde au premier tour.

Daniil Medvedev

Crédit: Getty Images

Zverev et Tsitsipas sont prévenus

L'année dernière encore, affronter Medvedev au premier tour de Roland-Garros ouvrait la possibilité à un exploit. Le cru 2021 est différent et le plaisir pris par la tête de série numéro 2 n'est pas bien difficile à voir. "C'est super de gagner un match ici mais le plus important, c'est le niveau de tennis. J'ai prouvé, comme je l'ai déjà dit, que ce n'était pas une histoire de mental, a-t-il tenu à rappeler, une fois de plus. Mon adversaire a pu voir que je me sentais bien. J'ai réussi à être solide aujourd'hui."
Assez solide pour voir loin ? Pas tout à fait, mais Medvedev a d'autres raisons d'y croire. "En réalité, j'ai mieux joué à l'entraînement qu'aujourd'hui donc il y a de la place pour progresser. J'espère pouvoir être meilleur lors des prochains tours. Comme je l'ai dit, très content d'abord pour la victoire mais aussi pour mon niveau de jeu. [...] Si je perds ici, ce sera aussi sans doute parce que mon adversaire aura très bien joué." Message à ses adversaires, notamment Alexander Zverev et Stefanos Tsitsipas qui sont dans sa partie de tableau : ne comptez pas sur un Medvedev moyen à Roland-Garros.

La question qui fâche : Faut-il aller jusqu'à exclure Osaka ?

Roland-Garros
"Ils manquent de courage" : Dolgopolov charge Roland-Garros et le monde du tennis
21/03/2022 À 21:02
Roland-Garros
Mauresmo : "A ce stade, les joueurs russes et biélorusses seront acceptés à Roland-Garros"
16/03/2022 À 17:36