C’est une triste première dont la nouvelle équipe dirigeante de la Fédération française de tennis (FFT) se serait bien passé. Un Roland-Garros sans Français au 3e tour, ce n’était jamais arrivé, le constat est implacable. A l’occasion d’une conférence de presse organisée vendredi, Gilles Moretton y a apporté deux explications majeures : le chant du cygne d’une génération exceptionnelle (Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils, Richard Gasquet et Gilles Simon) et une relève en difficulté.
Secondé par son directeur technique national Nicolas Escudé, mais aussi du directeur du haut niveau Paul-Henri Mathieu, le président de la FFT s’est efforcé de donner les grandes lignes de la politique sportive à venir pour que l’avenir du tennis français soit plus radieux. Mais les intéressés ont prévenu : il n’y aura pas de miracle à court terme.

La question qui fâche : le fiasco français était-il prévisible ?

Roland-Garros
"Ils manquent de courage" : Dolgopolov charge Roland-Garros et le monde du tennis
21/03/2022 À 21:02

"On ne peut pas avoir une méthode pour l’ensemble de nos joueurs"

Il s’agit ici de répondre en quelque sorte à la problématique évoquée par Gilles Simon dans son livre "Ce sport qui rend fou" : éviter d’imposer un carcan idéologique dans la manière de jouer au tennis et de faire progresser chaque joueur, une fois les fondamentaux acquis. "Notre rôle, et celui de Nico et de Paulo, va être de trouver exactement de quel type d’entraîneur a besoin un joueur ou une joueuse. Il faut que nos jeunes se prennent en main, qu'ils soient responsables, qu'ils sachent pourquoi ils s'entraînent, dans quelle direction, qu'ils soient porteurs et maîtres de leur projet", a-t-il expliqué.

"Il y aura un changement de cap en ce qui concerne la formation"

Nicolas Escudé a fait de la formation sa grande priorité. Le nouveau DTN veut changer la manière dont la Fédération s’occupe de ses plus jeunes éléments. "Pour les moins de 14 ans, on ne peut pas uniquement se fixer un cap et ne s'orienter que sur du résultat. On est dans la formation. Je vais être très regardant sur 4 choses qui, pour moi, sont importantes pour pouvoir se donner une chance d'arriver au haut niveau : la technique, le physique, le médical aussi, et le mental", a-t-il estimé.
Pour ce dernier élément, Escudé a annoncé la prochaine nomination d’un responsable de ce secteur mental, capable d’orienter les jeunes joueuses et joueurs en fonction de leurs besoins. Ce type de structure n'est pas une nouveauté à la FFT, mais le DTN a insisté sur son importance.

"Couacaud, un parcours qui va débloquer quelque chose dans son tennis"

"Nous allons établir une charte des valeurs"

Moretton et Escudé ont également souligné l’importance de la diffusion d’un message cohérent des clubs aux ligues jusqu’au haut niveau. Ils voient dans la formation, celle de la joueuse ou du joueur de tennis, mais aussi celle de la ou du futur(e) adulte. "La première valeur, c’est la valeur travail. Luigi Borfiga, qui nous a accompagnés dans cette réflexion, en est l’illustration. Il faut promouvoir le respect des institutions, le respect du drapeau, le respect de l'équipe de France, le respect de nos entraîneurs", a considéré le président de la FFT.
Son DTN l’a rejoint sur le sujet, faisant référence au cas Benoît Paire, écarté de la future sélection pour les Jeux Olympiques. Escudé a prévenu que, sur ce sujet, la fédération serait intraitable.

"Il faut remettre les grands anciens dans la boucle, même s'ils sont dans le privé"

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Dans le discours en tout cas, Moretton considère que toute aide extérieure à la FFT est la bienvenue pour sortir du marasme actuel. Les anciens champions français sont donc invités à donner leur avis. "Qu'ils soient dans le modèle fédéral ou le modèle privé, il n'y aura pas de discrimination." Le président de la FFT, qui en a rencontré certains ces derniers jours, appelle de ses vœux des rendez-vous réguliers. "On reproduira cela tous les trimestres, avec un groupe qui pourra évoluer d'ailleurs, parce qu'on a de la qualité, on l'a dit, en France", a-t-il ajouté.

Richard Gasquet, opposé à Rafael Nadal au 2e tour de Roland-Garros, en "night session" sur le central, le 3 juin 2021

Crédit: Getty Images

L’importance du partage d’expérience pour faire gagner un temps précieux aux jeunes prometteurs a été aussi relevée. L’idée est de mettre en place une solidarité des compétences à l’échelle nationale, et de développer la coopération avec les structures privées, notamment les académies de Patrick Mouratoglou ou Thierry Ascione. "Pourquoi ne pas essayer, justement, de travailler avec les privés, et de voir, en termes de partage d'infrastructures, d'utilisation d'infrastructures ? J'ai souvent parlé de passerelle entre ces 2 institutions que peuvent être le privé et nous, que l'on va considérer comme le public", a convenu Escudé.

"Redensifier la base et réunir à nouveau nos meilleurs éléments"

Pour limiter le risque de trou générationnel comme celui que connaît actuellement le haut niveau français, Nicolas Escudé souhaite élargir le réservoir et en finir avec l’ultra-sélection trop tôt. Il veut s'appuyer plus que jamais sur les pôles, tout en préservant la variété des styles. "Il faut réunir à nouveau nos meilleurs éléments pour qu’ils s'entraînent ensemble, pour qu'il y ait une émulation. Une émulation, certes, par le groupe, mais avec un travail individualisé à l'intérieur."
Le DTN a d’ailleurs souligné qu’il ne s’agissait pas non plus de repartir d’une feuille blanche, relevant les réussites récentes de la FFT au niveau des juniors (Diane Parry, Elsa Jacquemot, Clara Burel chez les filles, Arthur Cazaux chez les garçons notamment). Mais il a reconnu le décalage entre ces résultats et ceux au niveau professionnel. Le chemin reste long avec un premier objectif néanmoins affirmé en termes de rebond : les Jeux Olympiques 2024 à Paris.
Roland-Garros
Mauresmo : "A ce stade, les joueurs russes et biélorusses seront acceptés à Roland-Garros"
16/03/2022 À 17:36
Roland-Garros
Djokovic et les joueurs russes "pour l'instant" bienvenus à Roland-Garros
16/03/2022 À 13:17