ALEXANDER ZVEREV

Pays : Allemagne
Date de naissance : 20 avril 1997
Taille : 1,98 m
Poids : 90 kg
Droitier
Classement : N°6 mondial
  • Sa cote : * * *
Roland-Garros
Même Nadal et Tsitsipas n'ont pas tenu : Comment Djokovic a tué physiquement la concurrence
15/06/2021 À 14:11

Roland-Garros et lui

Une constance déjà intéressante. Sur ses trois dernières apparitions du côté de la Porte d’Auteuil, Alexander Zverev s’est systématiquement qualifié pour la seconde semaine même s’il n’a pas progressé : les quarts de finale en 2018 et 2019, puis les huitièmes en 2020. Mais ce dernier résultat quelque peu décevant présente deux circonstances atténuantes majeures. D’abord, l’Allemand était malade lors de son élimination face à un Jannik Sinner en feu qui avait ensuite posé quelques problèmes au maître des lieux Rafael Nadal.
Ensuite, le grand Sascha n’était vraisemblablement pas totalement remis de sa finale perdue d’un rien à l’US Open contre son ami Dominic Thiem. Il avait lui-même avoué en faire des cauchemars. Mais en regardant le verre à moitié plein, cette saison 2020 lui aura permis de passer un cap (demi-finale à l’Open d’Australie aussi) et il n’y a aucune raison qu’il n’y parvienne pas non plus à Roland-Garros, où il a effectué sa première percée en Grand Chelem voici trois ans.

Alexander Zverev à Roland-Garros en 2020

Crédit: Getty Images

Son bilan :
Participations : 6
Titres : 0
Matches joués : 18
Matches gagnés : 13
Sets joués : 72
Sets gagnés : 42
EDITIONRESULTAT
2015Qualifications
20163e tour
20171er tour
2018Quart de finale
2019Quart de finale
2020Huitième de finale

Sa préparation

Une vraie montée en puissance. Alexander Zverev a d’abord inquiété à Monte-Carlo puis Munich, battu par un David Goffin pourtant en crise de confiance sur le Rocher, avant de céder face au Biélorusse Ilya Ivashka (alors 107e mondial) en Bavière. Mais après ces débuts poussifs, le numéro 6 mondial a pris un envol remarqué à Madrid, où les conditions d’altitude ont formidablement bien mis en valeur sa puissance et sa qualité de première balle de service.
Sur le chemin du titre – son 4e en Masters 1000, le 3e sur terre battue et le 2e dans la capitale espagnole –, il s’est même permis de dominer sans contestation possible Nadal devant son public en quart de finale. Certes, le Majorquin a pris sa revanche au même stade la semaine suivante à Rome, mais l’Allemand a plus que résisté malgré un score assez sec. Lors de ce deuxième duel, il a aussi peut-être un peu payé physiquement l’enchaînement des deux tournois au cours duquel il a gagné 7 matches d’affilée. De quoi aborder Roland-Garros en confiance.
TournoiRésultat
Monte-Carlo (Masters 1000)Huitième de finale
Munich (ATP 250)Quart de finale
Madrid (Masters 1000)Victoire
Rome (Masters 1000)Quart de finale

Di Pasquale : "On a été dur avec Zverev, on a retrouvé le n°3 mondial à Madrid"

Trois stats à retenir

5. La constance de Zverev ne se limite pas à Roland-Garros comme nous l’avons vu plus haut. L’Allemand a systématiquement atteint la seconde semaine lors de ses 5 derniers tournois du Grand Chelem depuis l’US Open 2019. Il l’a même fait 7 fois sur ses 8 derniers essais.
0/7. L’Allemand n’a jamais réussi à battre ni Novak Djokovic (0/2), ni Rafael Nadal (0/1), ni Dominic Thiem (0/4) au meilleur des cinq sets en Grand Chelem en 7 tentatives. Or, ce sont incontestablement les trois meilleurs joueurs sur terre battue de ces dernières années. A Roland-Garros, il s’est heurté deux fois à l’Autrichien (2e tour en 2016 et quart en 2018) et une fois au Serbe (quart en 2019) et n’a gagné qu’un seul set lors de ces trois matches.
55. C’est le nombre de doubles fautes commises par Zverev en 12 matches sur terre battue en 2021, soit entre 4 et 5 par partie au meilleur des trois sets en moyenne. S’il a frappé 66 aces par ailleurs, cette fragilité sur seconde balle pourrait lui être préjudiciable, d’autant que les chiffres pourraient gonfler sur le format long des cinq sets.

La grande question : Saura-t-il s’économiser en première semaine ?

Alexander Zverev est un joueur imprévisible. Capable de s’affirmer au point d’être irrésistible face aux plus grands comme à Madrid contre Nadal dernièrement, mais aussi de se liquéfier et de perdre totalement le fil de son match sans qu’aucune cause logique ne l’explique. Néanmoins, son niveau moyen lui permet désormais d’être toujours (ou presque) au rendez-vous de la seconde semaine et une valeur sûre en Grand Chelem.
Pour franchir le cap ultime et faire tomber les cadors, encore faut-il les affronter dans des conditions optimales. Or, lors de ces deux précédents quarts de finale à Roland-Garros, il avait dépensé beaucoup d’énergie dans les premiers tours, en allant au bout des cinq sets à trois reprises en 2018 (2e tour, 3e tour et huitième de finale) et encore deux fois en 2019 (1er tour et 3e tour). S’il passe la première semaine comme il en a pris la bonne habitude, il lui faudra se montrer plus expéditif et efficace.
D’autant que l’Allemand semble se sentir assez confiant avant que les hostilités ne débutent. Si son échec en finale de l’US Open a longtemps hanté ses nuits, il affirme désormais que cette expérience lui donne une motivation supplémentaire pour débloquer son compteur en Grand Chelem. Il a aussi tiré beaucoup d’enseignements positifs de ses deux confrontations récentes contre le "Taureau de Manacor", à tel point qu’il voit dans un éventuel troisième duel à Paris un "match palpitant". Il n’y a plus qu’à joindre les actes aux paroles sur le court.

Alexander Zverev à Rome en 2021

Crédit: Getty Images

Roland-Garros
"Voir des Français avec un an d'avance en finale junior de Roland, c'est très bon signe"
15/06/2021 À 14:10
Roland-Garros
Un set (ou deux) de retard ? Pour Djokovic, même pas peur !
14/06/2021 À 14:06