Après un premier message de soutien sur Twitter, Lewis Hamilton a tenu à défendre publiquement Naomi Osaka, ce jeudi, à Bakou. Pour le septuple champion du monde, la Japonaise, qui avait décidé de boycotter les conférences de presse durant la quinzaine de Roland-Garros, avant de finalement se retirer du tournoi, a soulevé un sujet "dont on ne parle que trop rarement".
Serena Williams après le départ de Naomi Osaka : "J'aimerais la prendre dans mes bras"
On aurait dû l'écouter et la soutenir
Roland-Garros
"Ils manquent de courage" : Dolgopolov charge Roland-Garros et le monde du tennis
21/03/2022 À 21:02
"Elle est incroyablement courageuse, et je la remercie pour ce qu'elle a fait (...) Elle est une athlète incroyable, et tous ses succès et son activisme ont eu beaucoup d'impacts autour d'elle. Il est inévitable d'être atteint par toutes ces lumières qui se braquent sur vous. Et nous ne sommes pas préparés à ça. Se retrouver face à la presse ne devrait pas être une situation où vous vous sentez sous pression. Osaka a fait ça pour se protéger, protéger sa santé mentale et les réactions négatives que cela a suscitées sont ridicules. Les gens oublient qu'elle est un être humain. On aurait dû l'écouter et la soutenir plutôt que la critiquer", a confié le Britannique.

"Elle est en train de se tirer une balle dans le pied toute seule" : Naomi Osaka, le débat

Hamilton parle de "fosse aux lions"

Dans la foulée, le pilote Mercedes a regretté la décision des organisateurs du tournoi parisien de la sanctionner d'une amende. "Ce n'était pas une bonne idée et ce n'était pas juste (...) Elle a parlé de sa santé mentale et a été sanctionnée pour ça, ce n'est pas bien. Ils auraient pu gérer ça d'une meilleure manière. En tant qu'athlètes, nous nous poussons au maximum, nous sommes à la limite parfois, mais nous ne sommes que des êtres humains."
Pour conclure, Hamilton a également pris son cas personnel en exemple, lui qui a débarqué en F1 à l'âge de 22 ans. Il estime ''ne pas avoir été guidé" pour gérer sa relation avec la presse, ce qui peut mettre les "nerfs à rude épreuve". "Je continue à apprendre comment faire, mais j'ai été jeté dans la fosse aux lions plus jeune, sans aide", a-t-il conclu.
Roland-Garros
Mauresmo : "A ce stade, les joueurs russes et biélorusses seront acceptés à Roland-Garros"
16/03/2022 À 17:36
Roland-Garros
Djokovic et les joueurs russes "pour l'instant" bienvenus à Roland-Garros
16/03/2022 À 13:17